L’avocat des handicapés est le pionnier de la lutte pour l’accessibilité numérique
Rechercher

L’avocat des handicapés est le pionnier de la lutte pour l’accessibilité numérique

Daniel Goldstein, l'avocat de la Fédération nationale des aveugles, s'attaque à de nouveaux cas, tout en encadrant la prochaine génération

Daniel Goldstein est un conseiller juridique de la Fédération nationale des aveugles (Crédit : Autorisation de Brown, Goldstein & Levy / via JTA)
Daniel Goldstein est un conseiller juridique de la Fédération nationale des aveugles (Crédit : Autorisation de Brown, Goldstein & Levy / via JTA)

JTA – Pour beaucoup de ceux qui connaissent son histoire, Haben Girma est une héroïne. En 2013, cette fille d’immigrants érythréens est devenue la première personne sourde-aveugle à être diplômée de la Harvard Law School.

Deux ans plus tard, elle faisait partie de l’équipe juridique qui a contribué à l’une des victoires majeures pour les droits civiques dans le cadre de l’affaire ‘Fédération nationale des aveugles contre Scribd’, une affaire qui a fait jurisprudence et qui a obligé la société d’e-livres à rendre les 40 millions de titres de sa bibliothèque accessible pour les personnes aveugles abonnés à son service avant la fin 2017.

Mais lorsqu’on lui a demandé de nommer un héros, Girma a choisi Daniel Goldstein, 67 ans, l’avocat de la Fédération nationale des aveugles et le cerveau derrière une stratégie juridique visant à faire rentrer l’Americans with Disabilities Act, une loi qui protège les personnes handicapées contre la discrimination, dans l’ère numérique.

Goldstein « est une force phénoménale dans le domaine des droits des personnes handicapées », a écrit Girma dans un courriel adressé au JTA.

« Dan a contribué à nous faire avancer vers un monde plus accessible, à la fois en abordant sans craintes des affaires-clés, mais également en encadrant les nouveaux avocats spécialisés dans les droits des personnes handicapées ».

Goldstein aide à conduire une expansion des droits des personnes handicapées, avec un objectif spécifique visant la sphère numérique, où la portée de la protection juridique pour les personnes handicapées reste ambiguë.

L’Americans with Disabilities Act (ADA), une loi datant de 1990 sur la protection des droits civils visant à éliminer la discrimination fondée sur le handicap, a eu un impact transformateur aux États-Unis, en rendant les bâtiments publics accessibles au fauteuil roulant ou avec le sous-titrage à la télévision.

Mais l’ADA est une loi datant de l’ère pré-Internet, et Goldstein est un chef de file qui veille à ce que les dispositions de la loi soient applicables dans le monde numérique.

L’avocat de Baltimore a poussé le ministère de la Justice, qui applique l’ADA, à mettre à jour ses règlements pour englober l’accessibilité au Web. Dans le même temps, Goldstein a engagé des poursuites contre une liste croissante de grandes entreprises pour s’assurer que leurs produits et leurs plates-formes soient accessibles aux aveugles.

« Beaucoup, beaucoup d’entreprises veulent être accessibles [aux handicapés] », a-t-il expliqué. « Beaucoup retardent leur mise en conformité jusqu’à ce qu’elles sachent quelles seront les normes. [Grâce aux retards du département de la Justice, elles sont] une cible facile pour des gens comme moi, pour les poursuivre en justice parce qu’elles ne disposent pas d’indications ».

En 2006, Goldstein a déposé un recours collectif contre Target qui a conduit le détaillant à apporter des modifications à son site Web pour améliorer son accessibilité pour les personnes aveugles. Une affaire de 2013 contre le spécialiste en déclaration d’impôt H & R Block a abouti à un résultat similaire.

An illustrative photo of a man holding an iphone (credit: Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d’un homme tenant un iphone (crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Grâce aux efforts de Goldstein, les aveugles peuvent désormais suivre leurs cours sur la plate-forme d’éducation d’Apple, iTunes U, passer du temps sur leurs iPhones et planifier leurs vacances sur Expedia.

Le même code informatique qui crée un affichage visuel inclut de plus en plus un encodage pour des affichages tactiles ou des logiciels qui vocalisent des informations visuelles, ce qui rend les sites web accessibles aux aveugles.

« Si le monde numérique n’est pas accessible, alors vous niez la possibilité aux personnes handicapées – des personnes non seulement sourdes-aveugles, mais également les gens qui ne peuvent pas utiliser leurs mains – à prendre part à la vie sociale, éducative et politique de notre nation », a déclaré Goldstein.

La prochaine grande étape, a ajouté Goldstein, est de veiller à ce que les électeurs handicapés ne soient pas privés de leurs droits alors même que le processus de vote devient numérique. Goldstein est actuellement impliqué dans un procès contre le secrétaire d’Etat de l’Ohio, sur des allégations que certaines informations ainsi que des formulaires de vote en ligne ne sont pas accessibles aux aveugles.

« La possibilité de voter par correspondance en privé et indépendamment est l’un des points clés pour la communauté des personnes handicapées », a-t-il dit.

Goldstein, un ancien procureur fédéral, a expliqué que c’était « presque un hasard » qui l’a amené dans cette arène juridique.

C’est lorsque la Fédération nationale des aveugles est devenue un client de son cabinet d’avocats à Baltimore et l’a défié d’utiliser le système juridique pour abattre les obstacles qui s’élèvent face aux personnes aveugles qu’il est entré dans cette voie.

En 2010, ses efforts ont abouti à la reconnaissance de l’American Bar Association qui lui a décerné le prix Paul G. Hearne pour les droits des personnes handicapées.

« Les lecteurs juifs ne connaissent que trop bien les stéréotypes arbitraires qui bloquent leurs opportunités », a déclaré Goldstein au JTA. « La question du handicap n’est pas différente ».

https://youtu.be/0HwANbvvr_4

Pour Goldstein, la lutte pour les droits civils est une tradition familiale et l’appel à la justice juive fait partie de son héritage. Son père, E. Ernest Goldstein, était un avocat sous l’administration Johnson qui, tout en enseignant le droit à l’université du Texas à Austin, a joué un rôle clé dans l’intégration de l’école dans les années 1960. Sa sœur, a-t-il ajouté, « faisait grève et parfois me permettait de venir [avec elle] ».

Goldstein est le père de trois enfants, désormais adultes – « dont un seul est devenu un avocat ». Il rit lorsque l’on évoque les propos de Haben Girma qui l’a appelé son héros.

« Ce sentiment ne pourrait pas être plus réciproque », a-t-il dit. « Elle sera l’une des grandes leaders de l’avenir. Ça a été un grand plaisir de regarder la vidéo de Haben surf. Saviez-vous qu’elle est aussi une championne de salsa ? ».

Cet article fait partie d’une série d’articles du JTA, liée au mois du Jewish Disability & Inclusion Awareness Month en partenariat avec la Fondation de la famille Ruderman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...