Rechercher

Le dernier documentaire de BHL pourra-t-il conjurer la lassitude sur l’Ukraine ?

À Tel Aviv cette semaine, Bernard-Henri Lévy a affirmé que le plus grand allié de Poutine était la lassitude du monde, tout en appelant à la vigilance contre la Russie

Bernard-Henri Lévy au Musée d'art de Tel Aviv, le 7 juillet 2022. (Crédit : Yuri Skvirski, i24NEWS)
Bernard-Henri Lévy au Musée d'art de Tel Aviv, le 7 juillet 2022. (Crédit : Yuri Skvirski, i24NEWS)

Le philosophe et écrivain français Bernard-Henri Lévy a fait carrière en se rendant dans des zones de guerre pour faire la lumière sur des conflits qu’il craint que la majeure partie du monde ait oubliés. « BHL » a ainsi parcouru les champs de bataille en Somalie, au Soudan, en Angola et au Kurdistan, et a été un fervent défenseur très médiatisé de l’intervention occidentale dans la guerre civile libyenne en 2011.

Mais les derniers mois que BHL a passés en Ukraine suite à l’invasion menée par la Russie étaient complètement différents de tout autre conflit, comme il l’a déclaré mercredi. BHL, 73 ans, s’exprimait lors de la projection de son nouveau documentaire sur le conflit, « Why Ukraine » (« Pourquoi l’Ukraine »), au Musée d’art de Tel Aviv, un évènement organisé par i24News.

« Cette guerre a une particularité par rapport aux autres que j’ai couvertes, car avec les autres, je savais que l’issue ne changerait pas grand-chose au destin ni à la face du monde », a-t-il déclaré. BHL a déclaré qu’il s’était impliqué « pour attirer l’attention sur ces autres conflits au nom des droits de l’homme et de la souffrance humaine ».

« Mais ici, c’est le contraire. J’ai eu le sentiment, dès les premiers jours, que l’ordre du monde était en jeu, que l’issue de cette guerre changera nos destins en Europe, en Amérique, en Occident en général, mais aussi, ici », a déclaré BHL.

« Bien sûr, il ne s’agit pas d’une guerre mondiale, mais c’est une guerre qui a des conséquences sur le monde entier. C’est une ‘guerre mondialisée’, qui a un effet papillon sur toute la planète. En Afrique, il y a maintenant une crise du blé et une famine qui sont créées par la Russie », a-t-il déclaré.

BHL a réalisé six documentaires et écrit plus de 40 livres. Mais ce dernier « projet » était différent. « C’est celui que j’ai réalisé en tenant le plus compte de l’urgence », a-t-il déclaré. Le tournage s’est achevé le 10 juin et l’équipe, dirigée par le co-réalisateur Marc Roussel, a fébrilement monté les images au cours des dernières semaines afin de sortir le documentaire le plus rapidement possible, plutôt que d’attendre les festivals de cinéma de l’été.

« Comme le disait Alexis de Tocqueville, l’une des faiblesses, des péchés et des défauts des démocraties est la versatilité… elles ne peuvent pas s’intéresser trop longtemps à une crise ou à une tragédie », a-t-il déclaré. « Alors que nous nous dépêchions de terminer ce documentaire, nous avons senti qu’il y avait une lassitude. Il y a une indifférence croissante. »

Bernard-Henri Lévy en conversation avec Natasha Kirtchuk, présentatrice d’i24News, au musée d’art de Tel Aviv, le 7 juillet 2022. (Crédit : Yuri Skvirski, i24NEWS)

« Le plus grand allié de Poutine n’est pas Xi Jingping [de la Chine], qui au final n’est pas capable de lui fournir les pièces dont il a besoin pour ses chars, ni même l’Iran. Le plus grand allié de Poutine, c’est la lassitude de l’Europe, la lassitude de l’Amérique », a déclaré BHL.

Le documentaire a été diffusé sur la chaîne Arte, mais l’événement à Tel Aviv était la première projection du documentaire en public. BHL a déclaré qu’il avait choisi de le présenter en Israël parce qu’il se sentait profondément lié à ce pays en tant que juif – et fier de l’être – mais aussi parce qu’il souhaitait inciter le gouvernement israélien à adopter une position plus ferme à l’égard de Poutine.

« Je suis pleinement conscient que la situation d’Israël est compliquée, je connais les enjeux, je sais autant que quiconque ici de quelle façon Israël fait face a une menace existentielle à ses frontières et qu’il y a une stratégie très difficile qui doit être adoptée avec le Hezbollah, l’Iran, avec Bachar el-Assad [en Syrie] et avec la Russie », a déclaré BHL. « Il est plus difficile pour Israël que pour la France d’avoir une position claire. »

BHL a rencontré le président Isaac Herzog mercredi matin et lui a communiqué le même message.

« Néanmoins, a-t-il dit, on n’en fait pas assez. Il y a une sororité entre Israël et l’Ukraine qui n’est pas assez prise en compte ici. Il existe une ‘solidarité entre les ébranlés’. »

« Les Ukrainiens d’aujourd’hui partagent un sentiment connu de plusieurs  générations de jeunes Israéliens » étant entraînés dans des conflits qu’ils n’ont pas choisis, a déclaré BHL.

