La paix Israël/EAU est la clé pour éviter une catastrophe climatique mondiale
Rechercher
Interview

La paix Israël/EAU est la clé pour éviter une catastrophe climatique mondiale

Dans "The Power of Deserts", le Pr Dan Rabinowitz imagine un nouveau paradigme au Moyen-Orient pour sauver la planète - qui se concrétise de manière inattendue par la normalisation

La mannequin israélienne May Tager, (à droite), brandit le drapeau d'Israël bleu et blanc avec l'étoile de David, tandis qu'à ses côtés, Anastasia Bandarenka, mannequin originaire de Russie et basée à Dubaï, agite le drapeau émirati, lors d'une séance photo à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le dimanche 8 septembre 2020. (AP Photo/Kamran Jebreili)
La mannequin israélienne May Tager, (à droite), brandit le drapeau d'Israël bleu et blanc avec l'étoile de David, tandis qu'à ses côtés, Anastasia Bandarenka, mannequin originaire de Russie et basée à Dubaï, agite le drapeau émirati, lors d'une séance photo à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le dimanche 8 septembre 2020. (AP Photo/Kamran Jebreili)

« Croyez-le ou non, c’est un livre optimiste », dit le professeur Dan Rabinowitz en souriant. Il tient en main une copie virtuelle de son dernier livre, publié ce mois-ci par Stanford University Press. Mais comment un livre sur le changement climatique et les barons du pétrole au Moyen-Orient, intitulé « The Power of Deserts », pourrait être optimiste, c’est une histoire en soi.

Le sourire de Rabinowitz peut, du moins en partie, être attribué à un heureux hasard – l’ancien directeur de la Porter School of Environmental Studies de l’université de Tel Aviv (TAU) travaille sur le livre depuis près de trois ans sans se douter qu’à la veille de sa publication, une normalisation émergerait entre Israël et l’une des figures centrales du livre – les Émirats arabes unis.

En présentant la normalisation des relations au public israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a souligné les futures initiatives conjointes entre Israël et les EAU, notamment en matière d’environnement. Beaucoup se sont demandés quel type d’initiatives environnementales conjointes pourrait être à l’ordre du jour – après tout, les EAU sont l’un des principaux producteurs de pétrole au monde.

Pourtant, si la vision optimiste de Rabinowitz devient réalité, le dénominateur commun dans le nouveau Moyen-Orient sera toujours l’énergie, mais à partir d’une source renouvelable – le soleil.

Des PIB très élevés

Rabinowitz, 66 ans, est une figure centrale du discours israélien sur le réchauffement climatique depuis plus de deux décennies. Il a été président du groupe israélien de protection de l’environnement Life and Environment, président de Greenpeace Mediterranean et, entre autres, directeur de la Porter School.

Le professeur Dan Rabinowitz, auteur du nouveau livre « The Power of Deserts ». (Autorisation)

Aujourd’hui, il enseigne dans le département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Tel Aviv. L’année prochaine, en octobre 2021, il prévoit de lancer un programme international de maîtrise en climat, société et politique qui sera enseigné en anglais, via Zoom, à des étudiants du monde entier.

Mais au-delà de tous les titres et postes officiels, Rabinowitz est un expert pour parler sans prétention du climat et de la science. Il y a dix ans, il a publié un livre au titre quelque peu effrayant, « Here it Comes », dans lequel il exposait la manière dont la crise climatique affecterait la vie quotidienne des Israéliens, ainsi que leur économie et leur sécurité nationales. Certaines de ses prévisions sont devenues réalité et même plus tôt que prévu.

Le format du livre actuel semble taillé sur mesure pour Rabinowitz. Stanford Briefs, une marque de Stanford University Press, publie des essais, libres des exigences des revues scientifiques et rédigés dans un anglais accessible – ce que l’on appelle la science populaire – mais « sans céder d’un pouce sur la précision des faits et l’origine scientifique », dit Rabinowitz.

