Rechercher

L’aide des Juifs messianiques aux réfugiés ukrainiens fait polémique

Jews for Jesus et d'autres groupes participent aux opérations humanitaires, Bible en main ; les opposants qualifient leur action d'exploitation des personnes vulnérables

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Des passagers attendent sur le quai de la gare de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 27 février 2022. (Crédit : Bernat Armangue /AP)
Des passagers attendent sur le quai de la gare de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 27 février 2022. (Crédit : Bernat Armangue /AP)

Le groupe Jews for Jesus et d’autres groupes messianiques aident les réfugiés ukrainiens en Europe et en Israël. Ils associent la sensibilisation religieuse à leurs efforts de secours, ce qui leur attire les foudres des activistes anti-missionnaires.

Les groupes messianiques considèrent que leur message religieux est bénéfique pour les personnes en détresse, et affirment l’offrir sans condition, en dehors de l’aide essentielle, tandis que les critiques affirment que les groupes exploitent des personnes vulnérables en situation précaire.

« Nous donnons aux gens de la nourriture, des médicaments, des Bibles et de l’essence pour leurs voitures afin qu’ils puissent se déplacer. Nous considérons que la Bible est tout aussi pratique que toutes ces autres choses », a déclaré Susan Perlman, l’une des fondatrices de Jews for Jesus.

Le rabbin Tovia Singer, qui dirige l’organisation de contre-missionnaires Outreach Judaism, a déclaré que les groupes messianiques « militarisaient l’aide humanitaire afin de transmettre l’Évangile ».

Le judaïsme messianique est un mouvement qui associe la tradition et la pratique juives avec la croyance que Jésus-Christ est le messie à venir. Il est considéré comme marginal par toutes les principales communautés juives, qui affirment que son idéologie est en contradiction directe avec plusieurs des principes fondamentaux de la religion. Certains juifs messianiques souhaitent que le mouvement soit accepté comme une secte du judaïsme, et le considèrent comme tel. Ils ont souvent des liens avec des organisations explicitement chrétiennes.

Jews for Jesus est souvent synonyme du judaïsme messianique, mais ce n’est qu’une des nombreuses organisations du mouvement.

Selon M. Perlman, Jews for Jesus compte 19 missionnaires à plein temps et plusieurs congrégations en Ukraine. Les missionnaires américains de Jews for Jesus sont arrivés en Ukraine dans les années 1980 pour former le personnel local, de sorte que les missionnaires sont aujourd’hui des Ukrainiens de naissance. Ils ont été dispersés par la guerre, certains étant chez eux et d’autres déplacés par la violence.

Des réfugiés de la guerre en Ukraine cherchent refuge dans un centre sportif à Varsovie, en Pologne, le 11 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)

L’organisation Jews for Jesus compte également des employés en Pologne, en Moldavie, en Hongrie et en Allemagne qui aident les réfugiés ukrainiens. Son équipe de secours comprend des ukrainophones et des russophones, dont certains viennent d’Israël et des États-Unis. L’organisation a mis en place un centre temporaire en Pologne et son équipe à Berlin a aidé 30 réfugiés à trouver un logement, a déclaré Perlman.

Dans un cas, l’équipe de Jews for Jesus a rencontré une survivante de la Shoah âgée de 90 ans à Kiev. Elle leur a dit que son fils se trouvait en Israël, ils l’ont donc appelé et se sont arrangés pour faire passer la frontière polonaise à la mère, afin qu’elle puisse effectuer les démarches administratives nécessaires à son installation en Israël, a expliqué Perlman. Ni le fils ni la mère ne faisaient partie du mouvement messianique.

« Nous ne faisons que transporter les gens, ceux qui ont besoin d’aide, nous les conduisons, que ce soit de Kiev, d’Odessa ou d’ailleurs, vers un lieu sûr. Nous avons quelques [personnes] évidemment par le biais de notre propre réseau, mais nous aidons aussi des étrangers », a déclaré Perlman. La plupart des personnes auxquelles ils ont affaire sont soit juives, soit « croyantes », a-t-elle précisé.

Le message religieux du groupe fait « partie de l’ensemble », a déclaré Mme Perlman. Le groupe se démène pour acquérir davantage de Bibles en russe afin de les distribuer.

De jeunes réfugiés ukrainiens se reposent à leur arrivée à la gare centrale (Hauptbahnhof) de Berlin, le 14 mars 2022. (Crédit : Odd ANDERSEN / AFP)

« Nous ne pouvons pas nous empêcher de prier pour les gens, de partager l’Évangile avec eux. Les gens apprennent à connaître le Seigneur. Ce n’est pas au détriment de leurs besoins physiques immédiats, mais c’est une partie de ce que nous sommes », a-t-elle déclaré. « Il ne s’agit pas de dire : « Vous devez lire cette Bible pour que nous vous aidions », mais nous pensons que la Bible est une grande source d’aide, d’encouragement et d’espoir dans des moments comme celui-ci. »

Le responsable de la branche d’Odessa du groupe a déclaré qu’un missionnaire « a prié avec un homme juif, un colonel retraité de 99 ans, qui voulait embrasser Jésus comme son Messie ».

