La police ferme 3 centres commerciaux opposés aux mesures de confinement
Rechercher

La police ferme 3 centres commerciaux opposés aux mesures de confinement

Les centres commerciaux, situés à Bat Yam, Karmiel et Petah Tikva, avaient appliqué leurs propres normes sanitaires dans le cadre de leur réouverture

Des policiers et des inspecteurs de la municipalité de Bat Yam font respecter le confinement au centre commercial de Bat Yam, qui a été partiellement ouvert contre la réglementation gouvernementale, le 11 février 2021. (Avshalom Sassoni / Flash90)
Des policiers et des inspecteurs de la municipalité de Bat Yam font respecter le confinement au centre commercial de Bat Yam, qui a été partiellement ouvert contre la réglementation gouvernementale, le 11 février 2021. (Avshalom Sassoni / Flash90)

Trois centres commerciaux majeures ont rouvert leurs portes aux clients ce jeudi, répondant à un appel de commerçants s’opposant au confinement national qui a provoqué leur fermeture depuis plus d’un mois et durant une majeure partie de l’année 2020.

Les centres commerciaux, situés à Bat Yam, Karmiel et Petah Tikva, ont appliqué leurs propres normes sanitaires dans le cadre de leur réouverture afin d’empêcher que ces sites ne deviennent des foyers d’infection.

Ils ont autorisé les personnes de 60 ans et plus à entrer seulement si elles avaient reçu les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech ; les personnes de moins de 60 ans qui ont reçu la première dose ; celles qui ont récupéré de la COVID-19 ; celles qui ont été testées négatives au cours des 72 dernières heures ; et les moins de 16 ans.

Bien que la police soit arrivée sur les trois sites pour faire appliquer le confinement, elle a surtout ordonné aux propriétaires de magasins de fermer sans imposer des amendes, ont rapporté les médias.

L’ouverture a été initiée par un groupe de commerçants qui représente plus de 400 propriétaires de centres commerciaux, chaînes de magasins, petites entreprises et dirigeants dans les industries de la restauration, du tourisme, de l’hôtellerie et du divertissement. Bien que le groupe ait exhorté de nombreux autres magasins et centres commerciaux à ouvrir, seuls trois ont répondu à l’appel.

Des gardes contrôlent des clients alors qu’ils entrent dans un centre commercial de Bat Yam qui a été partiellement ouvert malgré le confinement, le 11 février 2021. (Avshalom Sassoni / Flash90)

À Bat Yam, les commerçants ont fermé boutique lorsque la police est arrivée au centre commercial, mais ont affirmé qu’ils rouvriraient leurs portes dès que les agents seraient partis, a rapporté Kan.

La Douzième chaine a rapporté que la plupart des magasins du centre commercial de Bat Yam n’avaient pas ouvert, bien que certains essayaient de mettre en place un système de vente à l’entrée afin de prendre les commandes de clients.

Après que la police est arrivée dans les centres commerciaux pour fermer les magasins, le groupe des 400 commerçants a envoyé une lettre au ministre de la Sécurité publique Amir Ohana et au chef de la police israélienne Kobi Shabtai, notifiant qu’ils adressaient une requête à la Haute Cour de justice contre ce qu’ils ont défini comme une application sélective de la loi.

Des clients font leurs achats dans un centre commercial de Bat Yam qui a été partiellement ouvert malgré le confinement, le 11 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni / Flash90)

Dans une déclaration, le groupe a fait allusion aux funérailles récentes dans la communauté ultra-orthodoxe qui, bien qu’en violation flagrante des ordonnances de confinement concernant les rassemblements publics, ont été autorisées, sans intervention de la police. Ils ont également évoqué une information selon laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait spécifiquement appelé la police à sévir contre les centres commerciaux s’ils mettaient en application leur menace d’ouverture.

« Après avoir entendu le Premier ministre exiger de ne faire appliquer [le confinement] que sur nous, et après avoir fermé les yeux sur les funérailles et les mariages de masse dans d’autres secteurs, nous remarquons que le gouvernement a décidé de poursuivre la discrimination à notre égard », a déclaré le groupe. « Nous n’autoriserons pas le Premier ministre à condamner à mort des centaines de milliers d’entreprises en difficulté. »

Shahar Turgeman, président de l’Association des chaînes de mode et de restauration de vente au détail en Israël, qui a soutenu le mouvement de rébellion contre le confinement, a visité le centre commercial de Bat Yam où il a exhorté les magasins à ouvrir, a rapporté la Douzième chaine.

Il a déclaré que les magasins ne paieront aucune amende émise.

« Je ne vois pas un juge nous infliger des amendes lorsque nous lui montrerons où il y a de la morbidité et où il n’y en a pas, où il y a une application des règles et où il n’y en a pas », a-t-il dit, faisant apparemment référence aux taux d’infection élevés dans la communauté ultra-orthodoxe.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a lui exigé que le cabinet de lutte contre le coronavirus, qui définit la politique du gouvernement face à l’épidémie, se réunisse plus tard dans la journée pour approuver l’utilisation de ce qu’il a défini comme le système du « passeport vert » d’ici la semaine prochaine.

Le document, délivré à ceux qui ont été vaccinés ou qui se sont rétablis de la COVID-19, permettra aux détenteurs d’accéder aux activités publiques et aux lieux actuellement fermés en raison du confinement.

« L’économie s’effondre », a déclaré M. Gantz, alors que certains centres commerciaux et entreprises rouvrent leurs portes au mépris de la réglementation et se plaignent d’être victimes de discrimination.

Il a affirmé que Netanyahu avait promis une telle mesure lors de la réunion du cabinet sur le coronavirus la semaine dernière, mais « jusqu’à présent, pour une raison peu claire, Netanyahu s’est abstenu de convoquer la réunion comme convenu ».

Gantz avait demandé la diffusion de la réunion – sans succès.

Mercredi, des responsables de la police avaient déclaré à la Douzième chaîne qu’ils émettraient des amendes élevées et des ordonnances de longue fermeture pour les magasins qui défieraient le confinement.

Dans des enregistrements d’une réunion du cabinet diffusés par la chaine, Netanyahu demandait aux forces de l’ordre de « faire appliquer de manière agressive » les règles.

Des policiers et des inspecteurs de la municipalité de Bat Yam font respecter le confinement au centre commercial de Bat Yam, qui a été partiellement ouvert contre la réglementation gouvernementale, le 11 février 2021. (Avshalom Sassoni / Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...