Rechercher

Le Japon prévoit d’importants achats d’équipements de défense israéliens

Tokyo craint particulièrement une invasion de Taïwan par la Chine, île qu'elle revendique comme sienne, dans le même style que l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, pendant une visite au Japon pour célébrer le 70e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays, le 29 août 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense, Benny Gantz, pendant une visite au Japon pour célébrer le 70e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays, le 29 août 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Israël prévoit une augmentation des exportations d’équipements de défense vers le Japon, alors que la nation asiatique a annoncé son intention d’augmenter ses dépenses militaires dans un contexte de tension avec la Chine dans la région, a rapporté l’agence Reuters.

Tokyo craint particulièrement une invasion de Taïwan par la Chine, île qu’elle revendique comme sienne, dans le même style que l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le Parti libéral démocrate, au pouvoir au Japon, veut ainsi doubler les dépenses de défense, les faisant monter à 2 % du PIB – le budget militaire du Japon serait ainsi le troisième plus important au monde.

Benny Gantz, ministre israélien de la Défense, a pris en compte cette volonté du Japon dans le cadre de sa visite de deux jours à Tokyo la semaine dernière. Un mémorandum de coopération bilatérale en matière de défense a ainsi été signé.

« Il y aura des ramifications réelles à cela, à la fois au niveau militaire et dans la R&D, ainsi qu’au niveau de l’industrie de la défense », a-t-il déclaré à la presse, sans élaborer davantage.

Alon Yehoshua, attaché de défense israélien, a quant à lui déclaré que le Japon avait exprimé un intérêt particulier quant à une coopération sur les cybertechnologies.

Un responsable du ministère japonais de la Défense a ainsi déclaré que Gantz et sa délégation avaient « accepté de continuer à chercher des moyens afin que les deux pays puissent coopérer en matière de défense », mais qu’ils n’avaient pas encore discuté de projets spécifiques ou d’accords d’approvisionnement.

Les exportations de défense israéliennes sont montées à 11,3 milliards de dollars en 2021 – un record. Israël est ainsi le 10e plus grand exportateur de défense au monde, selon les conclusions d’un groupe de surveillance suédois.

La visite de Gantz au Japon venait célébrer le 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Il s’agissait de la première fois depuis une décennie qu’un ministre israélien de la Défense se rendait dans cette nation de l’Est de l’Asie.

Il était notamment accompagné par l’ambassadeur israélien au Japon, Gilad Cohen, et s’est s’entretenu avec le secrétaire de cabinet Matsuno Hirokazu, le deuxième responsable politique le plus important après le Premier ministre.

Il a notamment participé à une cérémonie organisée en l’honneur de Nakayama Yasuhide, ancien ministre japonais de la Défense, et lui a remis un certificat d’appréciation au nom du gouvernement israélien pour « son grand soutien à l’État d’Israël », a noté un communiqué de presse officiel publié par les autorités israéliennes.

Une semaine plus tôt, le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Eyal Grinboim, était allé au Japon pour s’y entretenir avec le responsable des forces aériennes nippones, le général Shunji Izutsu.

Cette visite avait été la première d’un officiel de l’armée de l’air de Tsahal depuis 1991.

Le général Eyal Grinboim rencontre le général Shunji Izutsu, le commandant des forces aériennes japonaises, le 26 août 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Les liens entre Israël et le Japon sont florissants depuis ces dernières années, particulièrement en matière de commerce bilatéral.

En 2021, les firmes japonaises ont investi environ 2,9 milliards de dollars dans le cadre de 85 accords conclus avec des firmes israéliennes – soit presque le triple du montant des investissements en 2020, a noté une étude qui a été publiée au mois de janvier par la Harel-Hertz Investment House. En 2015, ce chiffre s’élevait seulement à 87 millions de dollars.

Le Japon représente aujourd’hui 18,5 % de tous les investissements étrangers dans le secteur technologique israélien, contre 1,8 % en 2016. Il représente 12 % des investissements totaux (étrangers et israéliens), selon Elhanan Harel, fondateur et président de Harel-Hertz et auteur du rapport.

Harel attribue dans son rapport la croissance de l’intégration économique entre les deux pays au caractère de plus en plus volatile du marché chinois suite à la guerre commerciale opposant la Chine et les États-Unis, avec des investisseurs israéliens qui considèrent le Japon comme une alternative plus sûre dans l’Est asiatique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...