La Russie a achevé la livraison de missiles S-300 à la Syrie
Rechercher

La Russie a achevé la livraison de missiles S-300 à la Syrie

L'armée russe a ajouté du matériel de "guerre électronique", indiquant qu'elle "contrôlait" à présent l'espace aérien dans la zone où elle procède à ses frappes depuis la Syrie

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, en 2013. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 4.0/WikiCommons)
Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, en 2013. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 4.0/WikiCommons)

La Russie a livré des batteries de défense antiaériennes S-300 à l’armée syrienne, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense Serguéi Choïgou, une décision prise après qu’un avion russe a été abattu par erreur par les forces syriennes dans la foulée d’un raid aérien israélien.

Lors d’une réunion du conseil de sécurité russe, le ministre a indiqué que l’armée russe avait achevé lundi « la livraison de systèmes S-300 » comprenant quatre plate-formes de lancement.

La semaine dernière, la Russie avait annoncé son intention de renforcer la défense antiaérienne de l’armée syrienne après qu’un avion russe a été abattu par erreur le 17 septembre par un missile S-200 lancé dans la province côtière de Lattaquié (nord-ouest) pour intercepter des tirs de missiles israéliens visant une position du régime de Damas.

M. Choïgou a indiqué qu’il faudrait trois mois pour entraîner les militaires syriens à l’utilisation de ce nouveau système de défense antiaérienne.

Il a précisé que l’armée russe avait ajouté du matériel de « guerre électronique » et qu’elle « contrôlait » à présent l’espace aérien dans la zone où elle procède à ses frappes en territoire syrien.

La Russie a annoncé qu’elle commencerait à brouiller les radars d’avions hostiles dans les régions situées près de la Syrie en mer Méditerranée afin d’empêcher la répétition d’un incident similaire.

L’incident a causé la mort des 15 militaires russes à son bord et provoqué des tensions entre la Russie et Israël, qui mène régulièrement des frappes en Syrie contre des positions du pouvoir de Bachar al-Assad et ses alliés, les forces iraniennes ou le mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...