Le père du 2 000 000e Gazaoui souhaite que son fils devienne un martyr
Rechercher

Le père du 2 000 000e Gazaoui souhaite que son fils devienne un martyr

La bande de Gaza a une densité de 4 661 d’habitants au kilomètre carré

Rassemblement du Hamas dans la bande de Gaza le 6 décembre 2015 (Crédit : AFP / Saïd Khatib)
Rassemblement du Hamas dans la bande de Gaza le 6 décembre 2015 (Crédit : AFP / Saïd Khatib)

La population de la bande de Gaza, l’enclave palestinienne, dépasse depuis la veille de Yom Kippour les deux millions d’habitants, ont annoncé les autorités palestiniennes le 12 octobre.

« Il y a désormais deux millions de résidents dans la bande de Gaza, après la naissance de Walid Chaath la nuit dernière à Rafah », dans un hôpital du sud de l’enclave, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur à Gaza, Iyad Bezm.

« J’espère que comme nous venons de dépasser la barre des deux millions dans la bande de Gaza, nous casserons également le blocage israélien. J’espère que mon fils deviendra un soldat d’Al-Aqsa (groupe terroriste de la brigade des martyres) qui apportera la libération de la mosquée Al-Aqsa, » a déclaré le père de Walid, rapporte Ynet.

Peu de temps après Walid est née une fillette, Lana Ayad, dans un hôpital de Gaza. La population de la bande de Gaza est à 50,66 % masculine et 49,34 % féminine, selon le ministère.

« Les conséquences sociales, sanitaires et sécuritaires de la forte densité démographique et du surpeuplement figurent au nombre des facteurs qui risquent de faire de Gaza un lieu invivable d’ici à 2020 », écrivait en septembre 2015 l’organe de l’ONU chargé des questions de développement et de commerce (Cnuced).

Le Cnuced fondait aussi son pronostic sur les tendances économiques défavorables et les réalités politiques.

La bande de Gaza, territoire d’une quarantaine de kilomètres de long et de 12 kilomètres au plus large, est l’une des entités politiques les plus densément peuplées au monde avec 4 661 d’habitants au kilomètre carré.

La bande de Gaza est soumise depuis 2006 au blocus israélien, qui se double désormais d’un blocus égyptien, dirigé contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui gouverne l’enclave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...