Le Drian : L’annexion en Cisjordanie aura un coût pour Israël
Rechercher

Le Drian : L’annexion en Cisjordanie aura un coût pour Israël

Le diplomate a rappelé que "la règle de l'unanimité ne s'applique pas à tous les programmes européens auxquels participe Israël"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian le 26 mars 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian le 26 mars 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a averti Israël qu’une annexion d’une partie de la Cisjordanie « affecterait » ses relations avec l’UE et souligné que Paris restait « déterminé » à reconnaître « le moment venu » l’Etat palestinien.

« Dans l’hypothèse où nos efforts (pour dissuader Israël, NDLR) n’aboutiraient pas, nous nous préparons à réagir. Une décision d’une telle gravité ne peut rester sans réponse », a-t-il martelé lors d’un débat mercredi soir au Sénat sur la perspective d’annexion.

« Si les Israéliens décidaient d’aller de l’avant dans le processus d’annexion, nous serions contraints d’y opposer des mesures affectant les relation de l’Union européenne et de ses Etats membres avec Israël », a-t-il averti.

Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit annoncer à partir du 1er juillet sa stratégie pour mettre en place le plan américain pour le Proche-Orient. Ce dernier prévoit l’annexion par Israël des implantations juives et de la vallée du Jourdain, une vaste plaine agricole, en Cisjordanie, et la création d’un Etat palestinien sur un territoire réduit.

L’UE pourrait rééxaminer la « participation d’Israël à différents programmes de coopération » et « renforcer le contrôle de l’origine des produits importés », a noté le chef de la diplomatie française.

Il a concédé que la réticence de certains Etats membres (Pologne, Hongrie..) à sanctionner Israël compliquait toute prise de décision de l’UE mais estimé que celle-ci ne manquait pas pour autant de marges de manœuvre.

« Je relève que même si quelques Etats européens se distinguent sur le sujet, la règle de l’unanimité ne s’applique pas à tous les programmes européens auxquels participe Israël », a souligné Jean-Yves Le Drian.

« Une série de mesures peuvent être prises à titre national » et de manière « coordonnée », notamment entre la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, a-t-il ajouté.

La reconnaissance de l’Etat palestinien, régulièrement demandée par une partie de la classe politique française, reste une option sur la table, a par ailleurs relevé le ministre.

« Une éventuelle décision d’annexion ne modifierait en rien, au contraire, notre détermination ancienne à reconnaître le moment venu l’Etat palestinien dans le cadre et le format appropriés lorsque cette décision sera utile rapidement pour la paix », a-t-il souligné.

Certains Etats européens réfléchissent à cette option, d’autres pensent en revanche qu’elle serait contreproductive à ce stade et ne l’envisagent que comme ultime recours.

La relance des négociations de paix israélo-palestiniennes doit rester l’objectif même si pour l’heure elle n’est pas d’actualité, a poursuivi M. Le Drian.

« À défaut de pouvoir relancer immédiatement des discussions de paix, notre objectif est de préserver les conditions d’une négociation future et la possibilité d’une solution négociée », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...