Rechercher

L’ambassade saoudienne à Washington a une nouvelle adresse: « rue Jamal Khashoggi »

La nouvelle rue servira de "rappel constant" et de "mémorial pour que le souvenir" du journaliste dissident "ne puisse jamais être étouffé", a dit le président du conseil municipal

Des militants des droits de l'homme révèlent la nouvelle plaque de rue de Jamal Khashoggi Way lors d'un événement célébrant le changement de nom de la rue devant l'ambassade du Royaume d'Arabie saoudite, le 15 juin 2022 à Washington, DC. (Crédit : Nathan Howard/Getty Images/AFP)
Des militants des droits de l'homme révèlent la nouvelle plaque de rue de Jamal Khashoggi Way lors d'un événement célébrant le changement de nom de la rue devant l'ambassade du Royaume d'Arabie saoudite, le 15 juin 2022 à Washington, DC. (Crédit : Nathan Howard/Getty Images/AFP)

La rue en face de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington a été rebaptisée mercredi au nom de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien assassiné dont la mémoire a été honorée un mois avant la visite controversée de Joe Biden dans le royaume du Golfe.

La mairie de la capitale des Etats-Unis a dévoilé le panneau « Jamal Khashoggi Way », en hommage au dissident tué dans le consulat de son pays à Istanbul en 2018.

Hasard du calendrier, la cérémonie a eu lieu au lendemain de l’annonce du voyage du président américain en Arabie saoudite mi-juillet, au cours duquel il doit rencontrer le prince héritier Mohammed ben Salmane, pourtant accusé par le renseignement américain d’avoir « validé » l’assassinat du chroniqueur du Washington Post.

La nouvelle rue servira de « rappel constant » et de « mémorial pour que le souvenir de Jamal Khashoggi ne puisse jamais être étouffé », a dit Phil Mendelson, président du conseil municipal, qui avait voté à l’unanimité en faveur du nouveau nom.

Des gens tiennent des affiches représentant le journaliste saoudien Jamal Khashoggi et allument des bougies lors d’un rassemblement devant le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 25 octobre 2018. (Crédit : Yasin Akgul / AFP)

Tawakkol Karman, la militante yéménite prix Nobel de la paix en 2011, a estimé lors de la cérémonie que la future visite présidentielle signifiait « que Biden a abandonné son engagement à défendre les droits humains à travers le monde ».

Sarah Leah Whitson, de l’organisation de défense des droits humains Democracy for the Arab World Now, fondée par Jamal Khashoggi, a elle dénoncé une « capitulation éhontée » de la part du dirigeant démocrate.

« Nous voulons rappeler aux gens qui se cachent derrière ces portes que chaque jour, chaque heure, chaque minute, ceci sera dorénavant la rue Jamal Khashoggi », a-t-elle lancé en désignant l’ambassade face à elle. « Nous les tiendrons pour responsables de l’assassinat de notre ami (…) qui a osé défier la tyrannie de Mohammed ben Salmane ».

Joe Biden avait estimé avant son élection à la Maison Blanche que l’Arabie saoudite devait être traitée en Etat « paria », et promis, lors de son arrivée au pouvoir, un « recalibrage » des relations avec ce partenaire stratégique de l’Amérique, choyé comme rarement par son prédécesseur républicain Donald Trump. Il avait alors fait savoir qu’il refusait d’échanger directement avec le prince « MBS », jusqu’au revirement annoncé mardi.

La ville de Washington n’en est pas à son premier coup d’éclat symbolique.

L’ambassade de Russie se trouve ainsi sur la « Boris Nemtsov Plaza », du nom de l’homme politique réformiste tué près du Kremlin en 2015.

Les velléités de renommer la rue de l’ambassade de Chine en hommage à Liu Xiaobo, le dissident chinois prix Nobel de la paix en 2010, mort en détention, ont en revanche buté sur l’intense opposition de Pékin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...