Le cabinet du coronavirus s’ouvre aux femmes avec l’arrivée de Meirav Cohen
Rechercher

Le cabinet du coronavirus s’ouvre aux femmes avec l’arrivée de Meirav Cohen

Cette initiative aurait suivi des pressions exercées sur Netanyahu, critiqué pour ce panel de dix hommes et que réintègre aussi Yaakov Litzman, ex-ministre de la Santé

La nouvelle ministre de l'Egalité sociale  Meirav Cohen lors de la cérémonie de sa prise de fonction au ministère, à Jérusalem, le 18 mai 2020 (Crédit :  Flash90)
La nouvelle ministre de l'Egalité sociale Meirav Cohen lors de la cérémonie de sa prise de fonction au ministère, à Jérusalem, le 18 mai 2020 (Crédit : Flash90)

Deux ministres ont rejoint, lundi, le dit « cabinet du coronavirus » et notamment une femme. La formation de l’instance ministérielle supervisant la réponse du pays à la pandémie et qui accueillait exclusivement des hommes avait été vivement critiquée.

La ministre chargée de l’Egalité sociale, Meirav Cohen, issue de la formation Kakhol lavan, a donc fait son entrée au cabinet ainsi que le ministre du Logement Yaakov Litzman, à la tête du parti YaHadout HaTorah, selon un communiqué émis par le bureau du Premier ministre.

Les deux avaient jusqu’à présent figuré parmi les observateurs du panel.

Ils rejoignent au sein du cabinet le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre de la Santé Yuli Edelstein, le ministre des Finances Israel Katz, le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, le ministre de la Justice Avi Nissenkorn, le ministre de l’Economie Amir Peretz, le ministre des Sciences et des technologies Izhar Shay et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime à la Knesset, le 5 août 2020. (Capture d’écran/Chaîne de la Knesset)

Leur nomination a été confirmée par le gouvernement lors d’une visioconférence, a noté le communiqué. Selon des informations, l’arrivée des deux nouveaux entrants a suivi des pressions exercées sur le Premier ministre.

Dans un tweet, Cohen a expliqué être « heureuse de rejoindre le cabinet du coronavirus » et « saluer cette décision ».

« En plus d’être la seule représentante des femmes, ce qui est important, je promets de représenter les intérêts de la population des seniors en Israël qui, on le sait, est la plus vulnérable en résultat de la crise entraînée par le coronavirus », a ajouté Cohen qui, avant de devenir députée, avait été à la tête d’une initiative de soutien et de défense des droits des personnes âgées.

Le cabinet israélien fort de 34 membres avait voté, le mois dernier, la réduction du nombre de personnes au sein du cabinet du coronavirus – un forum moins important de ministres dont les portefeuilles sont en lien avec l’épidémie de virus, en le faisant passer de 16 à dix membres. Cette révision à la baisse du cabinet avait suscité la colère de ceux qui s’en étaient fait exclure et il avait été critiqué pour sa nouvelle composition à 100 % masculine.

Litzman, qui a récemment abandonné le siège de ministre de la Santé, avait quitté la pièce pour manifester son mécontentement d’être mis à l’écart du panel.

« Je ne suis pas prêt à accepter cela. Je suis chef d’un parti et ancien ministre de la Santé », avait déclaré Litzman qui a quitté le ministère de la Santé pour le ministère du Logement au mois de mai.

Son comportement au début de la pandémie avait été très critiqué.

Le nouveau ministre du Logement et ancien ministre de la Santé Yaakov Litzman, lors de sa cérémonie d’investiture au ministère du Logement à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Olivier FitoussiFlash90)

Cohen, la ministre des Transports Miri Regezv, le ministre de la Santé Itzik Shmuli, le ministre du Tourisme Assaf Zamir avaient eux aussi été écartés du panel, tout comme le ministre de l’Education Yoav Gallant qui, selon des informations, en avait été furieux.

À ce moment-là, Cohen avait souligné qu’il n’y avait plus de femmes dans le groupe.

« Il n’y a pas de femmes dans le cabinet du coronavirus, et je ne parle pas de moi personnellement », aurait-elle dit. « Je comprends le désir d’efficacité mais il est insensé qu’il n’y ait aucune femme parmi ces dix représentants. »

« Il m’arrive de me réveiller au beau milieu de la nuit en me demandant pourquoi les feux de circulation sont rouges », aurait répondu Netanyahu. « Il y a beaucoup de choses qui sont insensées. »

Il avait ajouté qu’il avait fallu réfléchir tout particulièrement à maintenir une division égalitaire du cabinet entre son bloc et celui de Gantz. Chacun avait été représenté par cinq ministres dans ce panel revu à la baisse, et aujourd’hui par six.

Le leader de l’opposition Yair Lapid avait écrit sur Twitter en réponse à l’absence de femmes que le cabinet était composé de « machos déconnectés ».

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...