Rechercher

La propagation des infections force les experts COVID à réviser la stratégie

Ils demandent aux députés de limiter les rassemblements à l’intérieur à 300 personnes, et d’élaborer leurs politiques en fonction du nombre de cas et non du taux d'hospitalisation

Personnel médical portant un équipement de sécurité, service du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 septembre 2021. (Yonatan Sindel / Flash90)
Personnel médical portant un équipement de sécurité, service du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 septembre 2021. (Yonatan Sindel / Flash90)

Le panel consultatif gouvernemental pour la lutte contre le coronavirus a exhorté les ministres à changer de cap et à adopter de nouvelles restrictions sur les rassemblements, avertissant que les politiques actuelles ne faisaient pas grand-chose pour freiner une vague prolongée de nouvelles infections.

Lors d’une réunion mercredi soir, le panel d’experts aurait exhorté les responsables politiques à modifier leur approche globale de la lutte contre la COVID, lesquels avaient jusqu’ici cherché à éviter de reproduire la politique de lourdes restrictions du gouvernement précédent.

« Il serait déraisonnable de continuer sur la voie actuelle », a déclaré un expert, selon la radio publique Kan. D’autres conseillers, cités par la Douzième chaîne, affirment que la campagne de vaccination menée par le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz n’avait pas encore permis de freiner l’augmentation du nombre de cas, et qu’« un changement de politique est nécessaire pour la période intérimaire jusqu’à ce qu’il y ait une diminution significative et constante des cas graves ».

Les experts auraient déclaré aux ministres du gouvernement que « l’ampleur de l’augmentation de la morbidité au cours du mois dernier a coûté cher en pertes de vies humaines ».

Depuis le début de la pandémie de coronavirus en Israël, 7 602 personnes ont succombé à la maladie. Au cours du mois dernier, en moyenne 23 personnes atteintes du coronavirus sont décédées chaque jour en Israël. Plus de 550 Israéliens sont morts du virus depuis début septembre.

Les experts auraient déclaré aux membres du cabinet de lutte contre le coronavirus que l’approche actuelle – qui consiste à prendre des décisions basées uniquement sur le nombre de cas graves – est « dangereuse » et que l’adoption de restrictions à un stade plus précoce « est le bon choix pour l’avenir d’après ce que nous avons appris depuis le début de la quatrième vague ».

Le panel d’experts a également suggéré des mesures spécifiques pour aider à réduire le nombre d’infections, notamment en limitant à 300 personnes les rassemblements à l’intérieur et en imposant le rappel de vaccin pour que le pass vaccinal soit valide.

Jeudi après-midi, il y avait 65 719 cas actifs confirmés de coronavirus dans le pays, dont 1 035 hospitalisés, 713 dans un état grave et 202 sous respirateur. Alors que les cas graves étaient tombés à 645 la semaine dernière, ils ont augmenté au cours des derniers jours et ont dépassé les 743 cas mercredi.

Malgré un taux de vaccination élevé en Israël, le taux de positivité est resté supérieur à 5 % depuis plus d’un mois, après s’être maintenu en dessous des 2 % de mars à juillet. Mercredi, 5 984 Israéliens ont testé positifs à la COVID-19, soit 5,65 % de tous les gens testés ce jour-là.

Du personnel médical prélevant des échantillons de test COVID-19 sur des Israéliens dans un centre de test de santé Maccabi à Modiin, le 13 septembre 2021. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Les taux de vaccination ont considérablement baissé pendant la période des fêtes, depuis Roch HaShana il y a quinze jours, mais les experts pensent qu’ils reprendront une fois que les enfants retourneront à l’école et que les adultes retourneront au travail la semaine prochaine.

Alors que le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu avait imposé trois confinements stricts pendant la pandémie de COVID, Bennett a cherché à éviter les restrictions majeures et a favorisé la poursuite des activités quotidiennes parallèlement à la campagne de vaccination, tout en maintenant le port du masque. Mais des experts de la santé – dont le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash – feraient pression pour un changement de cap dans l’approche du gouvernement, arguant qu’il n’avait pas fait assez pour réduire la propagation des cas.

La majorité des nouveaux cas quotidiens concerne des enfants, dont la plupart ne sont pas vaccinés contre la COVID-19. Ainsi, jeudi matin, 36 822 des cas actifs de COVID concernaient des enfants, ce qui représente plus de 56 % de tous les cas actifs actuels. 90 000 autres enfants étaient en quarantaine obligatoire après avoir été exposés à un patient atteint de la COVID.

Jeudi matin, le ministère de la Santé a officiellement demandé aux directeurs d’école d’interdire aux enseignants non vaccinés et refusant de se soumettre à des tests réguliers d’entrer dans les salles de classe. La nouvelle loi, qui entrera en vigueur le 3 octobre, interdira également à ces enseignants d’enseigner à distance, et ils ne pourront plus toucher de salaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...