Laurent Simons, jeune Belge surdoué, envisage de partir étudier en Israël
Rechercher

Laurent Simons, jeune Belge surdoué, envisage de partir étudier en Israël

L’université israélienne privilégiée par l’enfant, au QI de 145, n’est pas encore connue

Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël à Bruxelles, et Laurent Simons, jeune Belge âgé de 9 ans. (Crédit : Twitter / Emmanuel Nahshon)
Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël à Bruxelles, et Laurent Simons, jeune Belge âgé de 9 ans. (Crédit : Twitter / Emmanuel Nahshon)

Laurent Simons est un jeune Belge surdoué âgé de 9 ans. Etudiant en ingénierie électrique, il devait obtenir sa licence à l’Université d’Eindhoven en décembre dernier. Il a finalement dû interrompre ses études en décembre après un conflit opposant ses parents à l’Université.

Alors que ses parents voulaient qu’il obtienne son diplôme avant ses 10 ans, complétant un cursus de trois ans en dix mois, battant ainsi le record établi par un Américain de 10 ans en 1994, l’université a souhaité reporter la remise de son diplôme.

Il cherche désormais une nouvelle université et, après avoir envisagé de partir aux Etats-Unis, il pourrait finalement se diriger vers une université israélienne, a révélé mercredi sur Twitter Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël à Bruxelles.

« Le jeune prodige belge Laurent Simons a 9 ans, a-t-il écrit. Il termine ses études supérieures et souhaite poursuivre ses études en Israël ! Ce garçon a un don unique en sciences et ce serait merveilleux de l’avoir comme étudiant dans l’une de nos prestigieuses universités. »

L’université privilégiée par l’enfant, au QI de 145, n’est pas encore connue, selon le site Ynet. Emmannuel Nahshon a affirmé qu’il allait discuter avec plusieurs universités de la possibilité d’intégrer Laurent dans leur cursus.

« L’école primaire ne me manque pas trop », avait déclaré l’enfant en décembre à l’AFP. « C’est chouette [d’obtenir un diplôme universitaire], avait-il expliqué. Son rêve est de « fabriquer des organes artificiels pour prolonger la vie ».

« Les qualités de Laurent sont tout simplement extraordinaires », avait expliqué Sjoerd Hulshof, directeur de licence en génie électrique de l’Université de technologie d’Eindhoven, un cursus « généralement considéré comme difficile ».

Le jeune garçon est « l’étudiant le plus rapide que nous ayons jamais eu. Il est non seulement hyper intelligent, mais aussi très sympathique », avait ajouté auprès de l’AFP M. Hulshof.

Après son entrée à l’école primaire à tout juste quatre ans, il a effectué son année de CP comme ses camarades, avant de boucler le reste du primaire en un an et demi. Il lui a fallu autant de temps pour balayer les années de collège et lycée, le tout sans faire d’impasse.

« L’école nous a souvent suggéré qu’il saute des classes, mais toute matière a son importance », expliquent les parents de Laurent, qui vivent à Amsterdam.

« Son papi et sa mamie nous disaient qu’il était très intelligent, plus que les autres », explique sa mère, Lydia Simons, Néerlandaise de 29 ans, assistante dentaire dans le cabinet de son mari à Rotterdam. Celui-ci sera bientôt vendu, pour que le couple puisse se « consacrer entièrement » à Laurent, qu’il faut amener à l’université tous les jours du fait de son jeune âge.

« Il ne peut pas prendre le train tout seul », explique le père du jeune homme, qui s’adonne régulièrement à des interviews en compagnie de son fils.

Conscient de l’attention médiatique dont Laurent fait l’objet, Alexander assure que le garçon évolue dans un environnement sain, contrairement aux jeunes « chanteurs et aux stars de la pop ».

« Il s’agit de trouver un équilibre, qu’il profite de la vie, du fait d’être un enfant, d’être insouciant, tout ce processus », affirme M. Simons.

« Si, à un moment donné, on se rend compte qu’il prend la grosse tête, qu’il devient prétentieux ou arrogant, on lui remettra les pieds sur terre », dit-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...