Rechercher

Le Luxembourg versera un million d’euros de réparations aux survivants de la Shoah

Chaque bénéficiaire éligible recevra un premier versement de 5 000 euros d'ici fin novembre et un second versement en mars 2022

Gideon Taylor, directeur des opérations de l’Organisation juive mondiale pour la restitution. (Autorisation)
Gideon Taylor, directeur des opérations de l’Organisation juive mondiale pour la restitution. (Autorisation)

Le 27 janvier 2021, Journée internationale de commémoration de la Shoah, l’État luxembourgeois a conclu un accord avec le Consistoire israélite du Luxembourg, la World Jewish Restitution Organization (WJRO) et la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah. Le Luxembourg s’engageait ainsi à indemniser les survivants de la Shoah qui résident au Luxembourg ou qui y résidaient pendant l’occupation nazie.

Près de dix mois plus tard, la promesse se concrétise. Lundi dernier, l’Organisation mondiale de la restitution juive (WJRO) a annoncé que la Claims Conference, organisme chargé de gérer cet argent, avait commencé à le verser.

Chaque bénéficiaire recevra un premier versement de 5 000 euros d’ici la fin du mois de novembre et le second versement en mars 2022. Les personnes éligibles seront sélectionnées parmi celles qui auront déposé une demande de restitution avant la date limite prolongée du 31 janvier 2022. Au total, un million d’euros va être distribué à parts égales aux requérants approuvés.

« Comme les survivants vieillissent, le programme de paiement luxembourgeois est particulièrement important. La promesse du Luxembourg de fournir un soutien direct aux survivants de la Shoah est une déclaration profonde de son engagement permanent à soutenir les Juifs qui ont été persécutés et ont tant souffert pendant l’occupation nazie du Luxembourg », a expliqué Laurent Moyse, président par intérim de la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah, dans un communiqué.

« Ces fonds apportent une petite mesure de justice et aideront les survivants à vivre leur quotidien avec la dignité qu’ils méritent », a ajouté Gideon Taylor, président des opérations du WJRO.

Le Luxembourg est le dernier pays de l’Union européenne à signer un tel accord avec la communauté juive. Outre le million d’euros destiné à fournir une compensation matérielle aux survivants, l’accord prévoit le versement de 120 000 euros par an, pendant 30 ans, à la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah afin de lutter contre le négationnisme et le racisme, et qui s’évertue aussi à résoudre les questions relatives aux spoliations durant la Seconde Guerre mondiale.

Jugée tardive, l’annonce de ces versements a tout de même été accueillie avec gratitude par les survivants de la Shoah.

« Je suis né au Luxembourg. Lorsque la guerre a commencé, nous sommes partis dans le sud de la France où les nazis ont capturé mes parents. J’ai été emmenée par une famille chrétienne tandis que mon frère a été emmené dans un camp caché pour enfants dans les montagnes. Mes parents ont été exilés à Auschwitz et ne sont jamais revenus. Nous avons déménagé en Israël en 1949 avec notre grand-mère. Nous avons construit notre vie en Israël. Bien que nous ne soyons pas dans le besoin, nous sommes heureux et reconnaissants de la décision du gouvernement luxembourgeois. Comme le dit le proverbe, ‘mieux vaut tard que jamais' », a déclaré Haya Nevo, 82 ans, citée par le Jerusalem Post.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...