L’Albanie, premier pays musulman à adopter la définition de l’antisémitisme
Rechercher

L’Albanie, premier pays musulman à adopter la définition de l’antisémitisme

La définition de l'IHRA a été approuvée à l'unanimité par Tirana quelques jours avant le Forum des Balkans contre l'antisémitisme, placé sous l'autorité du Parlement albanais

L'ambassadeur d'Israël en Albanie Noah Gal Gendler s'exprime lros de l'inauguration d'un mémorial à Tirana, le 9 juillet 2020. Le mémorial dédié aux six millions de Juifs assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale et aux Albanais les ayant protégés des nazis a vu le jour dans la capitale albanaise. (Crédit : Xhulio Hajdari /Tirana City Hall via AP)
L'ambassadeur d'Israël en Albanie Noah Gal Gendler s'exprime lros de l'inauguration d'un mémorial à Tirana, le 9 juillet 2020. Le mémorial dédié aux six millions de Juifs assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale et aux Albanais les ayant protégés des nazis a vu le jour dans la capitale albanaise. (Crédit : Xhulio Hajdari /Tirana City Hall via AP)

L’Albanie a officiellement adopté, dans la journée de jeudi, la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance), devenant le premier pays à majorité musulmane à accepter cette formulation et à promettre de combattre les préjugés anti-juifs.

De nombreux pays occidentaux avaient adopté cette définition même si certains se sont opposés à ce que certaines formes de critiques d’Israël soient considérées comme antisémites dans le texte.

Robert Singer, leader vétéran d’organisations juives et ancien responsable du gouvernement israélien, a déclaré dans un communiqué émis par le Parlement albanais qu’il nourrissait l’espoir que d’autres nations musulmanes emboîteraient le pas à l’Albanie.

C’est Taulant Balla, député du parti Socialiste, qui avait proposé l’adoption de cette définition. Elle a été acceptée à l’unanimité.

Ce vote dans le pays survient quelques jours avant le lancement du tout premier Forum des Balkans sur l’antisémitisme, placé sous l’autorité du Parlement albanais en collaboration avec le Mouvement combattre l’antisémitisme (CAM) et l’Agence juive en Israël. Il visera, selon un communiqué de presse du CAM, à créer « un front uni qui permettra aux pays des Balkans de travailler ensemble contre l’antisémitisme ».

Selon le communiqué de presse, le Premier ministre albanais, les présidents des Parlements albanais, du Kosovo et de la Macédoine du nord, ainsi que des responsables des Nations unies, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et d’Israël prendront part à ce sommet.

Le président du Parlement albanais, Gramoz Ruci, a salué l’adoption de la définition de l’antisémitisme formulée par l’IHRA.

Citant la protection apportée en Albanie aux Juifs pendant la Shoah, il a déclaré que sa nation avait une raison d’être fière parce que « l’Albanie est le seul pays d’Europe où tous les Juifs ont été protégés et sauvés pendant la Seconde Guerre mondiale. Notre patrie, l’Albanie, a servi de terre de substitution aux Juifs dans les périodes difficiles ».

Les forces de l’Allemagne nazie avaient occupé l’Albanie du mois de septembre 1943 au mois de novembre 1949, où ils avaient été expulsés par les partisans communistes locaux. Toutefois, l’Albanie s’enorgueillit du fait qu’elle a été le seul pays où aucun Juif n’a été tué ou livré aux nazis.

La prière de l’Aïd al-Fitr aux abords de la mosquée de Kokonozi à Tirana, en Albanie, le dimanche 24 mai 2020. (Crédit : AP/Gent Onuzi)

La population juive du pays était passée de 200 avant la Seconde Guerre mondiale à plus de 3 000 à la fin de la guerre. Les Albanais avaient protégé leurs amis Juifs et aidé d’autres qui avaient fui l’Allemagne et l’Autriche, soit en leur permettant de partir à l’étranger, soit en les cachant chez eux.

Le chef de l’Agence juive, Isaac Herzog, a félicité le Parlement albanais.

« L’adoption de la définition de l’antisémitisme mise au point par l’IHRA est l’instrument le plus important et le plus efficace actuellement en place dans l’arène internationale pour passer à l’action pratique contre le fléau de l’antisémitisme », a dit Herzog.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...