L’ancien grand rabbin séfarade d’Israël meurt des suites du coronavirus
Rechercher

L’ancien grand rabbin séfarade d’Israël meurt des suites du coronavirus

Le gouvernement et le président Reuven Rivlin ont rendu hommage à Eliahou Bakshi-Doron, "érudit avisé du droit juif, avec un sens profond des responsabilités pour tout Israël"

L'ancien grand rabbin d'Israël Eliyahu Bakshi-Doron lors du mariage de sa petite-fille à Jérusalem, le 13 mars 2016. (Crédit : Yaacov Cohen / Flash90)
L'ancien grand rabbin d'Israël Eliyahu Bakshi-Doron lors du mariage de sa petite-fille à Jérusalem, le 13 mars 2016. (Crédit : Yaacov Cohen / Flash90)

L’ancien grand rabbin d’Israël Eliahou Bakshi-Doron est décédé dimanche des suites d’une infection au nouveau coronavirus, a annoncé l’hôpital Shaare Tzedek de Jérusalem. Les dirigeants israéliens pleurent son décès et ont salué sa mémoire, le définissant comme un grand guide spirituel.

Agé de 79 ans, le rabbin Bakshi-Doron était le grand rabbin séfarade d’Israël entre 1993 et 2003.

Né à Jérusalem en 1941, il avait été grand rabbin de la ville côtière de Bat Yam, puis de la ville portuaire de Haïfa pendant 18 ans, avant d’être élu grand rabbin d’Israël.

En 2000, lors de la visite du pape Jean-Paul II en Israël, il l’avait rencontré – en compagnie du grand rabbin ashkénaze Yisrael Meir Lau – ce qui lui avait valu des critiques de la part de certains rabbins ultra-orthodoxes.

En faveur du dialogue inter-confessionnel, il avait multiplié les rencontres avec des responsables musulmans et chrétiens.

Sa réputation a été ternie en 2012, lorsqu’il a été inculpé pour corruption et abus de confiance suite à sa participation à une arnaque, connue sous le nom de « l’affaire des rabbins », dans laquelle de fausses informations d’identification rabbiniques ont été délivrées à plus de 1 000 employés de la police et des services de sécurité. Les titres honorifiques fournis ont permis à ces fonctionnaires de bénéficier de primes salariales gouvernementales allant de 2 000 à 4 000 shekels par mois, coûtant des centaines de millions de shekels à l’État. En 2017, il a été reconnu coupable de fraude et d’abus de confiance et condamné à un an de prison avec sursis, ainsi qu’à une amende.

Hospitalisé cinq jours avant sa mort, le défunt souffrait de maladies qui ont entrainé une détérioration de son état de santé après qu’il a été contaminé par le nouveau coronavirus, a indiqué l’hôpital dans un communiqué. L’hôpital a déclaré que son état s’était détérioré au cours de la journée de dimanche et que les efforts pour le réanimer le soir même avaient échoué.

L’ancien grand rabbin Eliyahu Bakshi-Doron, en mai 2010. (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pleuré son décès, qualifiant le chef religieux de « maillon important de la chaîne de savants espagnols de la Torah. Sa maîtrise exceptionnelle des sources juives a fusionné avec ses nobles dimensions. Il était agréablement doué et a chaleureusement accueilli chaque personne ».

Netanyahu a salué son rôle de guide spirituel en Israël et dans le monde. « Son essence était l’intelligence, la tolérance et l’amour pour le peuple et l’État. »

Le président Reuven Rivlin s’est dit lui « profondément triste » et a rendu hommage à cet « érudit avisé du droit juif, avec un sens profond des responsabilités pour tout Israël ». « Il était un rabbin, un père et un chef spirituel pour les différentes communautés en Israël et dans la diaspora », a ajouté Rivlin.

« Je me souviens des nombreuses discussions que nous avons eues et de sa sincère préoccupation pour chaque être humain… Mes sincères condoléances à sa famille, à ses étudiants et à tout Israël pour le décès de ce géant spirituel. » Il a également salué les efforts du rabbin afin d’aider les femmes dans les procédures de divorces dans lesquelles le guet leur était refusé.

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, du parti séfarade ultra-orthodoxe Shas, l’a salué comme un « géant érudit, un guide pour beaucoup parmi le peuple d’Israël ». Son décès est un « grand malheur », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense, Naftali Bennett, a fait l’éloge de l’ancien grand rabbin dans un communiqué, qualifiant Bakshi-Doron « d’homme de bonté et de générosité, qui s’efforçait de rassembler le peuple d’Israël ».

Esther, l’épouse de Bakshi-Doron, est décédée en 2005. Ils ont eu 10 enfants.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, 110 Israéliens sont décédés du coronavirus. Le nombre de cas confirmés de la maladie est de 11 235.

Le nombre de patients gravement malades s’élève à 181, tandis que 133 patients sont sous respirateur.

750 patients sont hospitalisés, 7 257 sont traités à domicile, 1 058 se trouvent dans des hôtels de quarantaine, tandis que le nombre de patients guéris est passé à 1 689.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...