Le palais présidentiel palestinien sera finalement une bibliothèque nationale
Rechercher

Le palais présidentiel palestinien sera finalement une bibliothèque nationale

Le complexe s'étend sur un terrain de 27 000 m² ; Le montant du projet est évalué à 17,5 M de dollars

Le palais présidentiel qui devrait être construit  près de Ramallah, dans une image générée par ordinateur sur le site du PECDAR, le Conseil économique palestinien pour le développement et la reconstruction. Illustration. (Crédit : capture d'écran)
Le palais présidentiel qui devrait être construit près de Ramallah, dans une image générée par ordinateur sur le site du PECDAR, le Conseil économique palestinien pour le développement et la reconstruction. Illustration. (Crédit : capture d'écran)

Un palais présidentiel va devenir la première bibliothèque nationale palestinienne près de Ramallah, en Cisjordanie, a annoncé dimanche le ministre de la Culture de l’Autorité palestinienne.

Mahmoud Abbas, président de l’AP, a décidé de convertir un palais de 4 700 m² qui est en fin de construction et destiné à l’origine à devenir le quartier général présidentiel et le site d’accueil des hôtes étrangers en une bibliothèque nationale, la première du genre, a indiqué à l’AFP le ministre de la Culture, Ehab Bseiso.

Le complexe s’étend sur un terrain de 27 000 m². Le montant du projet est évalué à 17,5 millions de dollars.

« Le président estime que ce palais doit être utilisé pour assurer les besoins de la population en devenant une très grande librairie nationale dont la gestion sera supervisée par un conseil de curateurs », a précisé Mohammed Shtayyeh, directeur du Conseil économique palestinien pour le développement et la reconstruction (PECDAR).

La construction du palais dans le village de Surda a débuté il y a cinq ans.

Le chantier est pratiquement achevé, mais les délais nécessaires à sa conversion en bibliothèque n’ont pas été précisés.

Le financement du projet est assuré par le ministère des Finances de l’AP et le PECDAR, qui gère les dons de fonds.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...