Le ministère de la Culture alloue 60 M de shekels à l’archéologie de Jérusalem
Rechercher

Le ministère de la Culture alloue 60 M de shekels à l’archéologie de Jérusalem

Les fouilles dans et autour de la ville de David seront financées par une subvention gouvernementale de deux ans

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Les archéologues travaillent à proximité des vestiges de la citadelle d'Acra et de la tour de la Cité de David à Jérusalem. (Yonatan Sindel / Flash90)
Les archéologues travaillent à proximité des vestiges de la citadelle d'Acra et de la tour de la Cité de David à Jérusalem. (Yonatan Sindel / Flash90)

En l’honneur de la Journée de Jérusalem, un projet spécial visant à soutenir et à étendre les fouilles archéologiques dans et autour de la ville de David bénéficiera d’une subvention gouvernementale de 60 millions de NIS.

Selon le journal israélien Israël Hayom, la ministre de la Culture, Miri Regev, annoncera la décision lors d’une réunion gouvernementale dimanche.

Le budget de 60 millions de NIS (19 millions d’euros) sera alloué à l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) sur deux ans, dans le cadre d’un plan plus large de 500 millions de shekels (145 millions de d’euros) pour développer les infrastructures existantes des sites.

Avec cette subvention, le ministère de la Culture espère « faire de Jérusalem un centre international de religion, de patrimoine, de culture et de tourisme » par les fouilles, la recherche et le développement de l’archéologie antique.

« Pour la première fois depuis des décennies, le gouvernement israélien a lancé des fouilles qui exposeront les antiquités de Jérusalem et raconteront l’histoire du peuple juif il y a 3 000 ans », a déclaré M. Regev.

« L’approbation d’un projet pour révéler Jérusalem le jour qui marque le jour de sa libération et réunification est, à mon avis, très importante pour le lien qui unit le peuple juif à Jérusalem et à la Cité de David, devenu le centre névralgique du peuple juif et de cette terre », a déclaré Regev.

La ministre de la Culture Miri Regev s’exprime lors d’une cérémonie à la Knesset en l’honneur des allumeurs de flambeaux de la cérémonie du 70e Jour de l’Indépendance au Mont Herzl, qui aura lieu cette semaine. 15 avril 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’IAA s’est félicité de l’afflux budgétaire prévu, confiant au Times of Israël qu’il était « heureux » que l’État prenne la responsabilité de préserver le passé de Jérusalem.

« L’important est l’initiative de l’Autorité israélienne des antiquités en collaboration avec des organisations opérant à Jérusalem. La décision du ministre de la Culture de promouvoir ce programme en tant que décision du gouvernement est la bienvenue et la plus importante », a déclaré le porte-parole de l’AIA, Yoli Schwartz.

La plupart des sites inscrits au budget se trouvent dans ou sous les auspices du parc national de la ville de David (Ir David), situé à Jérusalem-Est, au sud de la vieille ville près de la porte Dung, contigu au village arabe Silwan. Le site archéologique fait officiellement partie de l’Autorité israélienne Nature et Parcs, mais est administré par l’ONG Elad, qui promeut et découvre les liens historiques juifs avec la ville de Jérusalem, ainsi que l’implantation juive dans les quartiers arabes de la ville.

Doron Spielman, vice-président de la Fondation City of David, a déclaré au Times of Israël : « Nous soutenons vivement la décision du gouvernement israélien de faire de la découverte de l’histoire archéologique de Jérusalem, y compris de la ville de David, une priorité nationale , en particulier à un moment où le monde découvre des actions courageuses des Etats-Unis et d’autres pays pour soutenir Jérusalem comme capitale d’Israël. »

Spielman a déclaré que des milliards de personnes de toutes les religions du monde entier « ressentent un lien profond » avec la Cité de David. « Cette décision permettra au parc national de la ville de David de doubler le nombre de personnes cherchant à se connecter avec l’histoire de Jérusalem de leurs propres yeux, à plus d’un million par an », a déclaré Spielman.

« Les fouilles dans le parc national de la ville de David sont menées par l’Autorité israélienne des Antiquités, l’un des organismes archéologiques les plus respectés au monde. La décision prise par le Premier ministre comprend des fonds fournis par divers ministères du gouvernement », a déclaré M. Spielman, y compris le ministère de l’Éducation.

Une partie des vestiges récemment découverts d’une tour de pierre massive construite pour protéger la source de Gihon – un approvisionnement vital en eau juste en aval de l’ancienne ville de Jérusalem (Institut Weizmann)

Les sites spécifiques mentionnés dans l’article d’Israel Hayom sont largement situés à l’extérieur des murs de la Vieille Ville, et se trouvent principalement entre la Cité de David et le Mont Sion. Selon l’article, le plan à présenter aux ministres dimanche nomme la forteresse de printemps de Gihon, qui, grâce à l’aide de la datation au carbone a été récemment re-datée à 900 ans après l’ère commune – la deuxième moitié de l’âge de fer – en plein milieu de la période israélite.

Les autres endroits mentionnés comprennent une rue en gradins et une excavation achevée d’une section actuellement fermée du canal de drainage depuis l’époque du Second Temple qui va de la ville de David, sous la zone de l’Arche de Robinson du parc archéologique Davidson, aux tunnels du mur occidental.

Ni la Cité de David, ni le ministère de la Culture n’ont répondu à la demande de savoir si la subvention servirait également à la construction de la plate-forme de prière pluraliste prévue par le gouvernement dans le parc archéologique Davidson.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...