La sonde Bereshit prend d’autres selfies avec la Terre et s’approche de la Lune
Rechercher

La sonde Bereshit prend d’autres selfies avec la Terre et s’approche de la Lune

Des ingénieurs ont diffusé des photos prises par les appareils de l'engin qui montrent ce à quoi ressemble Israël à 131 000 kilomètres de la Terre

L’appareil à selfie de la sonde lunaire israélienne Bereshit continue ses clichés alors que le satellite réalise sa plus grande orbite autour de la Terre avant l’alunissage prévu le 11 avril.

Dimanche, les ingénieurs de SpaceIL et l’Israel Aerospace Industries ont diffusé plusieurs photos prises par Bereshit, notamment un selfie avec la Terre, à 265 000 kilomètres au-dessus d’elle, et la vidéo d’un lever de soleil depuis l’espace.

À peine plus grosse qu’une machine à laver, la sonde Bereshit, qui comporte quatre pieds, tourne autour de la Terre en ellipses de plus en plus larges avant d’entrer en orbite autour de la lune.

Elle réalise actuellement son dernier tour autour de la Terre, qui durera jusqu’au 4 avril. Elle devrait se poser le 11 avril sur la mer de la Sérénité.

A part quelques défaillances dues à un redémarrage inattendu et certains problèmes du système de suivi stellaire, l’engin devrait alunir à temps.

Dimanche, les ingénieurs ont diffusé des images du déploiement du dispositif d’alunissage. L’engin est équipé de quatre pieds qui se poseront sur la surface lunaire.

La semaine dernière, le moteur de Bereshit a été activé pendant 60 secondes, le lançant dans une nouvelle orbite qui l’a emmenée à 405 000 kilomètres de la Terre.

Bereshit, qui signifie « Genèse » en hébreu, a décollé de Cap Canaveral, en Floride, dans la matinée de vendredi, à bord d’une fusée de lancement de type Falcon 9 de la compagnie privée SpaceX, basée aux Etats-Unis et propriété de l’entrepreneur Elon Musk.

Au début du mois, Bereshit a renvoyé une photo prise avec son « appareil à selfie », où l’on peut voir un drapeau israélien à 37 600 kilomètres au-dessus de la Terre.

Une plaque installée sur la paroi externe de la sonde arbore le drapeau national israélien et les phrases « Am Yisrael Hai » (Vive le peuple d’Israël) et « Petit pays, grands rêves ».

La sonde lunaire Bereshit est une entreprise conjointe de 370 millions de dollars entre les compagnies privées SpaceIL et l’Israel Aerospace Industries, fondée en quasi-totalité par des dons privés de philanthropes juifs connus.

Photo prise par la sonde lunaire Bereshit à 131 000 km de la Terre, le 24 mars 2019. (Crédit : Bereshit)

Au départ, le projet était de répondre au concours Google Lunar XPrize, qui voulait récompenser de 30 millions de dollars le premier appareil privé à alunir avant mars 2018. Personne n’y était parvenu à temps, mais l’équipe de SpaceIL a poursuivi la mission et acheté une place secondaire dans la fusée de SpaceX.

Avec Bereshit, Israël espère devenir le quatrième pays à avoir réussi à alunir, après les Etats-Unis, la Russie et la Chine (seuls les Américains ont marché sur la Lune).

Si son voyage réussit, Bereshit écrira une double page de l’Histoire, en réalisant le premier alunissage par le secteur privé et en tant que première sonde israélienne à se poser sur la lune.

Si Bereshit réussit son alunissage le 11 avril, l’engin devrait mener deux ou trois jours d’étude pour collecter des données sur les champs magnétiques de la lune, avant de s’éteindre. Les 160 kilos de sonde lunaire resteront, possiblement pour l’éternité, à la surface de la lune, et s’ajouteront au
181 000 kilos de débris humains sur la lune.

La distance entre la Terre et la lune est de 384 000 kilomètres. Le parcours en ellipses de Bereshit permet d’économiser du carburant en exploitant la force gravitationnelle de la Terre. La sonde parcourra 6.5 millions de kilomètres, à une vitesse de 10 kilomètres par seconde (36 000 km/h), soit 13 fois plus rapide qu’un avion de chasse F15.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...