Le nouvel ambassadeur jordanien en Israël présente ses lettres de créance
Rechercher

Le nouvel ambassadeur jordanien en Israël présente ses lettres de créance

Ghassan Majali a reçu un accueil chaleureux de la part du chef du protocole du ministère des Affaires étrangères ; le poste égyptien n'est toujours pas pourvu

Ghassan Majali, le nouvel ambassadeur jordanien en Israël. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Ghassan Majali, le nouvel ambassadeur jordanien en Israël. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Le nouvel ambassadeur de Jordanie en Israël, Ghassan Majali, est arrivé dans le pays mardi et a présenté ses lettres de créance au ministère des Affaires étrangères, un pas dans le rétablissement des liens difficiles entre les pays alliés.

Majali a remis ses documents à Meron Reuben, chef du protocole d’État du ministère des Affaires étrangères de l’État d’Israël, au siège de son ministère, à Jérusalem.

« Je souhaite chaleureusement la bienvenue au nouvel ambassadeur jordanien en Israël, M. Ghassan Abdel Rahim Odeh Majali, qui a présenté ses lettres de créance ce matin à Jérusalem », a déclaré Reuben sur Twitter.

Une date va maintenant être fixée pour que Majali présente ses lettres de créance au président Reuven Rivlin, après quoi il pourra officiellement commencer à travailler.

A la mi-septembre, la Jordanie a officiellement annoncé la nomination de Majali, qui était auparavant ambassadeur de Jordanie en Espagne, comme son nouveau diplomate en poste en Israël.

L’ancien ambassadeur de Jordanie en Israël, Walid Obeidat, a récemment quitté Tel Aviv après avoir été l’envoyé de la Jordanie pendant plus de cinq ans.

La Jordanie et Israël ont signé un traité de paix en 1994, mais les deux pays ont été pris dans une impasse diplomatique l’année dernière après la mort par balle de deux Jordaniens en juillet 2017 par un garde de sécurité israélien, Ziv Moyal, qui a ouvert le feu en guise de légitime défense après qu’un des deux hommes eut tenté de le poignarder.

Les forces de sécurité jordaniennes montent la garde tandis que les manifestants brandissent les drapeaux jordaniens et crient des slogans lors d’une manifestation près de l’ambassade d’Israël dans la capitale Amman le 28 juillet 2017 (Crédit : AFP Photo / Khalil Mazraawi)

En janvier, Israël et la Jordanie sont parvenus à un accord pour mettre fin à la crise diplomatique. Un porte-parole du gouvernement jordanien avait en effet déclaré qu’il avait reçu d’Israël une « note officielle » présentant des excuses pour la mort des deux Jordaniens, ainsi que la mort d’un juge jordanien survenu dans un incident séparé en 2014.

Le porte-parole jordanien, Mohammad Momani, avait alors déclaré qu’Israël avait accepté de respecter toutes les conditions préalables du royaume pour reprendre des relations diplomatiques régulières entre les deux parties. Il s’agit notamment d’intenter une action en justice contre le garde de sécurité israélien et d’offrir une compensation financière aux familles jordaniennes endeuillées.

Peu après, le Cabinet du Premier ministre a publié un communiqué annonçant la réouverture de l’ambassade d’Israël, qui avait été fermée à la suite de l’incident de juillet 2017.

Contrairement aux conditions annoncées par la Jordanie, Israël a finalement décidé de ne pas poursuivre le garde, ont déclaré deux sources israéliennes à Reuters en janvier.

En avril, Amir Weissbrod, le nouvel ambassadeur d’Israël en Jordanie, est arrivé à Amman.

Amir Weissbrod, le nouvel ambassadeur d’Israël en Jordanie. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Outre la Jordanie, Israël n’a de relations diplomatiques officielles qu’avec un seul autre pays arabe, l’Égypte, qui n’a actuellement pas d’ambassadeur en poste en Israël.

L’ancien ambassadeur égyptien en Israël Hazem Khairat a récemment quitté le pays après avoir servi pendant deux ans et demi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...