Chosen People Ministries, un groupe messianique basé à New York, contribue à la prise en charge d’environ 230 personnes dans un camp chrétien situé à l’extérieur de Varsovie. Beaucoup sont Juifs, mais pas tous, a déclaré le président de Chosen People, Mitch Glaser.

« Nous voulons littéralement suivre le modèle que Jésus a établi dans les évangiles, où il s’est occupé des gens qui étaient dans le besoin », a déclaré Mitch Glaser.

Chosen People Ministries a été créé en 1894 par un Juif converti à New York sous le nom d’American Board of Missions to the Jews . Jews for Jesus s’est désolidarisé de ce groupe dans les années 1970.

Le bureau d’un groupe missionnaire à New York. Illustration (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Le personnel de Chosen People fournit des produits de première nécessité, notamment de la nourriture et des vêtements, et organise des programmes pour les quelque 100 enfants du centre en Pologne. Le personnel tient des services de prière, organise des études bibliques et conduit les gens à diverses activités telles qu’au McDonald’s ou au bowling, a déclaré Glaser, qui a été élevé dans la religion juive, à New York.

Les gens sont admis au camp par le biais de ses organisateurs. La plupart en ont entendu parler par le bouche-à-oreille. Ensuite, s’il y a de la place, des employés se rendent dans la zone frontalière pour les récupérer.

Chosen People travaille également avec des réfugiés en Allemagne, où son personnel compte 15 à 20 personnes.

Parmi les réfugiés, se trouvent des non-Juifs, des Juifs et des Juifs messianiques.

Glaser a déclaré qu’il y avait déjà beaucoup de juifs messianiques en Ukraine, et que son groupe a aidé à mettre en place des congrégations à Kiev, Kharkov, Marioupol et Lviv. Certaines de ces congrégations avaient 40 ans, et la congrégation juive messianique de Kiev était l’une des plus importantes au monde, a déclaré Glaser, estimant qu’il y avait environ 5 000 Juifs messianiques en Ukraine avant la guerre. L’Union des congrégations juives messianiques estime qu’il y a plus de 70 congrégations juives messianiques en Ukraine.

Ci-dessus : Un office récent à la congrégation juive messianique de Kiev.

Chosen People aide à prendre soin d’environ 300 personnes déplacées à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, principalement des personnes liées aux congrégations messianiques dans l’est du pays déchiré par la guerre.

Le groupe collecte des fonds pour l’effort de secours, et a déclaré que si la guerre se termine rapidement, « tout ce que nous n’aurons pas utilisé de ce fonds servira nos missions auprès des survivants vieillissants de la Shoah en Israël ».

Le groupe ne considère pas ses activités comme une conversion des gens, car il se considère comme une branche du judaïsme, et a déclaré que ses autres activités, comme les voyages missionnaires, servent de pont précieux entre le monde chrétien et le judaïsme, à un moment où le soutien évangélique à Israël est en déclin.

Shannon Nuszen, directrice de Beyneynu, une organisation à but non lucratif en Israël qui observe les activités des missionnaires dans les communautés juives, a déclaré que ces efforts de sensibilisation étaient « irrespectueux, offensants et sinistres ».

« Ils ciblent des personnes vulnérables qui cherchent de la nourriture et un abri et leur enlèvent leur foi », a-t-elle déclaré. Des activités comme la distribution de bibles sont « irrespectueuses, elles dépassent les bornes, elles sont offensantes. Un véritable ami ne se comporterait pas ainsi ».

Des personnes tentant de fuir l’Ukraine attendent des trains à l’intérieur de la gare de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, le 4 mars 2022. (Crédit : Felipe Dana/AP)

« Ils sont partout où il y a des Juifs vulnérables, qu’il s’agisse de réfugiés, d’enfants sur les campus universitaires, d’enfants en vacances d’été », a-t-elle déclaré. Certains Juifs de l’ancienne Union soviétique connaissent moins bien le judaïsme parce qu’il avait été réprimé par les autorités soviétiques, ce qui les rend plus vulnérables et en fait une cible fréquente pour les missionnaires, a-t-elle ajouté.

Mme Singer a qualifié « d’odieux » les efforts de sensibilisation des réfugiés.

« Ce n’est pas comme si la synagogue de quelqu’un avait décidé de donner une aide humanitaire aux réfugiés ukrainiens dans le besoin, quelle que soit leur foi, et où aucune question n’est posée », a déclaré Singer. « Ils voient des gens dans une position vulnérable et les exploitent. »

Glaser, de Chosen People, a déclaré que la préoccupation primordiale du groupe est d’aider les réfugiés, et non de changer les croyances des gens.

« Nous croyons en Jésus et Jésus a fait des choses comme ça. Il a nourri les gens, il a guéri les gens, il a pris soin des gens. Certaines personnes veulent parler de Jésus, et d’autres ne veulent pas parler de Jésus », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il existait une possibilité de faire changer les perspectives religieuses des gens dans le futur, mais « ce n’est pas notre motivation ».

