Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Le chef WCK Jose Andres : Le convoi se trouvait dans une zone contrôlée par l’armée

Le fondateur de l’organisation caritative américaine accuse Israël d'avoir pris pour cible le convoi "de manière systématique, voiture par voiture"

Le fondateur de World Central Kitchen, Jose Andres, interviewé par la Douzième chaîne le 3 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Le fondateur de World Central Kitchen, Jose Andres, interviewé par la Douzième chaîne le 3 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

Le célèbre chef Jose Andres, fondateur de World Central Kitchen (WCK), a accusé mercredi Israël d’avoir pris pour cible le convoi de l’organisation caritative américaine « de manière systématique, voiture par voiture ».

Il ne s’agit pas d’une « situation de malchance où, ‘oups’, nous avons lâché la bombe au mauvais endroit », a déclaré Andres à Reuters. « Même si nous n’étions pas en coordination avec l’armée israélienne, aucun pays démocratique et aucune armée ne peut prendre pour cible des civils et des humanitaires. »

Il a également écrit dans une tribune parue dans les colonnes du Yedioth Ahronoth mercredi « qu’Israël vaut mieux que la façon dont cette guerre est menée » et a ajouté « qu’il est temps pour le meilleur d’Israël de se manifester ».

Il a ensuite fait écho à ces propos lors d’une interview accordée à la télévision israélienne mercredi soir.

« Je ne pense pas que les frappes aériennes sur notre convoi aient été une fâcheuse erreur. Il s’agissait d’une attaque directe contre des véhicules clairement identifiés dont les mouvements étaient connus de tous les soldats de l’armée israélienne », a-t-il déclaré.

« Je connais des Israéliens. J’ai beaucoup d’amis israéliens et Juifs. Je sais que les Israéliens valent mieux que cette guerre. Je sais qu’ils valent mieux que de bloquer la nourriture et les médicaments pour les civils », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

Des gens autour des restes d’une voiture utilisée par le groupe d’aide américain World Central Kitchen, qui a été touchée par une frappe israélienne non-intentionnelle la veille, à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : AFP)

« Nous nourrissions des Israéliens. Nous étions aux côtés du peuple israélien quelques heures après le massacre de communautés entières [le 7 octobre]. Nous étions aux côtés du peuple israélien. Nous avons distribué plus de deux millions de repas. Nous étions dans de nombreux kibboutzim. Nous étions dans le nord », a poursuivi Andres.

« Si nous pensons à Pâque, quelles sont les leçons que nous en tirons ? Des leçons que chaque Israélien connaît ? À Pâque, on nourrit les étrangers. Vous nourrirez les étrangers parce que les étrangers vous ont nourri. Accueillons la signification de Pâque en nous assurant que nous nourrirons chaque étranger aujourd’hui. »

Interrogé sur la conversation qu’il a eue mardi avec le président américain Joe Biden, Andres a déclaré : « Personne ne remet en cause le soutien du président Biden à Israël, et je pense qu’Israël a et avait le droit de défendre son peuple. Mais défendre son peuple, ce n’est pas tuer tous les autres. »

« J’ai moi-même été à Gaza. J’ai rencontré […] », a-t-il interrompu en larmes, avant de reprendre « et certaines des personnes qui sont mortes étaient mes amis […] Zomi [Frankcom, l’une des sept victimes] est l’ange le plus gentil que vous puissiez rencontrer, une femme qui s’est rendue dans tant d’endroits dans le monde pour nourrir les gens. C’était une bonne âme. »

Zomi Frankcom d’Australie (à droite) l’une des sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen tués par une frappe israélienne non-intentionnelle à Gaza le 1er avril 2024, avec Mikolaj Rykowski, président de la Free Place Foundation, sur une photo non datée. (Crédit : Free Place Foundation’s Facebook/AP)

« Je pense que le gouvernement israélien doit ouvrir davantage de routes – c’est ce que j’ai dit au président Biden. Il doit ouvrir plus de routes terrestres et [permettre l’acheminement de plus de nourriture et] de médicaments aujourd’hui. [Le Premier ministre Benjamin] Netanyahu peut faire en sorte que cela se produise simplement en prenant son téléphone et en demandant que cette chose simple se produise ».

On a également demandé à Andres s’il aurait pu y avoir des terroristes dans les voitures et si quelqu’un aurait pu exploiter son personnel à son insu.

« Évidemment, je ne peux pas parler de ce que nous ne savons pas encore. Mais ce que je peux vous dire, c’est que World Central Kitchen se trouvait dans une zone déconflictuelle ; nous étions dans une zone hautement contrôlée par Tsahal, où personne ne peut entrer ou sortir sans que l’armée ne procède à de longues fouilles « , a-t-il affirmé. « Je suis donc très sceptique quant à l’éventualité d’une telle situation. »

« Je crois qu’Israël et le peuple israélien valent mieux que cela. Faisons ressortir nos meilleurs atouts aujourd’hui. Faisons en sorte de mettre un terme à la tuerie permanente de tout ce qui bouge dans la bande de Gaza. »

À LIRE : Les camions d’aide destinés à Gaza freinés par les dégâts, l’anarchie et la bureaucratie

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.