La police interroge un rabbin massorti sur des mariages qu’il a célébrés
Rechercher

La police interroge un rabbin massorti sur des mariages qu’il a célébrés

Dov Haiyun a déclaré que des policiers se sont présentés chez lui à l'aube pour l'interroger ; le rabbinat l'accuse d'avoir marié un Juif né d'une affaire extra-conjugale

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Un mariage. Illustration. (Crédit: Moshe Shai/Flash90)
Un mariage. Illustration. (Crédit: Moshe Shai/Flash90)

Un rabbin conservateur a été interpellé par la police avant l’aube jeudi matin, pour être interrogé au sujet de cérémonies de mariage qu’il célèbre en dehors du Grand-Rabbinat, une instance publique. Cette interpellation rompt radicalement avec la politique de non-répression de l’Etat sur la question.

La police a frappé à la porte du rabbin Dov « Dubi » Haiyun, dans la ville de Haïfa, vers 5 heures du matin, pour le faire interroger, après une plainte déposée par le tribunal rabbinique, selon un porte-parole du mouvement massorti en Israël, analogue de la mouvance conservatrice.

Un porte-parole du tribunal rabbinique a déclaré dans un communiqué que Haiyun est accusé d’avoir célébré le mariage d’un Juif né d’une relation extraconjugale, aussi appelé mamzer.

Haiyun, qui pratique des mariages non-orthodoxes depuis des années, a été libéré quelques heures plus tard, après s’être engagé à se présenter pour un second interrogatoire dimanche, a indiqué le porte-parole de la police. La police a ensuite annulé l’interrogatoire de lundi, indiquant que le rabbin serait convoqué si l’enquête le nécessitait.

Dans un communiqué, la police a déclaré qu’ils ont été contraints de se rendre chez Haiyun après que le rabbin conservateur a ignoré les convocations qui lui ont été adressées au début de la semaine. Les policiers ont exécuté une ordonnance rabbinique pour l’interroger, a indiqué le communiqué, soulignant que la police israélienne n’agissait pas seule sur cette affaire.

« Je ne suis pas un criminel, pas un meurtrier », a déclaré Haiyun, qui a décrit l’incident comme « déplaisant ».

« C’est difficile de penser à une action, à la veille de Tisha Beav », a-t-il ajouté. « La police a été trainée pour servir les tribunaux rabbiniques orthodoxes. C’est un jour triste pour la démocratie israélienne. »

« L’Iran est là », a écrit Haiyun sur Facebook, depuis le poste de police.

Le rabbin Dov Haiyun, dans une voiture de police après avoir été interpellé pour être interrogé sur les mariages qu’il a célébrés hors-rabbinat, le 18 juillet 2018. (Autorisation)

Un porte-parole des tribunaux rabbiniques a accusé Haiyun d’avoir célébré des mariages pour des couples qui n’ont pas le droit de se marier selon la loi juive (notamment des Kohanim – personnes dont les ascendants étaient prêtres – qui n’ont pas le droit d’épouser des femmes converties ou divorcées ; des enfants nés de relations extra-conjugales etc…), qualifiant cette pratique de criminelle et illégale.

« Le rabbin Haiyun a marié un couple dans lequel l’un des membres était un mamzer [enfant qu’une femme a eu avec un autre homme que son mari], ce qui est interdit par le judaïsme et la loi [israélienne] », a ajouté le tribunal rabbinique.

« De plus, il a évité d’officialiser les inscriptions, comme l’impose la loi », a poursuivi le porte-parole.

En Israël, le rabbinat supervise les questions d’état-civil pour les Juifs, notamment sur le mariage et le divorce, et ne reconnaît pas les unions civiles contractées dans le pays, ni les cérémonies orchestrées par des officiants non-orthodoxes.

Bien que l’organisation de ces cérémonies soit illégale et passible d’une peine de prison, aucune répression n’est appliquée par la police. Ces dernières années, des rabbins orthodoxes ont également organisé des cérémonies privées en dehors du rabbinat.

Uri Regev, l’avocat de Haiyun a déclaré qu’il signalera la conduite des policiers au procureur général. Directeur de l’ONG Hiddoush, sur le pluralisme religieux, Regev a déclaré que le procureur d’Etat l’avait informé par écrit que l’application des sanctions sur la cérémonie de mariages hors-rabbinat ne s’appliquerait que lorsque ces mariages auraient pu être reconnus par le rabbinat, à savoir, les cérémonies orthodoxes.

Haiyun était attendu à la résidence présidentielle à Jérusalem jeudi après-midi, afin de donner une conférence, à l’occasion du jeune de Tisha Beav, qui aura lieu dimanche.

Son interrogatoire a été vivement condamné par les députés israéliens de l’opposition

Le chef du parti Yesh Atid Yair Lapid a déploré « la folie de la coercition haredi »

« Un rabbin a été arrêté [sic] dans l’Etat d’Israël parce qu’il a marié deux personnes », a déclaré Lapid au micro de la radio israélienne. « Les ultra-orthodoxes ont décidé de montrer qu’ils contrôlent le pays. Nous défendrons le rabbin Haiyun, c’est un scandale. »

« Ici, ce n’est pas l’Iran », a tweeté le chef du parti travailliste Avi Gabbay, appelant le chef de la police à s’assurer que cet incident soit « le premier et le dernier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...