L’AP veut des actions de l’ONU après la vidéo de Netanyahu sur le « nettoyage ethnique »
Rechercher

L’AP veut des actions de l’ONU après la vidéo de Netanyahu sur le « nettoyage ethnique »

Saeb Erekat incite la communauté internationale à soutenir les paroles par des actes, après que Netanyahu ait affirmé que l’AP souhaite une Cisjordanie sans Juifs

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah, le 23 novembre 2015. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah, le 23 novembre 2015. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

L’Autorité palestinienne a redoublé ses efforts dimanche pour persuader la communauté internationale de prendre des actions contre les implantations d’Israël, à la suite de la publication d’une vidéo par le Premier ministe Benjamin Netanyahu dans laquelle il accuse l’Autorité palestinienne de préconiser un « nettoyage ethnique ».

Saeb Erekat, un haut conseiller du président de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, a déclaré que la vidéo du Premier ministre, publiée vendredi sur Facebook et Twitter, « montre que Netanyahu a franchi chaque ligne rouge avec ses remarques totalement non ethiques qui bafouent le droit international ».

Dans la vidéo, Netanyahu a critiqué ce qu’il a déclaré être un souhait de l’Autorité palestinienne de ne pas avoir de Juifs dans un futur Etat palestinien, qualifiant un tel désir de « nettoyage ethnique ».

Les remarques ont entraîné une condamnation rapide de la part des Etats-Unis et des membres de la communauté des Arabes israéliens.

Selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne Wafa, Erekat a déclaré que la vidéo devrait inciter le monde à prendre des actions contre Israël, y compris une résolution par le Conseil de Sécurité des Nations Unies condamnant les implantations israéliennes et une poursuite d’Israël devant le Tribunal Pénal International.

Le « monde doit maintenant commencer à tenir ce gouvernement pour responsable, et ne doit pas se contenter des déclarations et de dénonciations, mais de demander des comptes réels et immédiats », a-t-il déclaré.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a également appelé dimanche la communauté internationale à « forcer » Israël à respecter le droit international et à arrêter la construction d’implantations.

Sans se référer directement à l’accusation de Netanyahu de nettoyage ethnique, le ministère a accusé le Premier ministre israélien d’essayer de « légitimiser » les implantations ce qui « montre une fois de plus qu’il n’est plus un partenaire pour la paix ».

La communauté internationale considère que les bâtiments israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem Est sont illégaux. Jérusalem affirme que le statut des implantations de Cisjordanie est sujet à un accord de paix final avec les Palestiniens.

Israël a commencé la construction d’implantations en Cisjordanie après avoir capturé le territoire, auparavant contrôlé par la Jordanie, lors de la Guerre des Six Jours de 1967. Aujourd’hui, plus de 350 000 Israéliens vivent dans des implantations et des avant-postes en Cisjodanie et environ 200 000 à Jérusalem Est, qu’Israël considère comme son territoire.

« Le monde entier sait qui détruit la solution à deux-états », a déclaré Erekat, en référence au gouvernement de Netanyahu, qu’il a qualifié de gouvernement « par les habitants des implantations, pour les habitants des implantations dans les implantations ».

Israël a, jusqu’à présent, évité une résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies contre ses implantations du fait d’un véto américain. Il y a pourtant des spéculations que le président américain Barack Obama pourrait ne pas continuer à utiliser un tel véto pour défendre Israël alors que son mandat arrive à la fin.

Le département d’Etat américain a commenté vendredi les remarques de Netanyahu comme étant « inapropriées et inutiles ».

« Nous sommes évidemment en désaccord profond avec le fait de déclarer que ceux qui s’opposent à l’activité d’implantation ou voient cela comme un obstacle à la paix appeleraient, d’une certaine manière, à un nettoyage ethnique des Juifs de la Cisjordanie. Nous pensons qu’utiliser ce type de terminologie est inapproprié et inutile », a déclaré la porte-parole du Département d’Etat américain Elizabeth Trudeau.

Elle a dit que l’expansion israélienne des implantations soulève « des réelles question sur les intentions à long terme d’Israël en Cisjordanie ».

La vidéo du Premier ministre de vendredi a également entraîné la colère des politiciens arabes israéliens pour sa comparaison des citoyens arabes d’Israël avec les habitants juifs israéliens des implantations en Cisjordanie.

Dans une colonne publiée dimanche par Haaretz, le député Ahmad Tibi de la Liste Arabe Unie a accusé Israël de nettoyage ethnique des Arabes en 1948.

« La récente comparaison de M. Netanyahu des citoyens palestiniens d’Israël avec ses habitants illégaux dans la Palestine occupée est non seulement immorale, mais en désaccord total avec la rationalité, l’histoire et des obligations d’Israël selon le droit international », a-t-il écrit.

Ayman Odeh, le président de la Liste Unie, a accusé Netanyahu d’avoir créé « une réalité imaginaire » et a rejeté la comparaison entre les Arabes israéliens et les habitants juifs d’implantations de Cisjordanie, qui, a-t-il déclaré, mettent en place une politique de « nettoyage ethnique ».

« Netanyahu s’en fiche que les implantations aient été précisément établies afin d’expulser cruellement les populations palestiniennes de Cisjordanie vers des territoires limités autour de grandes villes », a-t-il écrit sur Facebook.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...