Le père du réalisateur américain Steven Spielberg s’éteint à 103 ans
Rechercher

Le père du réalisateur américain Steven Spielberg s’éteint à 103 ans

Arnold Spielberg avait co-conçu un ordinateur qui a permis l'invention du langage BASIC, créé un système pour la Fondation de la Shoah afin de cataloguer des interviews de rescapés

Steven Spielberg, à gauche, et son père Arnold Spielberg lors d'une remise de prix à l'USC Shoah Foundation, à Beverly Hills, États-Unis, le 26 avril 2012. (Crédit : FilmMagic/Getty Images/via JTA)
Steven Spielberg, à gauche, et son père Arnold Spielberg lors d'une remise de prix à l'USC Shoah Foundation, à Beverly Hills, États-Unis, le 26 avril 2012. (Crédit : FilmMagic/Getty Images/via JTA)

Arnold Spielberg, dont les expériences pendant la Seconde Guerre mondiale ont inspiré à son fils Steven Spielberg la réalisation de « Il faut sauver le soldat Ryan », est mort à l’âge de 103 ans.

Il est décédé mardi à Los Angeles de causes naturelles, ont annoncé ses enfants dans un communiqué publié dans le Hollywood Reporter. Ses enfants étaient à ses côtés au moment de sa mort.

« En raison des circonstances et des précautions de sécurité prises en raison de la pandémie, une célébration de la vie est provisoirement prévue pour l’automne 2021 et sera conforme à la tradition juive du dévoilement de la pierre tombale », selon le communiqué.

Selon le Hollywood Reporter, leur père leur a également appris à « aimer la recherche », à « élargir leur esprit », à « garder les pieds sur terre mais à atteindre les étoiles » et, ce qui est peut-être le plus fatidique, à « lever les yeux ».

Arnold Spielberg s’est enrôlé dans l’armée américaine après l’attaque de Pearl Harbor et est devenu chef des communications. Il a reçu une étoile de bronze pour sa bravoure.

Nancy Spielberg, sœur cadette de Steven Spielberg, aux côtés de son père Arnold Spielberg à la veille de ses 99 ans en 2015. (Autorisation : Nancy Spielberg)

Le père Spielberg et Charles Propster ont conçu l’ordinateur central GE-225 à la fin des années 1950 alors qu’ils travaillaient pour General Electric. Cette machine a permis aux informaticiens du Dartmouth College de développer le langage de programmation BASIC, qui allait être essentiel à l’essor des ordinateurs personnels dans les années 1970 et 1980.

« Papa m’a expliqué comment son ordinateur devait fonctionner, mais le langage de l’informatique à cette époque était comme du grec pour moi », a confié Steven Spielberg à la publication GE Reports de General Electric. « Tout cela semblait très excitant, mais c’était hors de ma portée. »

Plus tard, il a compris.

Quand je vois une PlayStation, quand je regarde un téléphone portable – de la plus petite calculatrice à l’iPad – je regarde mon père et je dis : « Mon père et une équipe de génies ont commencé ça », commente le réalisateur dans le communiqué de famille.

Arnold Spielberg a déclaré à propos de son fils dans une interview accordée à GE Reports en 2016 : « J’ai essayé de l’intéresser à l’ingénierie, mais son cœur était au cinéma. Au début, j’ai été déçu, mais ensuite j’ai vu à quel point il était doué pour la réalisation ».

Il a assisté son fils Steven, alors âgé de 17 ans, dans la réalisation du film « Firelight », d’une durée plus de deux heures, et que son fils a tourné, monté et dont il a composé la musique. Le film a été projeté dans un cinéma de Phoenix en 1964.

Au milieu des années 1990, Arnold Spielberg a créé un système qui a permis à l’Institut de la Fondation USC Shoah de cataloguer quelque
52 000 interviews de survivants et de témoins de la Shoah et 105 000 heures d’histoire visuelle. La fondation a été créée par Steven.

Avec Steven, il laisse derrière lui trois filles – Anne, scénariste, Sue, responsable marketing et Nancy, productrice – ainsi que quatre beaux-enfants, 11 petits-enfants et huit arrière-petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...