La police enquête sur des graffiti anti-arabes à Afula
Rechercher

La police enquête sur des graffiti anti-arabes à Afula

Âgé de 25 ans, le résident de la ville du nord a découvert les mots "mort aux Arabes" gribouillés sur sa porte d’entrée

Une vue d'une rue de la ville d'Afula (Crédit photo: Shay Levy / Flash90)
Une vue d'une rue de la ville d'Afula (Crédit photo: Shay Levy / Flash90)

La police a ouvert une enquête sur les graffitis anti-arabes qui ont été gribouillés sur la maison d’un homme d’Afula cette semaine.

L’homme, qui n’a pas voulu être identifié, a déclaré à la Dixième chaîne qu’il a découvert les mots « mort aux Arabes » écrits au spray rouge sur sa porte d’entrée quand il est revenu du travail dimanche.

L’homme de 25 ans a déclaré que la police lui avait confirmé que le vandalisme était un acte d’incitation à la haine de type « Prix à Payer ». Il a exprimé des doutes sur la motivation des autorités à retrouver les coupables.

« C’est ma propre faute si je suis un arabe, a-t-il dit. Si je m’appelais Moshe… il y aurait déjà eu 20 arrestations, mais quand c’est pour un arabe, il n’y a rien à faire. je suis sûr qu’ils me diront dans deux jours que l’affaire est close pour manque de preuves ».

« Je n’attends rien de la police », a-t-il ajouté.

L’expression « Prix à payer » fait référence au vandalisme et à d’autres crimes de haine perpétrés par des Juifs ultra-nationalistes en représailles directes pour des violences palestiniennes ou pour des politiques gouvernementales perçues comme étant hostiles au mouvement d’implantation.

Ces dernières années, des mosquées, des églises, de groupes israéliens pour la paix et même des bases de l’armée israélienne ont été visées par des vandales nationalistes.

La police a ouvert des enquêtes sur des dizaines d’attaques de haine qui auraient été perpétrées par des Juifs ultra-nationalistes ces derniers mois. Alors qu’un certain nombre d’arrestations ont été effectuées, les seuls suspects derrière les barreaux pour ces crimes ont été relâchés le mois dernier sans aucun chef d’inculpation.

Le mois dernier, trois hommes arabes israéliens de Shfaram ont été visés par un crime de haine particulièrement violent sur une plage à proximité de Haïfa.

Les hommes ont expliqué aux médias qu’ils ont été attaqués par neuf hommes juifs sans raisons autres que nationalistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...