L’armée annule une réunion avec le grand rabbin séfarade suite aux polémiques
Rechercher

L’armée annule une réunion avec le grand rabbin séfarade suite aux polémiques

Le chef d'état-major aurait ordonné d'annuler un entretien prévu avec le grand rabbin séfarade après ses critiques contre les unités militaires mixtes

Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef  lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la Yeshiva Nezer HaTalmud à Beitar Illit, le 19 septembre 2016. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la Yeshiva Nezer HaTalmud à Beitar Illit, le 19 septembre 2016. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Une rencontre entre le plus important rabbin de l’armée et le grand rabbin séfarade d’Israël a été annulée dimanche dans un contexte de tensions croissantes entre l’armée israélienne et d’éminentes personnalités religieuses en raison de propos tenus sur le service militaire des femmes.

Aucune déclaration officielle n’a été émise, ni par l’armée israélienne, ni par le bureau du grand rabbin Yitzhak Yosef. Les médias israéliens ont toutefois annoncé que la rencontre entre Yosef et le grand rabbin de l’armée Eyal Karim avait été annulée sur ordre du chef d’état-major, le général de division Gadi Eizenkot.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman avait indiqué samedi qu’il avait interdit à Yosef et à deux autres rabbins de participer à des cérémonies militaires après qu’ils se sont exprimés sur l’intégration des femmes dans les unités de combat.

Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, pendant la conférence de Herzliya, le 20 juin 2017. (Crédit : Hagai Fried/conférence de Herzliya)

Prenant la parole lors d’un événement organisé à Ashdod, Liberman a indiqué que les déclarations faites par Yitzhak Yosef, Shmuel Eliyahu et Shlomo Aviner « n’avaient pas leur place » aux cérémonies militaires.

« Les femmes ont toujours participé à la sécurité du peuple juif, depuis Déborah la prophétesse… (à la parachutiste de la Seconde Guerre mondiale) Hannah Senesh », a-t-il expliqué. « Cette radicalisation est complètement déraisonnable ».

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, au conseil des ministres hebdomadaire dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, 3 décembre 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Liberman a indiqué que les fonctionnaires « doivent représenter l’Etat » et que les rabbins ne seront pas autorisés à assister aux événements militaires avant d’avoir désavoué leurs propos.

Eliyahu, grand rabbin sépharade et membre du conseil du grand rabbinat, avait dit mercredi à la radio militaire que le Premier ministre Benjamin Netanyahu devait limoger le chef d’état-major israélien Gadi Eizenkot en raison de l’intégration des femmes au sein des unités combattantes.

Répondant à l’information stipulant que l’armée de l’air israélienne venait de nommer sa première commandante d’escadron, Eliyahu avait déclaré que « l’armée a adopté un programme féministe complètement fou. Je ne sais pas ce qui est arrivé à Eizenkot. Les ministres du cabinet et le Premier ministre devraient lui dire : ‘Prenez vos affaires et rentrez chez vous, vous avez suffisamment fait pour affaiblir les motivations d’entrer dans l’armée, en particulier en faisant la guerre aux soldats religieux’. J’appelle le Premier ministre à dire à Eizenkot : ‘rentrez chez vous ».

Pour sa part, Netanyahu avait rejeté cette demande de limogeage formulée par Eliyahu, disant dans une déclaration faite lors d’une visite d’Etat en Inde : « Je suis fier que nous ayons une commandante d’escadron de l’aviation militaire. Non seulement je ne vais pas condamner le chef d’état-major, mais je vais le féliciter ainsi que le commandant des forces aériennes. J’espère qu’il y aura encore davantage de nominations comme celles-ci ».

Le jour suivant, le grand rabbin Yosef avait félicité Eliyahu pour sa « résolution à faire respecter les instructions du grand rabbinat au sujet de l’enrôlement des femmes ».

Le rabbin Shmuel Eliyahu en 2013 (Crédit : Flash90/Yonatan Sindel)

L’annulation de cette réunion prévue dimanche a suscité des condamnations de la part des partisans du rabbin. Le député du parti HaBayit HaYehudi, Betzalel Smotrich, a qualifié l’ordre qui aurait été donné par le chef d’état-major « d’apparemment illégal ».

« De par la loi, le grand rabbin de l’armée est membre du conseil du grand rabbinat dirigé par le grand rabbin [Yosef], et les deux hommes sont ainsi supposés se rencontrer et travailler ensemble. La politique du ministre de la Défense ou les ordres donnés par le chef d’état-major ne sont pas au-dessus de la loi et j’appelle ce dernier à revenir à la raison », a dit Smotrich.

Certains médias ont cité des sources non divulguées et proches de Yosef qui auraient insisté sur le fait que la rencontre n’avait pas été annulée, mais seulement reportée en raison du décès de l’oncle du grand rabbin séfarade. Ni l’armée ni le bureau de Yosef n’ont accepté de répondre aux demandes des médias.

La question de l’enrôlement des femmes, en particulier dans les unités de combat, est devenue sensible parmi les leaders religieux nationalistes orthodoxes ces dernières années, et oppose les dirigeants militaires traditionnellement libéraux aux chefs spirituels d’un grand nombre de soldats et d’officiers pratiquants.

Rabbi Shlomo Aviner, head of the Ateret Cohanim yeshiva in Jerusalem (Créditphoto: Yossi Zamir/Flash90)
Le rabbin Shlomo Aviner, qui dirige la yeshiva Ateret Cohanim à Jérusalem (Crédit photo : Yossi Zamir / Flash90)

Mardi, un autre rabbin de droite, Shlomo Aviner, avait écrit sur le site d’information orthodoxe Kippa qu’il était interdit de rejoindre des unités mixtes, à savoir presque toutes les unités non combattantes ainsi que plusieurs unités de combat.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, à la tête du parti religieux nationaliste HaBayit HaYehudi, a également dénoncé ces appels à l’insubordination.

Bennett a présenté jeudi ses excuses pour avoir qualifié les propos d’Eliyahu « d’insolents », tout en réaffirmant son opposition à ses déclarations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...