La « rencontre étonnante » de Claude Lanzmann avec Israël en 1952
Rechercher

La « rencontre étonnante » de Claude Lanzmann avec Israël en 1952

Le réalisateur de Shoah aborde son "assimilation" qui est "une sorte de processus de destruction"

Couverture de Claude Lanzmann : Un voyant dans le siècle (Crédit : capture d'écran Gallimard)
Couverture de Claude Lanzmann : Un voyant dans le siècle (Crédit : capture d'écran Gallimard)

« Rien n’était simple là-bas, » se souvient Claude Lanzmann, en évoquant son premier voyage en Israël en 1952, au micro de France-Culture, qui ressort cette archive datée de 2004, pour un cycle Lanzmann en 4 volets.

« Une rencontre étonnante, » avoue-t-il à Laure Adler, réalisatrice de cette émission A Voix Nue.

« Je suis parti pour Israël en plein été, en bateau, se souvient le réalisateur de Shoah. Il faut dire aussi que je n’avais pas eu l’ombre de l’ombre de quelque éducation juive que ce soit, ni religieuse, ni culturelle : c’était l’assimilation ».

« Et c’est compliqué, parce que c’est en même temps très bien, mais c’est aussi un crime, un crime culturel, accuse-t-il. […] C’est une sorte de processus de destruction, l’assimilation… à bien des égards ».

Claude Lanzmann qui n’a cessé de poursuivre jalousement une oeuvre complexe et pointilleuse de la mémoire de la destruction des Juifs d’Europe sera présent ce soir – dimanche 28 janvier – au Mémorial de la Shoah pour la projection de son dernier documentaire Les quatre sœurs.

Les quatre histoires de ces quatre sœurs, qui seront projetées au Mémorial de la Shoah en présence de Claude Lanzmann, sont terribles et difficilement soutenables car elles racontent comment Auschwitz a renvoyé chaque individu à l’état animal.

Face caméra, des femmes en témoignent et cet aveu les rendent sous la caméra de Lanzmann d’autant plus admirables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...