Le ministre anglais Sajid Javid visite le mur Occidental et le mont du Temple
Rechercher

Le ministre anglais Sajid Javid visite le mur Occidental et le mont du Temple

Avec sa kippa noire, le ministre d'origine musulmane a visité le lieu saint juif dans la Vieille Ville de Jérusalem, et rassure les Palestiniens anglais sur la solution à 2 États

Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, (au centre), visite le mur Occidental à Jérusalem, le 1er juillet 2019. (Avec l'aimable autorisation de The Western Wall Heritage Foundations)
Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, (au centre), visite le mur Occidental à Jérusalem, le 1er juillet 2019. (Avec l'aimable autorisation de The Western Wall Heritage Foundations)

Le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, a effectué lundi une rare visite au mur Occidental et au mont du Temple de Jérusalem, le dernier jour de sa visite de trois jours en Israël et en Cisjordanie.

Javid, qui vient d’une famille musulmane, a mis une kippa juive traditionnelle en visitant le lieu saint du mur Occidental et a placé une note entre les pierres de l’ancien mur de soutien.

Le ministre était accompagné au sanctuaire juif par le directeur de la Western Wall Heritage Foundation, selon une déclaration de l’ONG religieuse qui administre le site, mais aucun représentant du gouvernement israélien.

Lundi, Javid a également visité et prié à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple et à l’église voisine du Saint-Sépulcre.

Le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid (C), visite la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple à Jérusalem le 1er juillet 2019. (Avec l’aimable autorisation du Consulat-général britannique)

« J’ai eu l’honneur de visiter le [mont du Temple] plus tôt dans la journée », a-t-il dit, selon un communiqué du consulat britannique à Jérusalem. « La liberté de religion et de conviction est un droit non négociable pour tous les peuples, et le gouvernement britannique s’est engagé à lutter contre la haine anti-musulmane, l’antisémitisme, la persécution des chrétiens et tout autre obstacle à ce droit tant au Royaume-Uni que dans le monde ».

Le mur Occidental, qui fait partie de l’enceinte du temple biblique, se trouve sous le mont du Temple et est l’endroit le plus saint où les Juifs sont autorisés à prier.

Javid se souvient que son père croyait profondément en la coexistence entre juifs et musulmans. « Nous aimons beaucoup le patrimoine juif et nous l’apprécions beaucoup », a-t-il déclaré lors de la visite privée.

Selon un communiqué de la Fondation, Javid a été le premier ministre britannique à visiter le mur Occidental en 19 ans.

Les visites de dignitaires étrangers au mur Occidental sont catégoriquement contestées par les Palestiniens, qui prétendent qu’elles légitiment les revendications israéliennes sur la moitié est de la ville, qu’ils réclament comme capitale d’un futur Etat palestinien.

Une récente série de visites de ce type, y compris de hauts responsables américains, a été présentée en Israël comme un signe de reconnaissance internationale croissante de la position d’Israël.

L’année dernière, le Prince William a visité le mur Occidental et le mont du Temple lors d’une visite en Terre Sainte, devenant ainsi le premier membre de la famille royale à visiter le site depuis 1948 lorsque le mandat britannique prit fin.

Le diplomate jordanien Nizar al-Qaissi, à gauche, s’est joint aux officiels du Waqf et au mufti palestinien de Jérusalem pour saluer le prince William sur le mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 28 juin 2018. (Consulat général britannique de Jérusalem)

En mai, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accompagné le secrétaire d’État américain Mike Pompeo au mur Occidental, la première fois que le haut diplomate de Washington a visité la Vieille Ville disputée de Jérusalem accompagné par un haut fonctionnaire israélien.

La visite a été perçue par certains comme une reconnaissance tacite par les Américains de la souveraineté israélienne sur le site sacré juif contesté et comme un changement dans la politique américaine qui s’éloigne de la solution à deux États.

Dimanche, après avoir rencontré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, et l’envoyé de l’ONU au Moyen Orient, Nickolay Mladenov, Javid a déclaré que le gouvernement britannique était toujours attaché à l’indépendance palestinienne.

« Le Royaume-Uni reste déterminé à progresser vers une solution à deux États qui conduise à un Israël sûr et sécurisé vivant aux côtés d’un État palestinien viable et souverain, avec Jérusalem comme capitale commune », a déclaré M. Javid. « Ce n’est qu’ainsi que l’incroyable potentiel de cette région et de ses habitants pourra être encore mieux exploité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...