Rechercher

La vague d’Omicron pousse Israël à favoriser les tests à domicile

Les tests PCR seront réservés aux personnes âgées ou à risque; les autres pourront subir des tests antigéniques à domicile ou dans des lieux surveillés, selon le statut vaccinal

Des personnes font la queue pour subir un test de dépistage du coronavirus à Tel Aviv, le 4 janvier 2022 (Avshalom Sassoni/Flash90)
Des personnes font la queue pour subir un test de dépistage du coronavirus à Tel Aviv, le 4 janvier 2022 (Avshalom Sassoni/Flash90)

Alors que le système de dépistage du COVID arrive à ses limites face à la vague du variant Omicron, le ministère de la Santé a annoncé mercredi une nouvelle série de protocoles destinés à alléger les longues files d’attente et à préserver les stocks.

Selon un communiqué, la nouvelle réglementation entrera en vigueur à minuit entre jeudi et vendredi.

Les nouveaux protocoles donnent la priorité au dépistage des personnes âgées de plus de 60 ans ou considérées à haut risque, afin qu’elles puissent être identifiées rapidement si elles contractent le virus et recevoir de nouveaux médicaments destinés à prévenir une dégradation de leur état de santé.

Les changements de règles s’appliquent à la fois aux personnes vaccinées et aux personnes non vaccinées.

Selon les nouvelles règles, les personnes entièrement vaccinées ou guéries et âgées de plus de 60 ans ou considérées comme à risque doivent passer un test PCR si elles sont exposées à un porteur du virus. En cas de résultat négatif, elles sont exemptées d’isolement, mais en cas de résultat positif, elles devront rester en quarantaine pendant 10 jours. Elles n’auront pas besoin de passer un second test à la fin de cette période, mais devront obtenir l’accord d’un médecin pour sortir de quarantaine.

Toute autre personne entièrement vaccinée ou guérie doit effectuer un test antigénique lorsqu’elle entre en contact avec un porteur du virus – soit un autotest soit dans une station de dépistage supervisée. Si le résultat est négatif, elles seront également exemptées d’isolement.

Si un résultat positif est enregistré lors d’un autotest antigénique, il faudra se soumettre à un test antigénique supervisé pour confirmation. Si ce test est également positif, il faudra alors s’isoler pendant 10 jours. Cette période d’isolement prendra également fin avec l’accord du médecin plutôt que par un autre test.

Une femme subit un test antigène rapide à Tel Aviv, le 4 janvier 2022 (Tomer Neuberg/Flash90)

En outre, une personne vaccinée ou guérie qui s’occupe d’un patient de moins de 12 ans atteint du virus doit rester en quarantaine jusqu’à ce qu’elle obtienne un résultat négatif à un test antigénique. Ledit test doit être effectué dans un lieu officiel à la fin de la période de quarantaine de l’enfant.

Le ministère a souligné que les personnes qui n’ont reçu qu’une seule dose du vaccin ne sont pas considérées comme vaccinées et ne sont donc pas exemptées de quarantaine.

Les personnes non vaccinées et celles qui n’ont pas reçu la confirmation officielle du ministère de la Santé qu’elles sont guéries du virus, qui ont plus de 60 ans ou qui sont à risque, doivent subir un test PCR si elles entrent en contact avec une personne infectée.

En cas de résultat négatif, ils doivent rester en isolement pendant sept jours, leur libération étant subordonnée à un deuxième résultat négatif au test PCR le dernier jour. Un résultat positif les obligera à passer 10 jours en quarantaine, la période d’isolement prenant fin avec l’accord d’un médecin.

Des personnes subissent des tests antigéniques à Jérusalem, le 3 janvier 2022 (Olivier Fitoussi/Flash90)

Toute autre personne non vaccinée qui est en contact avec un porteur du virus doit subir un test antigénique supervisé.

En cas de résultat négatif, elle devra rester en isolement pendant sept jours, sa libération étant conditionnée à un second résultat négatif au test antigénique supervisé le dernier jour. Un résultat positif les obligera à passer 10 jours en quarantaine, l’isolement prenant fin avec l’accord d’un médecin.

Toute personne non vaccinée qui doit être mise en quarantaine aux côtés d’un enfant de moins de 12 ans ou d’une personne nécessitant des soins sera mise en isolement pendant 14 jours à compter du dernier jour de cette période, avec la possibilité de la raccourcir en cas de résultat négatif au test antigénique supervisé le septième jour.

Cette vue aérienne montre des voitures alignées sur un site de dépistage du coronavirus en drive-in, à Modiin, le 2 janvier 2022. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Les nouvelles directives n’ont pas défini de politique pour les personnes qui présentent des symptômes mais qui, à leur connaissance, n’ont pas été en contact avec un porteur du virus.

Le ministère a indiqué que les tests antigéniques effectués dans des lieux surveillés seront gratuits, mais pas les autotests.

Cette annonce est intervenue alors qu’Israël a signalé mercredi un nombre record de 11 978 infections quotidiennes au COVID-19 la veille.

L’Omicron, détecté pour la première fois en Afrique du Sud, est apparemment plus contagieux mais provoque moins de cas graves et de décès – surtout chez les personnes vaccinées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...