L’ADL emploie une universitaire juive iranienne pour superviser l’unité d’antisémitisme
Rechercher

L’ADL emploie une universitaire juive iranienne pour superviser l’unité d’antisémitisme

Sharon Nazarian a rejoint le groupe juif de défense des droits civiques après des années passées dans les universités et la philanthropie

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Sharon Nazarian sera vice-présidente des affaires internationales pour la Ligue Anti-Diffamation. (Crédit : ADL)
Sharon Nazarian sera vice-présidente des affaires internationales pour la Ligue Anti-Diffamation. (Crédit : ADL)

WASHINGTON – L’Anti-Defamation League (ADL) a nommé mercredi Sharon Nazarian, une universitaire et philanthrope juive américano-iranienne, vice-présidente des affaires internationales.

À ce poste, Nazarian dirigera le travail du groupe juif de défense des droits civiques dans le combat contre l’antisémitisme et les autres formes de haine dans le monde entier. Elle sera basée à Los Angeles, mais supervisera également les bureaux de l’ADL à Jérusalem.

Ce nouvel emploi vient couronner une carrière passée dans le milieu universitaire et la politique internationale.

Elle a longtemps été adjointe du département de sciences politiques à l’Université de Californie (UCLA), et est également membre de son Conseil des relations internationales.

Le président d'ADL Jonathan Greenblatt prenant la parole lors de la conférence Never is Now à New York City,le 17 novembre 2016. (Crédit : ADL)
Le président d’ADL Jonathan Greenblatt prenant la parole lors de la conférence Never is Now à New York City,le 17 novembre 2016. (Crédit : ADL)

« La profondeur de Sharon, son expérience dans le milieu universitaire, la philanthropie, la politique et les affaires internationales font d’elle la candidate idéale pour diriger les initiatives internationales », a déclaré le directeur exécutif de l’ADL, Jonathan Greenblatt, dans un communiqué.

Nazarian est née en Iran et a immigré aux États-Unis durant sa jeunesse, avec sa famille juive perse. Elle entretient des liens forts avec Israël et la communauté juive.

De par son travail philanthropique, elle a siégé aux conseils d’administration de l’université de Haïfa et de l’HIAS, organisation juive à but non lucratif qui protège les réfugiés, de la Jewish Federation of Greater Los Angeles, et du Crown Center for Middle East Studies à l’université Brandeis.

À UCLA, elle a fondé le Younes & Soraya Nazarian Center for Israel Studies, et en était la présidente du conseil d’administration.

Nazarian a déclaré dans un communiqué mercredi que l’ADL « est plus que jamais nécessaire, aussi bien aux États-Unis qu’à l’étranger, pour s’élever contre le racisme et le sectarisme. »

Le département des affaires internationales de l’organisation travaille principalement avec des partenaires dans le monde entier pour développer des programmes et de ressources pour parler de l’antisémitisme, des crimes racistes, de la cyber-haine et de la délégitimation d’Israël dans le monde entier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...