La Syrie accuse Israël d’avoir frappé une base liée à l’Iran
Rechercher

La Syrie accuse Israël d’avoir frappé une base liée à l’Iran

Les défenses anti-aériennes ont été déployées. Un observatoire a indiqué que la cible était des "combattants iraniens" présents dans la base déjà ciblée dans le passé par Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La Tiyas, ou T-4, une base aérienne, à proximité de la ville syrienne de Palmyre, qu'Israël prétend être utilisée par l'Iran et sa Force al-Qods (Capture d'écran / Wikimapia)
La Tiyas, ou T-4, une base aérienne, à proximité de la ville syrienne de Palmyre, qu'Israël prétend être utilisée par l'Iran et sa Force al-Qods (Capture d'écran / Wikimapia)

Les systèmes de défenses anti-aériens syriens ont été activés aux abords de la base aérienne T-4 dans le centre de la Syrie, dans la nuit de dimanche, en réponse à un raid aérien sur la structure qui a été attribué par un média de l’Etat syrien aux militaires israéliens.

L’agence SANA a ainsi clamé que les systèmes de défense antiaériens du pays « ont endommagé l’un des avions attaquants et ont forcé les autres à quitter l’espace aérien ». Elle a également ajouté que le système de défense antiaérien avait intercepté un certain nombre de missiles lancés contre la base.

Les analystes de la défense ont noté que la Syrie fait souvent des affirmations mensongères concernant l’efficacité de ses défenses aériennes.

Sur Twitter, SANA a reconnu que les frappes avaient entraîné des dégâts sur la base T-4 qui est située entre les villes de Homs et de Palmyre.

Rami Abdel Rahman, chef de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres, a déclaré à l’AFP que le bombardement aux missiles avait tué un nombre non-spécifié de « combattants iraniens et pro-régime » sur la base T-4 et qu’il s’agissait « probablement d’une attaque israélienne ».

En plus de l’armée syrienne, des combattants iraniens et du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah sont également stationnés sur la base aérienne, selon l’Observatoire.

Un site d’information de l’opposition a clamé que neuf soldats alliés au régime syrien avaient été tués lors de ces frappes, une information qui n’a pas été confirmée.

Les militaires israéliens ont pour règle de ne pas commenter leurs opérations à l’étranger.

La chaîne de télévision d’Etat syrienne a publié une vidéo montrant une vive lumière éclairant la nuit, déclarant qu’il s’agissait de ses défenses antiaériennes répondant aux bombardements.

Selon des informations transmises dans les médias syriens, les tirs syriens qui ont pour cible les avions israéliens ont notamment concerné des missiles antiaériens S-200 qui sont fabriqués en Russie.

Israël a attaqué la base aérienne T-4 – ou Tiyas – à de multiples occasions.

Les responsables israéliens de la Défense ont affirmé que le site est utilisé par les forces iraniennes alors que la République islamique tente de s’implanter en Syrie au niveau militaire, ce qu’Israël a juré d’empêcher.

Israël a mené une campagne discrète contre la présence militaire de l’Iran en Syrie depuis plusieurs années. Cette campagne est venue à la lumière et s’est considérablement renforcée en février, après qu’un drone iranien transportant des explosifs est entré brièvement dans l’espace aérien israélien avant d’avoir été abattu. Israël a immédiatement lancé une contre-attaque sur la base aérienne T-4 au centre de la Syrie d’où le drone était piloté.

Durant ce bombardement aérien, un F-16 israélien avait été abattu par un missile syrien S-200, entraînant une deuxième série de frappes israéliennes, cette fois contre les systèmes de défense anti-aériens syriens.

Israël a de nouveau attaqué la base aérienne T-4 à nouveau en avril après que l’Iran a apporté un système antiaérien avancé, tuant au moins sept membres du Corps des Gardes de la Révolution Islamique de l’Iran, notamment un haut-responsable, selon l’armée israélienne.

L’Iran avait immédiatement promis des représailles et les militaires israéliens ont depuis oeuvré à déjouer les projets d’une éventuelle riposte en prenant pour cible des systèmes d’armement iraniens en Syrie dans une initiative intitulée « Opération échecs ».

Israël a déclaré de manière répétée que le pays ne permettrait pas à l’Iran de s’enraciner de manière permanente au niveau militaire en Syrie et s’est préparé à passer à l’action contre une telle présence. Ces dernières semaines, les forces aériennes israéliennes ont renforcé leurs efforts pour empêcher des ripostes iraniennes contre Israël suite à une frappe effectuée le 9 avril, selon des responsables.

Le 10 mai, les forces al-Quds des Gardiens de la révolution iraniens ont lancé 32 roquettes contre l’avant de la ligne défensive israélienne, sur la frontière avec le plateau du Golan, a déclaré Israël. En réponse, au cours des deux heures qui ont suivi, les avions chasseurs israéliens ont lancé des douzaines de missiles sur des cibles iraniennes en Syrie et détruit un certain nombre de systèmes de défense anti-aériens syriens.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...