Israël assouplit les restrictions à ses frontières terrestres
Rechercher

Israël assouplit les restrictions à ses frontières terrestres

Le gouvernement a déclaré que des voyages limités vers et depuis le Sinaï et la Jordanie seront autorisés ce mois-ci ; le point de passage de Taba a ouvert quelques heures jeudi

À titre d'illustration : des Israéliens en vacances sur la plage de Paradis Sweir, une station balnéaire du désert située au bord de la mer Rouge, dans le sud du Sinaï, en Égypte, pendant la fête juive de Souccot, le 15 octobre 2016. (Johanna Geron / Flash90)
À titre d'illustration : des Israéliens en vacances sur la plage de Paradis Sweir, une station balnéaire du désert située au bord de la mer Rouge, dans le sud du Sinaï, en Égypte, pendant la fête juive de Souccot, le 15 octobre 2016. (Johanna Geron / Flash90)

Les autorités israéliennes ont annoncé vendredi un assouplissement des restrictions aux frontières terrestres avec la Jordanie et l’Égypte, fermées depuis fin janvier pour tenter d’endiguer la pandémie de coronavirus.

Selon un communiqué du gouvernement, quelque 700 Jordaniens travaillant dans l’industrie hôtelière dans la station balnéaire d’Eilat sur la mer Rouge, à l’extrême-sud d’Israël et proche du port jordanien d’Aqaba, vont pouvoir entrer en Israël.

Ces employés devront subir un test de dépistage à leur entrée sur le territoire israélien puis rester en quarantaine, selon le communiqué. La date d’entrée en vigueur de cette autorisation n’a pas été précisée.

Par ailleurs, concernant l’assouplissement des mesures anticoronavirus, le gouvernement israélien a décidé de permettre aux diplomates d’utiliser le point de passage sur le Jourdain, au nord d’Eilat, et de passer d’Israël en Égypte au passage sud de Taba.

Illustration : Le passage de Taba à la frontière israélo-égyptienne, près d’Eilat. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Certains Israéliens pourraient également être autorisés à passer les prochaines vacances de Pessah, qui célèbre l’exode juif d’Égypte, dans la péninsule du Sinaï.

Le gouvernement avait approuvé jeudi une proposition de la ministre du Tourisme Orit Farkash-Hacohen de former un comité ministériel pour concevoir d’ici une semaine un projet pour permettre à un nombre limité d’Israéliens de voyager vers et depuis le Sinaï via le poste frontière de Taba.

Selon la proposition de Farkash-Hacohen, les arrivants du Sinaï feront partie des 3 000 Israéliens actuellement autorisés à entrer dans le pays chaque jour. L’entrée a été limitée pour empêcher l’arrivée potentielle de nouvelles mutations du coronavirus qui pourraient s’avérer résistantes aux vaccins actuels.

L’équipe ministérielle comprendra Farkash-Hacohen, le ministre de la Santé Yuli Edelstein, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri et le ministre des Transports Miri Regev.

La Douzième chaîne a rapporté que le projet envisagerait probablement de rouvrir les voyages dans le Sinaï début avril, voire même avant. Pessah commence le 27 mars.

Le reportage indique que les voyageurs devront d’une part avoir un document prouvant qu’ils ont été vaccinés ou ont guéri de la COVID-19, et d’autre part subir un test PCR.

Orit Farkash Hacohen, membre du parti Kakhol lavan, vote lors de la réunion du Comité des arrangements à la Knesset, à Jérusalem, le 13 janvier 2020. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Le point de passage de Taba devait ouvrir jeudi pendant plusieurs heures pour permettre à des dizaines d’Israéliens de rentrer en Israël après avoir été bloqués dans le Sinaï pendant des semaines.

Le point de passage était resté fermé depuis qu’Israël a scellé ses frontières le 26 janvier, et les voyageurs israéliens entrés dans la péninsule se trouvaient donc dans l’incapacité de revenir.

Le maire d’Eilat, Meir Yitzhak Halevi, qui se présente aux prochaines élections à la Knesset du 23 mars sur la liste du parti Tikva Hadasha de Gideon Saar, a critiqué l’initiative du ministère du Tourisme d’autoriser les voyages à destination et en provenance du Sinaï, affirmant que le gouvernement accordait la priorité au tourisme international plutôt qu’au tourisme interne.

« Au lieu d’aider la ville touristique d’Eilat, qui a subi un coup très dur et dont elle souffre encore financièrement, le ministre du Tourisme encourage les citoyens à partir en vacances à l’étranger », a-t-il déclaré au site d’information Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...