« Ils ont exigé des dizaines de notes de bas de page, de liens et de références. Le texte ne fait que 125 pages, mais il y a 50 pages de plus [de références] », a-t-il déclaré au Zman Yisrael, le site jumeau en hébreu du Times of Israel.

Le livre traite du CCG, le Conseil de coopération du Golfe, composé de six membres, à savoir l’Arabie saoudite, Oman, le Qatar, le Koweït, Bahreïn et les Émirats arabes unis. Ensemble, ces six pays, qui figurent tous parmi les 20 premiers producteurs de pétrole au monde, produisent environ un tiers du pétrole mondial. Les revenus de ce pétrole représentent environ 90 % du revenu des États et fournissent à ces pays un des PIB par habitant les plus élevés au monde. Aux Émirats arabes unis, par exemple, le PIB par habitant est de 70 000 dollars, soit le septième plus élevé au monde.

Illustration : Le 40e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à Riyad, en Arabie Saoudite, le 10 décembre 2019. (Amr Nabil/AP)

Mais ces pays, en plus de jouer un rôle important dans la crise climatique mondiale, souffrent aussi assez gravement de ce changement. Cela est particulièrement visible les jours où les températures de l’après-midi dépassent les 50 degrés.

Au moment où nous parlons, Rabinowitz prend une serviette sur la table du café et trace les contours du piège à chaleur du Golfe. Les montagnes d’Oman – une chaîne qui s’élève à plus de 3 000 mètres – emprisonnent l’air frais de l’océan Indien et gardent le désert intérieur brûlant. Le Golfe reste une gigantesque masse d’eau qui s’évapore sous l’effet de la chaleur et contribue à des niveaux d’humidité presque insondables.

La chaîne de montagnes d’Oman, ou montagnes d’Al Hajar, qui domine le paysage de la ville côtière de Mascate. (bhart9070/ pixabay)

Dans le premier chapitre du livre, Rabinowitz résume les prévisions et les modèles climatiques pour la région dans les années et décennies à venir. Spoiler : Il fera très chaud et ce sera pas du tout amusant.

À Koweït City, par exemple, la température à la mi-août devrait augmenter de 7 degrés Celsius au cours des 50 prochaines années. Si l’on considère que le maximum journalier moyen pour le mois d’août est actuellement de 42 degrés Celsius, il sera pratiquement impossible de se promener à l’extérieur.

Cela semble effrayant. Mais aux yeux d’un habitant du Golfe, n’est-ce pas plutôt la même chose ? Ils vivent déjà dans des espaces climatisés construits grâce à l’argent du pétrole, alors pourquoi ne pas continuer ?

La ligne d’horizon de Dubaï, Émirats arabes unis, au coucher du soleil. (Britus/ iStock)

« Il est vrai que l’argent peut vous aider à faire beaucoup de choses, mais seulement jusqu’à un certain point », dit Rabinowitz. « La vie est aussi faite de gens qui doivent paver des routes, gérer des entrepôts et travailler à l’extérieur ».

Le livre traite également de la disparité entre les capacités de survie des nations face à la crise climatique. « La réalité injuste et inéquitable est que les États qui ont le plus contribué au changement climatique sont aussi ceux qui disposent des meilleurs outils pour faire face aux répercussions de celui-ci », dit-il. « C’est donc le monde entier qui est concerné ».

« La riche Arabie Saoudite, qui a maintes fois contrecarré les conventions internationales sur le climat, scelle de ses propres mains le sort de son pauvre voisin, le Yémen. Les États-Unis contribuent massivement au réchauffement climatique et leur voisin, le Mexique, en paiera le prix, et ainsi de suite », affirme-t-il.

« Mais même les États riches se rendent compte, ou devraient se rendre compte, qu’au bout du compte, les répercussions les atteindront tous. Aux Émirats arabes unis, il y a 1 million de citoyens et 9 millions d’étrangers qui travaillent pour eux. À partir d’une certaine température, ils ne pourront plus travailler ».

