Rechercher

L’armée appelée suite à l’attaque de Palestiniens par des habitants d’implantation

Les agresseurs ont attaqué des agriculteurs en leur jetant des pierres ; ils étaient aussi armés de bâtons et en possession d'armes à feu ; trois Palestiniens ont été blessés

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo d'illustration : Des résidents de Homesh jettent des pierres sur des Palestiniens, le 26 mars 2020. (Crédit : Yesh Din)
Photo d'illustration : Des résidents de Homesh jettent des pierres sur des Palestiniens, le 26 mars 2020. (Crédit : Yesh Din)

L’armée israélienne a fait savoir mardi que ses troupes avaient été appelées en renfort après que des partisans du mouvement pro-implantation israéliens ont attaqué un certain nombre de Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie à l’aide de pierres. Ils étaient aussi en possession d’armes à feu. Ces agressions ont fait trois blessés.

Selon le groupe de défense des droits de l’Homme de gauche, Yesh Din, les agriculteurs palestiniens s’étaient rendus dans l’implantation d’Homesh, théoriquement abandonnée – les Israéliens qui y vivaient devaient l’avoir quittée suite au désengagement de 2005 mais, dans les faits, le site accueille encore un avant-poste illégal.

« Alors qu’ils allaient à leurs terres, un véhicule a bloqué le chemin, derrière eux, et en même temps, environ 15 partisans du mouvement pro-implantation se sont jetés sur eux tout en jetant des pierres, armés de bâtons. Les attaquants sont parvenus à coincer l’un des Palestiniens », a noté le directeur de Yesh Din.

Selon le groupe, l’homme palestinien a été frappé à coups de bâton et il a été intoxiqué au gaz lacrymogène. Deux autres Palestiniens ont été blessés par des jets de pierres.

Pour leur part, les militaires ont évoqué « des jets de pierres réciproques », mais ils ont reconnu que les habitants d’implantation israéliens étaient en possession d’armes à feu et qu’ils avaient tiré en l’air pendant les heurts.

« Le conflit est terminé. Les troupes israéliennes sont dans le secteur », a précisé Tsahal.

Selon Yesh Din, qui a posté un certain nombre de photographies violentes des blessures des Palestiniens et de l’attaque en elle-même, la police et les militaires avaient été immédiatement appelés quand l’attaque a commencé mais « il a fallu à la police et à l’armée beaucoup de temps pour arriver sur les lieux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...