Le mouvement réformé juif américain s’oppose à Friedman comme envoyé en Israël
Rechercher

Le mouvement réformé juif américain s’oppose à Friedman comme envoyé en Israël

L’association affirme que l’avocat de Trump est “la mauvaise personne pour ce poste essentiel” en citant son manque de qualifications et son soutien aux implantations

David Friedman lors de son audition de confirmation pour le poste d'ambassadeur des Etats-Unis en Israël au Sénat, le 16 février 2017 (Crédit : capture d’écran YouTube/CSpan)
David Friedman lors de son audition de confirmation pour le poste d'ambassadeur des Etats-Unis en Israël au Sénat, le 16 février 2017 (Crédit : capture d’écran YouTube/CSpan)

Le mouvement réformé est devenu la plus grande institution juive à s’opposer à la nomination de David Friedman comme ambassadeur des Etats-Unis en Israël.

Dans un communiqué publié vendredi, un jour après le début des auditions de confirmation de Friedman au Sénat, le président de l’Union pour un judaïsme réformé (UJR), le rabbin Rick Jacobs, a déclaré que Friedman était « la mauvaise personne pour ce poste essentiel à un moment critique ».

Le communiqué affirme que l’avocat de longue date du président américain Donald Trump, spécialisé en faillites, n’a pas les qualifications nécessaires pour le poste, soulignant qu’il n’a jamais été impliqué dans les affaires de politiques étrangères « autrement qu’en tant que partisan zélé et soutien financier de l’activité d’implantation. »

Friedman est le président des Amis américains des institutions de Beit El, une association qui soutient une grande implantation de Cisjordanie. Il a exprimé son scepticisme sur la solution à deux états et a sévèrement critiqué les associations pro-israéliennes de gauche dans plusieurs éditoriaux publiés par Arutz Sheva, un site d’information proche du mouvement d’implantation israélien.

« Les opinions de M. Friedman sur des sujets cruciaux suggèrent qu’il ne pourra pas jouer un rôle constructif », a déclaré l’UJR dans son communiqué, signé par les dirigeants de son clergé ainsi par des institutions congrégationalistes et d’adhésion du mouvement.

« L’ambassadeur américain en Israël a l’importante responsabilité de conseiller, façonner et aider à mettre en place les objectifs de politique étrangère du président. Il apparait que les opinions extrêmes de M. Friedman sur des sujets cruciaux liés à la solution à deux états, aux frontières d’Israël, aux implantations et à la localisation de l’ambassade américaine sont déjà partagées à la Maison Blanche. De telles positions sont nuisibles à la paix et à une relation israélo-américaine forte. »

Le président de l'Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l'UJR)
Le président de l’Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, au centre, pendant un service de prière au mur Occidental, à Jérusalem, le 4 juillet 2016 (Crédit : autorisation de l’UJR)

Le communiqué a également pris note de l’audition de confirmation de jeudi, pendant laquelle Friedman a déclaré qu’il n’y avait « aucune excuse » à ses propos ciblant les Juifs libéraux. L’audience a été interrompue au moins trois fois par des manifestants.

« Tout comme nous critiquons l’absence de tempérament diplomatique de M. Friedman, nous souhaitons nous éloigner des manifestants qui ont interrompu son audition à plusieurs reprises », a déclaré l’UJR.

Le mouvement réformé, qui représente le courant le plus important et le plus libéral du judaïsme américain, soutient depuis longtemps la solution à deux états. Il ne s’était jamais opposé à une nomination d’ambassadeur.

La nomination de Friedman a déjà divisé les associations juives selon des lignes idéologiques. Les groupes centristes et de gauche ont exprimé leurs préoccupations tandis que les associations de droite ont demandé sa confirmation.

Vendredi, suite à la publication d’une lettre de cinq anciens ambassadeurs américains en Israël demandant au Sénat de rejeter la nomination de Friedman, l’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA) a publié un long communiqué accusant les diplomates d’être « hostiles à Israël ».

Les cinq signataires, Thomas Pickering, Daniel Kurtzer, Edward Walker, Jr., James Cunningham et William Harrop, ont « nuit aux relations israélo-américaines et ont exacerbé la situation au Moyen Orient », a déclaré la ZOA dans son communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...