Nous sommes conscients qu’un jour, certaines personnes diront : « Hé, vous nous avez vraiment aidés, qu’est-ce qui vous motive, qu’est-ce qui est différent chez vous ? » et nous aimerions avoir ces conversations, mais nous ne le faisons pas dans le but d’obtenir quelque chose plus tard.

Il a ajouté que le groupe « essaie toujours de veiller au bien-être de nos concitoyens juifs, mais nous ne refuserions jamais un non-Juif au milieu d’une crise comme celle-ci ».

Un enfant marche devant une école endommagée dans la ville de Zhytomyr, dans le nord de l’Ukraine, le 23 mars 2022. (Crédit : Fadel Senna/AFP)

D’autres groupes messianiques et missionnaires ont également participé aux efforts de secours en Ukraine.

La Messianic Jewish Alliance of America a déclaré avoir aidé des réfugiés en Europe et des immigrants en route pour Israël, et avoir collecté des dons pour les secours de guerre.

L’Union des congrégations juives messianiques a déclaré avoir versé plus de 46 000 dollars pour l’aide à l’Ukraine, y compris aux congrégations messianiques dans les villes sous le feu de l’ennemi en Ukraine.

Chosen People et d’autres groupes chrétiens, tels que le Aliyah Return Center, aident à accueillir les réfugiés ukrainiens en Israël.

Le personnel de Chosen People en Israël a déclaré sur son site web avoir : « décidé de lancer un service d’accueil pour ceux qui viennent d’Ukraine, avec un endroit chaud et sûr où rester. Nous organiserons des réunions pour prier ensemble et étudier la Bible. Bien sûr, nous serons aussi une ressource pour les nouveaux immigrants afin de trouver des réponses aux questions pratiques et de s’adapter au pays. »

Tous les arrivants en Israël en provenance d’Ukraine ne sont pas juifs – Israël accepte certains réfugiés non juifs, et les personnes qui ne sont pas juives pourraient être admissibles à l’immigration en Israël en vertu de la Loi du retour si l’un de leurs grands-parents est juif.

Le mouvement messianique se développe rapidement en Israël, a déclaré Nuszen. Elle a estimé qu’il y avait environ 30 000 juifs messianiques en Israël, contre environ 15 000 en 2015, sur la base des rapports des organisations et des congrégations messianiques.

Des personnes se rassemblent dans un sous-sol utilisé comme abri anti-bombe lors d’un raid aérien à Lviv, en Ukraine occidentale, le 19 mars 2022. (Crédit : Bernat Armangue/AP)

Nuszen a déclaré qu’elle ne croit pas que les groupes messianiques fabriquent des informations sur les opérations de secours en Ukraine et dans les environs, et qu’elle n’est pas opposée aux efforts de secours, mais que l’évangélisation ne doit pas nécessairement aller de pair.

« En tant que Juifs, nous pouvons dire que nous apprécions le soutien humanitaire, le soutien financier lorsqu’ils se tiennent à nos côtés contre l’antisémitisme et les choses de ce genre », a-t-elle déclaré. « Mais je pense qu’en tant que communauté juive, nous devons mettre une limite lorsqu’il s’agit de prosélytisme, et que celui-ci est en soi un acte antisémite. »

Les groupes messianiques sont principalement financés par les dons des chrétiens et sont en concurrence les uns avec les autres pour le financement, ils font donc de la publicité pour attirer l’attention, a déclaré Nuszen.

Singer a déclaré qu’ils exploitaient la crise des réfugiés, et « ce n’est pas un secret ou une théorie du complot. Ils vous le disent dans toutes leurs collectes de fonds auprès des réfugiés ukrainiens, dont beaucoup sont des Juifs qui n’ont encore jamais entendu l’Évangile. C’est ce qui est consternant ».

Les critiques accusent les groupes d’utiliser des tactiques trompeuses, alors que les missionnaires disent travailler ouvertement.

Singer qualifie à la fois Jews for Jesus et Chosen People Ministries de « missions baptistes auprès des Juifs ».

« C’est une véritable fraude. Ils ne disent pas : ‘Bonjour, je suis ici au nom d’une église baptiste pour partager l’Évangile’. Ils ne s’habillent pas comme des chrétiens. Ils portent des kippot, ils portent des étoiles de David et ils leur expliquent que vous ne devenez pas un chrétien mais un juif messianique », a-t-il ajouté.

« Ils prennent des églises et les aménagent pour qu’elles ressemblent à des synagogues. C’est ce qui les rend si révoltants et si odieux, a-t-il ajouté, et c’est pourquoi ils sont universellement condamnés par toutes les communautés juives. »

Il a ajouté que, pour les communautés juives, « l’éducation juive doit être l’antidote à ces groupes néfastes. »

Selon l’ONU, environ 10 millions d’Ukrainiens – un quart de sa population – ont fui leurs foyers et sont maintenant déplacés dans le pays ou parmi les 3,6 millions de réfugiés hors des frontières. Les États-Unis ont déclaré que 12 millions de personnes ont besoin d’aide que 5,6 millions d’enfants ne pouvaient plus aller à l’école.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...