Travailleurs effectuant la maintenance d’une canalisation d’égout à Dubaï, EAU, en avril 2020. (AP Photo/Jon Gambrell)

Une bulle de luxe et d’excès

En tant qu’universitaire issu des sciences sociales – sociologie et anthropologie -, Rabinowitz est particulièrement sensible à l’iniquité et à l’injustice mondiales de la crise climatique.

« Les lacunes au Moyen-Orient sont les plus importantes au monde », dit-il. « Votre Koweïtien moyen émet 55 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Votre Israélien moyen émet 9,5 tonnes, contre 11 depuis le passage au gaz naturel. Votre Soudanais moyen émet 300 kilos, mais c’est bien sûr lui qui en paiera le prix – et il l’a déjà payé – sous forme de sécheresse, de faim, d’instabilité du régime et d’immigration forcée ».

Dans ce cadre, les EAU se distinguent comme une bulle de luxe et d’excès particulièrement isolée.

Des gens font du paddle à Dubaï, le 28 août 2020. (AP Photo/Jon Gambrell)

« En 1968, il y avait 1 000 voitures privées dans les Émirats et la première route était pavée », note Rabinowitz. « Aujourd’hui, il y a plus de 1 000 avions privés. Ce qui est important, c’est que plusieurs milliers de personnes sont responsables d’une énorme quantité d’émissions de gaz à effet de serre ».

« Ou bien, par exemple, prenez la station de ski en salle de Dubaï », dit-il. « Avec des températures extérieures de 45 degrés, la surface de la glace doit être maintenue à -16 degrés et l’air à l’intérieur de la station de ski doit être maintenu à -1 degré. La quantité d’électricité nécessaire pour faire fonctionner cette installation est d’environ un demi-million de barils de pétrole par an, ce qui équivaut à la consommation de pétrole de 2 millions de citoyens soudanais au cours d’une année ».

C’est une fête qui va se terminer, et pas seulement à cause du climat toujours plus extrême. Le nuage qui s’assombrit au-dessus des centrales électriques à pétrole est l’effondrement de la demande et du prix des combustibles fossiles. L’énergie solaire est maintenant le nom du jeu dans le monde entier – ou comme l’a récemment dit Udi Adiri, le directeur général du ministère israélien de l’Energie : « Le train a déjà quitté la gare ».

« The Power of Deserts », par le professeur Dan Rabinowitz. (Autorisation)

C’était autrefois le domaine des environnementalistes. Aujourd’hui, c’est simplement une question de dollars et de centimes.

« En l’an 2000, il en coûtait 350 dollars pour produire un seul mégawatt d’électricité à partir du soleil », dit Rabinowitz. « Aujourd’hui, cela coûte 20 dollars. Avec le gaz naturel et le pétrole, cela coûte entre 40 et 60 dollars. C’est pourquoi les prix du gaz et du pétrole ne cessent de chuter ».

Rabinowitz affirme que l’ère de la pandémie a porté le coup le plus dur aux prix du gaz et du pétrole jusqu’à présent. Lorsque la demande a chuté, le prix du pétrole a atteint son niveau le plus bas – et dès que cela s’est produit, il n’était plus rentable de continuer à produire du pétrole et de nombreux champs ont été fermés.

En théorie, dit-il, la demande – et les prix – auraient dû augmenter une fois que les mesures de bouclage ont été assouplies et les fermetures levées. Mais cela ne s’est pas produit, car tous les champs n’ont pas été rouverts, ce qui révèle la vulnérabilité de la chaîne d’approvisionnement en combustibles fossiles, son manque de flexibilité et sa faible marge bénéficiaire.

