Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Israël présente à la presse étrangère des vidéos de tortures filmées par le Hamas

Le gouvernement montre aux médias d'horribles images recueillies auprès de diverses sources afin de lutter contre le "négationnisme" des massacres perpétrés par le Hamas

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Image d'une caméra corporelle du Hamas montrant des terroristes s'approchant d'un véhicule israélien lors de l'attaque menée par le groupe terroriste palestinien, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l'agence de presse de l’armée et du gouvernement israéliens)
Image d'une caméra corporelle du Hamas montrant des terroristes s'approchant d'un véhicule israélien lors de l'attaque menée par le groupe terroriste palestinien, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l'agence de presse de l’armée et du gouvernement israéliens)

Le gouvernement israélien a projeté lundi à 200 journalistes étrangers 43 minutes de scènes poignantes de meurtre, de torture et de décapitation, des scènes qui sont l’œuvre du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre. Le groupe terroriste a perpétré ce jour-là un assaut d’une violence inouïe au cours duquel plus de 1 400 personnes ont été tuées, et certaines des vidéos brutes provenaient des caméras corporelles que portaient les terroristes.

Le gouvernement a déclaré avoir décidé de montrer aux journalistes une partie de la documentation qu’il avait rassemblée afin de dissiper ce qu’un porte-parole a qualifié de « phénomène de négation de la Shoah se produisant en temps réel », alors que dans le monde entier, des doutes quant à la véracité des atrocités les plus horribles commises par le Hamas émergent.

Les journalistes n’ont pas été autorisés à enregistrer la projection, qui s’est déroulée sur une base militaire fermée.

Les images ont été recueillies à partir d’enregistrements d’appels, de caméras de sécurité, de caméras corporelles portées par les terroristes du Hamas, de caméras de tableau de bord de victimes, de comptes de réseaux sociaux du Hamas et de victimes, ainsi que de vidéos de téléphones portables prises par des terroristes, des victimes et des secouristes.

Dans deux vidéos, on voit des terroristes du Hamas vêtus d’uniformes des Tsahal faire signe à des voitures, puis tirer sur leurs occupants.

Les cadavres sont traînés hors des véhicules et abandonnés au milieu de la route, après que les terroristes ont fouillé dans leurs affaires et, dans certains cas, volé les voitures maculées de sang et criblées de balles.

Dans une autre vidéo, on voit des secouristes verser des bouteilles d’eau sur des corps encore fumants, dans l’espoir d’éteindre les dernières braises.

Dans une autre, un homme se tord sur le sol, saignant de l’estomac, alors qu’un terroriste tente à plusieurs reprises de le décapiter avec du matériel agricole. L’homme semble être originaire d’Asie du Sud-Est, peut-être l’un des travailleurs agricoles étrangers d’Israël.

Dans une autre vidéo, une femme tente de déterminer si un cadavre partiellement brûlé est celui d’un membre de sa famille, alors que la tête de la victime est mutilée. La robe de la femme morte est remontée jusqu’à la taille et sa culotte a été enlevée.

Le général de division Mickey Edelstein, qui a informé les journalistes après le visionnage, a déclaré que « nous avons des preuves » de viol mais « nous ne pouvons pas les partager », refusant de fournir plus de détails.

Capture d’écran de la caméra corporelle du Hamas montrant des terroristes tirant sur un véhicule israélien lors de l’attaque menée par l’organisation terroriste le 7 octobre dans le sud d’Israël, diffusée par l’armée israélienne et le cabinet du Premier ministre. (Crédit : Capture d’écran)

Dans une séquence vidéo en deux parties enregistrée dans deux communautés israéliennes proches de la frontière de Gaza, une caméra de surveillance d’une maison montre un père prenant ses deux jeunes fils pour courir de leur lit vers l’abri anti-atomique extérieur, tous trois à peine réveillés et encore en sous-vêtements.

Quelques instants après leur entrée dans l’abri présumé, une main apparaît à l’écran, lançant une grenade en direction de la famille. Le père meurt, les garçons sortent, couverts de son sang.

« Papa est mort, ce n’était pas une blague », dit l’un d’eux alors qu’ils rentrent en courant dans leur maison. « Je sais, je l’ai vu », répond son frère, qui s’écrie plus tard : « Pourquoi suis-je vivant ? »

Dans une deuxième séquence, capturée grâce à une application d’enregistrement d’appels sur le téléphone d’une victime, un échange père-fils d’un tout autre genre.
« Papa, j’ai tué dix personnes à mains nues », déclare le terroriste à son père qui se trouve à Gaza, tout excité. « Leur sang est sur mes mains, laisse-moi parler à maman. »

« S’il te plaît, sois fier de moi, papa », ajoute-t-il.

Identifié par son père comme étant Mahmoud, le terroriste dit qu’il appelle sa famille depuis le téléphone d’une femme juive qu’il vient d’assassiner, et les implore de vérifier ses messages WhatsApp pour obtenir d’autres éléments.

L’armée a également retiré des images provenant de l’intérieur de la bande de Gaza et téléchargées sur les réseaux sociaux le jour de l’attaque. Dans une vidéo, un soldat de Tsahal ensanglanté est extrait d’une voiture, jeté au sol et lynché par une foule palestinienne locale.

Dans une autre vidéo, une jeune femme – dont les médias israéliens ont révélé qu’il s’agissait d’une soldate de 19 ans – vêtue d’un pantalon de survêtement maculé de sang, est extirpée du coffre d’une voiture sous les acclamations de la foule. Un homme crie en anglais : « Vous êtes à Gaza ! ».

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, annonçant qu’Israël est en guerre, après une infiltration massive et meurtrière du Hamas depuis Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l’armée israélienne)

Parmi les images fixes incluses dans la bobine d’images brutes, on y voit un soldat décapité, plusieurs restes humains carbonisés, dont ceux de jeunes enfants, une pile de cadavres dans un abri anti-atomique et plusieurs drapeaux de l’État islamique qui, selon l’armée, ont été trouvés en Israël.

S’adressant à la presse, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré qu’Israël assimilait le Hamas à l’État islamique depuis le 7 octobre, principalement en raison des méthodes du groupe terroriste basé à Gaza.

« Lorsque nous disons que le Hamas est État islamique, il n’est pas question d’image de marque », a déclaré Hagari.

« Nous disons État islamique dans le sens où les éléments médiatiques [du Hamas], la cruauté et la barbarie sont des éléments propres à l’État islamique », a-t-il ajouté. Il a également noté « l’orientation des manuscrits » trouvés parmi les terroristes du Hamas tués et capturés, dont la principale force provenait de l’unité de commando Nukhba du groupe terroriste.

« C’est cette idée qu’ils prendraient toutes les mesures, [même] contre l’islam, pour empêcher l’existence des Israéliens, où qu’ils soient, [y compris] les Bédouins, les Arabes israéliens, les étrangers », a déclaré Hagari.

« Pourquoi une personne prend-elle une GoPro [lors d’une telle attaque] ? » a poursuivi le porte-parole militaire. « Parce qu’elle est fière de ce qu’elle fait. »

« C’est de l’endoctrinement, et si l’endoctrinement consiste à commettre des crimes contre l’humanité, ce n’est pas seulement le problème d’Israël », a ajouté Hagari, faisant allusion à une guerre occidentale plus large contre le terrorisme islamique fondamentaliste.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.