Le Hezbollah aurait de nouveaux missiles anti-navires sophistiqués
Rechercher

Le Hezbollah aurait de nouveaux missiles anti-navires sophistiqués

Le Yakhont, fabriqué en Russie, donnerait au groupe terroriste libanais la capacité de frapper les plate-formes gazières israéliennes et les navires croisant en Méditerranée

Un missile Yakhont exposé à un salon de l'aéronautique russe en 1997. (Crédit : JNO/CC BY-SA/Wikimedia Commons)
Un missile Yakhont exposé à un salon de l'aéronautique russe en 1997. (Crédit : JNO/CC BY-SA/Wikimedia Commons)

Le Hezbollah, groupe terroriste libanais, aurait obtenu de nouveaux missiles anti-navires sophistiqués fabriqués en Russie, qui pourraient menacer les champs de gaz israéliens de la mer Méditerranée et la capacité de la marine israélienne à opérer dans la région, selon un article publié dimanche.

La possession de missiles Yakhont par le Hezbollah a été révélée par des responsables occidentaux du renseignement dont le nom n’a pas été cité pendant le week-end à la Conférence sur la sécurité de Munich, où dirigeants et ministres de la Défense du monde se rencontrent pour discuter des grands sujets de sécurité, selon le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

L’article n’a pas précisé dans quel forum ces révélations ont été faites.

Si ces renseignements sont avérés, la possession de ces missiles par le Hezbollah représenterait une menace sérieuse aux intérêts israéliens en Méditerranée, mettant en danger à la fois les navires commerciaux israéliens naviguant dans les voies de livraison du large des côtes libanaises, et la capacité de la marine israélienne à opérer dans et autour des eaux libanaises.

Plus important encore, les missiles donneraient au Hezbollah la capacité de frapper les plate-formes israéliennes de production de gaz naturel en Méditerranée, une menace qu’Israël compterait contrer en installant des versions maritimes de son système de défense anti-missile Dôme de Fer sur les navires de la marine qui participent à la défense des champs de gaz naturel du pays.

Le champ de gaz naturel de Tamar, au large d'Ashkelon. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Le champ de gaz naturel de Tamar, au large d’Ashkelon. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Des responsables sécuritaires israéliens avaient déjà déclaré que des missiles sophistiqués comme le Yakhont qui tomberaient entre les mains du Hezbollah seraient le franchissement d’une ligne rouge, et Israël aurait visé au moins deux livraisons de ces missiles en 2013 entre la Syrie et le Hezbollah. La Syrie, l’un des plus proches alliés de la Russie, possède un important arsenal des missiles sophistiqués anti-navires.

Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, plusieurs frappes aériennes ont été attribuées à Israël. Elles auraient visé des convois d’armes destinés au Hezbollah, dans le cadre de la politique israélienne pour empêcher le groupe terroriste d’acquérir des armes qui pourraient « changer les règles du jeu », notamment des systèmes anti-aériens, des armes chimiques et d’autres armes sophistiquées comme le Yakhont.

En 2014, Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, avait démenti un article publié par le Wall Street Journal qui affirmait que le Hezbollah possédait au moins 12 systèmes Yakhont, déclarant qu’Israël pensait que le groupe terroriste chiite « n’a pas les missiles. »

Pendant la guerre du Liban de 2006, le Hezbollah avait réussi à frapper un navire de guerre israélien au large des côtes libanaises en utilisant en missile anti-navire C-802 fabriqué en Chine, tuant quatre marins.

L’attaque sur le navire avait surpris les responsables sécuritaires israéliens. Un officier de l’armée israélienne avait alors déclaré au quotidien Haaretz que « nous avons l’impression que nous opérons au-delà de la portée des missiles. »

Des femmes agitent des drapeaux libanais ou du groupe terroriste chiite du Hezbollah devant des portraits du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei (à droite) et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, pendant un discours de ce dernier commémorant les dix ans de la deuxième guerre du Liban, à Bint Jbeil, le 13 août 2016. (Crédit : AFP/Mahmoud Zayyat)
Des femmes agitent des drapeaux libanais ou du groupe terroriste chiite du Hezbollah devant des portraits du guide suprême iranien, l’ayatollah
Ali Khamenei (à droite) et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, pendant un discours de ce dernier commémorant les dix ans de la deuxième guerre du Liban, à Bint Jbeil, le 13 août 2016. (Crédit : AFP/Mahmoud Zayyat)

Jeudi, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, s’est vanté qu’Israël ait été surpris à l’époque, et a affirmé qu’il serait surpris à nouveau dans un futur conflit.

« En 2006, vous aviez la force des munitions mais vous avez été ébahis avec ce que vous avez vu après avoir réalisé que vous n’aviez pas assez de renseignements. Vous serez surpris avec ce que nous cachons [maintenant] qui pourrait changer le cours de n’importe quelle guerre », a-t-il déclaré.

Le Yakhont, qui aurait une portée de 300 kilomètres, apporterait au Hezbollah une importante amélioration par rapport au C-802, qui a une portée de 110 kilomètres.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...