Il a appelé les dirigeants israéliens à « être fidèles aux valeurs juives et au destin juif » et à être plus prompts à condamner ou à sanctionner la Russie.

« Lorsque tout cela sera terminé, et cela pourrait se terminer par la défaite de Poutine, je détesterais voir Israël du mauvais côté ou pas clairement du bon côté », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur ukrainien en Israël, le Dr. Yevgen Korniychuk, qui a également assisté à la projection, a exprimé des sentiments similaires.

« Nous pensons que d’un point de vue moral, même si Israël ne nous doit rien, que le pays est une démocratie, il fait partie du monde occidental », a-t-il déclaré avant la projection. « Donc, tout comme les autres démocraties, vous avez l’obligation évidente de faire tout ce que vous pouvez pour arrêter cette guerre. »

Korniychuk a déclaré qu’il était particulièrement découragé par le fait que de nombreux politiciens israéliens n’aient pas osé utiliser le terme de « guerre » mais l’ont qualifiée de « conflit local » entre les gouvernements russe et ukrainien. « Nous ne sommes en conflit avec personne, nous sommes une nation pacifique », a-t-il déclaré.

Korniychuk a déclaré que l’ambassade d’Ukraine en Israël prévoyait de travailler dur pendant la prochaine saison électorale pour s’assurer que les politiciens n’oublient pas la guerre en Ukraine lorsqu’ils feront campagne.

« Nous avons réalisé nos propres sondages et nous avons constaté que la plupart des Israéliens, y compris les non-russes parlant hébreu, soutenaient l’Ukraine en cette période », a déclaré Korniychuk. « Nous pensons donc que cette notion a un certain poids sur les politiciens et pourrait changer les décisions qu’ils prendront in fine. »

Bernard-Henri Lévy s’entretenant avec l’ambassadeur d’Ukraine en Israël, le Dr. Yevgen Korniychuk, avant la projection de son documentaire « Pourquoi l’Ukraine » au Musée d’art de Tel Aviv, le 6 juillet 2022. (Crédit : Mélanie Lidman)

Le documentaire « Pourquoi l’Ukraine » centre fermement l’histoire sur BHL lui-même et son activisme, plutôt que sur les Ukrainiens. Il s’agit d’un montage serré qui présente BHL sur presque toutes les séquences, marchant avec assurance aux côtés de combattants ukrainiens dans des rues bombardées, vêtu d’un costume impeccable. Le film contient de nombreuses images historiques de BHL dans d’autres zones de conflit, ainsi qu’une visite en Ukraine en 2014, lorsqu’il a apporté son soutien aux manifestations de Maidan, un mouvement populaire visant à rapprocher l’Ukraine de l’Europe et à l’éloigner de la Russie, qui a entraîné de violentes protestations sur la place Maidan à Kiev.

Le film contient également de nombreuses séquences de rencontres entre BHL et des politiciens ukrainiens, notamment un déjeuner animé avec le président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy, en 2020, BHL se positionnant en médiateur pour obtenir des rencontres avec des politiciens occidentaux.

S’exprimant après la projection à Tel Aviv, BHL s’est décrit comme un pacifiste, mais une grande partie du documentaire montre BHL visitant des bunkers sur les lignes de front et manipulant des armes lourdes avec un regard approbateur. Peu d’attention est accordée aux Ukrainiens qui accomplissent d’autres tâches, notamment l’organisation d’initiatives locales pour obtenir de la nourriture et un soutien logistique pendant les quatre mois de guerre.

Lors d’une interview accordée au Times of Israel après la projection, BHL a déclaré que le documentaire comportait beaucoup d’images de lui-même parce qu’il estimait que c’était le portrait le plus fidèle de la situation.

« Je pense que c’est la meilleure façon d’être honnête, de ne pas faire semblant », a déclaré BHL. « Je ne prétends pas être une personne objective ou exhaustive. Je dis simplement ce que j’ai vu, ce que je pense, et ce que j’en conclus. Pour moi, la subjectivité est une condition sine qua non à l’équité et à l’honnêteté. »

BHL a également fait l’éloge du « noble accueil » des réfugiés par Israël, malgré le plafond dur fixé par la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked à seulement 5 000 réfugiés non-juifs et les images d’Ukrainiens attendant pendant des jours à l’aéroport Ben Gurion.

BHL affirme que son activisme international très soigné a la capacité de maintenir les politiciens et le public intéressés par la question plus longtemps que s’il n’avait rien fait. Concernant le circuit des festivals de cet été pour son documentaire « Pourquoi l’Ukraine », BHL est resté silencieux ; de même, il est resté discret concernant les politiciens qu’il espère rencontrer, alors qu’il tente de maintenir les projecteurs sur l’Ukraine et de chasser les ombres de la lassitude.

« Nous pensions, peut-être pas en Israël, mais en Europe, nous pensions que nous avions atteint une utopie, que l’histoire était terminée, que les crimes de masse appartenaient au passé, que le libéralisme et la démocratie prévaudraient partout dans le monde, que toutes les nations deviendraient sages », a déclaré BHL. « Mais, nous nous sommes trompés. La sagesse ne fait pas office de loi. La sauvagerie bouillonne sous le vernis de la civilisation, et nous devons en être conscients. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...