« Pour l’avenir, la grande histoire est l’électrification des transports – 50 % de la demande de pétrole aujourd’hui est destinée aux transports », dit Rabinowiz. « Partout dans le monde, il est clair que, dans quelques années, les voitures fonctionneront à l’électricité. Regardez ce qui arrive aux actions Tesla. Yuval Steinitz a annoncé que d’ici 2030, Israël cesserait d’importer des véhicules fonctionnant au pétrole ».

Vue aérienne de panneaux solaires à proximité de la ville d’Eilat, au sud du pays. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Le Times of Israel : Dans ce scénario, les États du Golfe sont en passe de s’effondrer.

Rabinowitz : Chaque crise peut aussi se transformer en une opportunité. L’état des principautés du pétrole me rappelle William Durant, un millionnaire américain qui a fait fortune grâce à la production de voitures à cheval.

Lorsque les premières automobiles ont été mises sur le marché, il a lancé une campagne agressive contre les voitures, affirmant qu’elles étaient polluantes, bruyantes et dangereuses. Il a même interdit à sa fille de monter dans l’une d’elles. En 1903, il a réalisé que la lutte était inutile, que la voiture était là pour rester, et il a acheté une usine de fabrication d’automobiles à Flint, Michigan, appelée Buick. Plus tard, il s’est associé avec un homme nommé Louis Chevrolet et le reste appartient à l’histoire.

En établissant un parallèle, ce que vous dites est que si les États du Golfe veulent survivre, ils doivent transformer la région en passant d’un puits de pétrole géant au plus grand puits solaire du monde.

Exactement. Et ils ont tous les outils pour le faire. Nous parlons de la région la plus ensoleillée du monde – 300 jours de soleil par an, de grandes étendues de désert, des tonnes d’espace pour des champs de panneaux solaires géants. Ce n’est pas l’espace qui manque, ni les fonds de démarrage.

Il s’agit de pays qui ne se caractérisent pas par l’innovation, mais qui se sont montrés capables de repérer les technologies émergentes et les innovations des autres et de les intégrer. Ils possèdent une série de mégapoles hyper-modernes, des villes intelligentes, qui pourraient assez facilement être transférées au travail sur des systèmes solaires innovants. Actuellement, seulement 3,5 % de l’énergie utilisée dans les EAU provient du soleil. C’est un chiffre ridicule, bien moins qu’en Israël.

Un projet innovant d’énergie solaire à Masdar City à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 16 janvier 2011. (AP Photo/Kamran Jebreili, File)

Il est vrai que la population des États du Golfe dépense beaucoup, mais en fin de compte, c’est une petite population. Si plusieurs dizaines de millions de personnes passent à l’énergie solaire, ce n’est pas le genre de changement de cap qui va modifier la tendance climatique.

C’est vrai, et cela nous amène à la dernière étape. Une fois qu’ils auront fait le pas et qu’ils seront passés à l’énergie solaire, ils investiront dans des technologies de pointe et commenceront à en tirer profit, ce qui les obligera à faire s’effondrer l’industrie pétrolière, à fermer certains puits et à augmenter considérablement les prix.

Ce que vous dites, c’est que les producteurs de pétrole qui ont pollué le monde peuvent maintenant le sauver.

Ce que je dis, c’est que 200 hommes arabes conservateurs pourraient sauver le monde. Et pour être plus précis, un seul homme – Muhammad Bin Zayed, le prince héritier d’Abu Dhabi – pourrait le faire.

Le prince héritier d’Abou Dhabi et souverain de facto des Émirats arabes unis, le cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyane, lors d’une rencontre avec le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 15 mai 2017. (AP/Andrew Harnik, File)

Jusqu’à aujourd’hui, nous avons suivi la voie d’Al Gore et de Greta Thunberg, en sensibilisant le grand public et en créant une pression populaire sur les décideurs – cela n’a pas vraiment fonctionné.

Peut-être que grâce à lui, ça marchera. Vous ai-je déjà dit que c’est un livre optimiste ?

Cet article a été adapté de la version originale en hébreu de Zman Yisrael, le site jumeau du « Times of Israel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...