La mère d’un terroriste condamnée pour ne pas avoir empêché son fils d’agir
Rechercher

La mère d’un terroriste condamnée pour ne pas avoir empêché son fils d’agir

Wafa Naalowa a été condamnée à 18 mois de prison et devra verser 10 300 euros de dommages et intérêts aux familles des deux victimes de l'attentat de Barkan

Wafa Naalowa dans un tribunal militaire israélien (Capture d'écran de vidéo)
Wafa Naalowa dans un tribunal militaire israélien (Capture d'écran de vidéo)

Mardi, la mère d’un terroriste palestinien qui avait assassiné deux Israéliens en Cisjordanie l’année dernière a été condamnée à 18 mois de prison. Elle devra payer 40 000 shekels (10 300 euros) en compensation aux familles des victimes. Elle a été condamnée pour ne pas avoir empêché son fils de commettre l’attaque.

Wafa Naalowa avait été condamnée par le tribunal militaire de Samarie en mai.

Puisque Naalowa était déjà en prison depuis octobre de l’année dernière, elle doit être libérée en mai 2020.

Honenu, l’organisation de conseil et d’aide juridique de droite qui travaille avec les familles de victimes, a critiqué la condamnation comme étant trop légère. L’organisation a appelé les procureurs militaires à faire appel et à demander le double ou le triple de peine de prison pour Naalowa.

Ashraf, le fils de Naalowa, un électricien qui travaillait dans une usine du parc industriel de Barkan dans le nord de la Cisjordanie, avait tué à l’aide d’un revolver deux collègues, Kim Levengrond Yehezkel, âgée de 29 ans, et Ziv Hajbi, 35 ans, dans l’attaque du 7 octobre 2018. Une autre Israélienne avait été blessée.

Kim Levengrond Yehezkel, 29 ans (à gauche) et Ziv Hajbi, 35 ans, tués dans un attentat terroriste dans la zone industrielle Barkan en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : capture d’écran Facebook)

Le tribunal a statué que Naalowa savait que son fils s’entraînant au maniement des armes à feu afin de mener une attaque, et qu’il l’avait informée de sa volonté de devenir un « martyr ». Elle n’avait cependant rien fait pour l’en empêcher.

Ashraf Walid Suleiman Naalowa, un Palestinien soupçonné d’avoir perpétré un attentat terroriste meurtrier le 7 octobre 2018 dans la zone industrielle de Barkan au nord de la Cisjordanie. (Crédit : autorisation)

Ashraf Naalowa a été abattu le 13 décembre dans un raid mené à Naplouse par une unité israélienne d’élite de contre-terrorisme après une chasse à l’homme de deux mois. Le service de sécurité du Shin Bet avait déclaré qu’Ashraf Naalowa, originaire du village Cisjordanie de Shuweika à proximité de Tulkarem, semblait être en préparation d’une deuxième attaque terroriste au moment de son assassinat.

Quelques jours après sa mort, les forces de sécurité ont partiellement détruit sa maison située à proximité de Tulkarem. La structure en elle-même n’a pas été détruite, mais seule une partie de sa cave et de son premier étage ont été détruits. Les parties de l’édifice appartenant à des membres de la famille dont les services de sécurité israéliens ont déterminé qu’ils n’avaient joué aucun rôle dans l’attaque terroriste sont restés intacts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...