Rechercher

La marine britannique saisit des armes iraniennes dans le golfe d’Oman

Selon la marine américaine, plus de 5 000 armes, 1,6 million de munitions et 80 millions de dollars de drogues ont été saisis ces trois derniers mois sur cette route maritime

Cette photo de l'armée américaine montre des missiles antichars et des composants de missiles balistiques à moyenne portée saisis par la Royal Navy du Royaume-Uni, dans un lieu tenu secret au Moyen-Orient, le 26 février 2023. (Crédit : Sgt. Brandon Murphy/U.S. Army via AP)
Cette photo de l'armée américaine montre des missiles antichars et des composants de missiles balistiques à moyenne portée saisis par la Royal Navy du Royaume-Uni, dans un lieu tenu secret au Moyen-Orient, le 26 février 2023. (Crédit : Sgt. Brandon Murphy/U.S. Army via AP)

La marine britannique a saisi le 23 février une cargaison d’armes de fabrication iranienne dans le golfe d’Oman, avec l’aide des forces américaines, a annoncé jeudi l’ambassade du Royaume-uni aux Émirats arabes unis.

Ces armes, des missiles antichars iraniens Dehlavieh et des composants de missiles balistiques à moyenne portée, étaient embarquées à bord d’un navire en provenance du sud de l’Iran, repéré par les forces américaines et intercepté par la Royal Navy, a indiqué l’ambassade dans un communiqué.

La saisie « a eu lieu sur une route maritime historiquement utilisée pour le trafic d’armes illégales au Yémen », a souligné la cinquième flotte américaine, basée à Bahreïn.

« Il s’agit de la septième saisie d’armes illégales ou de drogues au cours des trois derniers mois et d’un nouvel exemple de l’activité maritime nocive de l’Iran dans la région », a affirmé le vice-amiral Brad Cooper, du Commandement central des forces navales, cité dans le communiqué. 

Les dirigeants au pouvoir au Yémen, appuyés par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, accusent la République islamique d’armer les rebelles Houthis, ce que Téhéran nie.

Les forces loyales aux rebelles houthis du Yémen participent à un défilé militaire marquant le septième anniversaire de l’intervention de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite dans leur pays, dans la capitale de Sanaa, le 31 mars 2022. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Depuis 2014, le conflit au Yémen a fait des centaines de milliers de morts et plongé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique dans l’une des pires crises humanitaires au monde.

Les combats ont cessé depuis avril 2022, à la faveur d’une trêve négociée par l’ONU pour six mois. Celle-ci a expiré en octobre dernier et les deux parties ne sont pas parvenues depuis à un accord permettant de la prolonger. 

En 2022, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution étendant à l’ensemble des rebelles Houthis l’embargo sur les armes au Yémen, applicable jusque-là à des individus et entreprises nommément désignés.

Selon la marine américaine, plus de 5 000 armes, 1,6 million de munitions, 7 000 fusées de proximité, 2 100 kilogrammes de propergol, 30 missiles guidés antichars, des composants de missiles balistiques à moyenne portée et 80 millions de dollars de drogues ont été saisis ces trois derniers mois sur cette route maritime. 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.