Le policier regrette d’avoir agressé le camionneur arabe et présente ses excuses
Rechercher

Le policier regrette d’avoir agressé le camionneur arabe et présente ses excuses

L’agent affirme qu’il veut désormais "prendre dans ses bras" l’homme qu’il a agressé parce que ce dernier aurait abîmé sa voiture

Moshe Cohen, de la force spéciale de police Yasam,filmé en train d'agresser un camionneur arabe, Mazen Shwieki, à Jérusalem, le 23 mars 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Moshe Cohen, de la force spéciale de police Yasam,filmé en train d'agresser un camionneur arabe, Mazen Shwieki, à Jérusalem, le 23 mars 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Un policier qui a été inculpé jeudi pour avoir agressé un chauffeur de camion arabe et un autre individu qui a essayé d’intervenir a déclaré qu’il regrettait ses actions et veut embrasser l’homme qu’il a attaqué.

L’attaque, qui a eu lieu la semaine dernière, a été filmée et la vidéo a rapidement été partagée sur les réseaux sociaux, suscitant un tollé général.

Moshe Cohen, un officier de l’unité de patrouille spéciale Yasam, a été inculpé pour agression ayant entraîné des blessures graves et pour violation de confiance, selon l’acte d’accusation. Les enquêteurs ont également recommandé au procureur de poursuivre un autre officier qui était présent et qui n’a pas empêché ou signalé l’attaque.

Cohen a exprimé ses regrets à ses connaissances et aux enquêteurs.

« Je ne l’ai pas abordé en tant que policier, mais en tant que personne privée. Je n’avais pas l’intention de l’affronter physiquement, je n’avais pas prévu ce qui se passerait. J’ai commis une grave erreur », a-t-il déclaré et a ajouté qu’il voulait « prendre cet homme dans mes bras ».

Le rapport a noté que l’affaire devait aboutir à une négociation de peine après que les commandants de l’officier ont décidé de le renvoyer de la police.

Selon l’acte d’accusation, la voiture de Cohen a été endommagée par un camion le 21 mars alors qu’elle était stationnée près de son lieu de travail dans le quartier Wadi al-Joz à Jérusalem-Est. Cohen a examiné les vidéos des caméras de sécurité le lendemain, une utilisation non autorisée des dossiers de la police, et a identifié le prétendu coupable.

Lorsqu’il a vu le camion jeudi dernier, il a été voir le conducteur, identifié comme Mazen Shwieki, 48 ans. Cohen a frappé Shwieki au visage, lui a donné un coup de tête et un coup de pied, tout en l’insultant, comme on le voit sur les images.

Un homme s’est approché pour s’interposer et Cohen l’a également insulté avant de l’attaquer aussi.

Cohen a été immédiatement suspendu après l’incident.

Le département des Enquêtes internes de la police a également recommandé que l’on poursuive un deuxième officier de police qui apparait dans la vidéo, qui a été témoin de l’incident mais qui n’a rien fait pour l’arrêter.

Deux autres officiers filmés qui sont passés à côté doivent également faire l’objet d’une enquête car ils sont soupçonnés de n’avoir rien fait pour mettre fin à l’attaque. Ils ont également omis de signaler l’incident.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a déclaré que le comportement du policier était « très grave et digne d’une condamnation ».

« Ce comportement nuit à l’ensemble de la police et c’est bien que le policier ait été suspendu », a déclaré le ministre sur son compte Twitter, exprimant l’espoir que le département des Enquêtes internes de la police du ministère de la Justice traitera l’affaire « dans toute la mesure de la loi ».

Il a également déclaré que la police avait agi correctement en suspendant immédiatement le policier.

En réponse à l’acte d’accusation de jeudi, le chef de la liste Arabe unie, le député Ayman Odeh, a déclaré que le racisme et la violence étaient répandus dans la police.

Il a déclaré dans un communiqué que « le problème avec la police n’est pas seulement un policier violent, mais le racisme systématique et une culture du mensonge qui est devenue une partie intégrante du système ».

Odeh a accusé Erdan de favoriser les attitudes qui ont conduit à l’attaque du conducteur de camion.

« Lorsque le ministre responsable et le commissaire agissent envers la communauté arabe avec un racisme flagrant et qu’ils ne dénoncent pas les mensonges et l’incitation, il n’est pas étonnant que les attitudes des dirigeants déteignent sur les soldats sur le terrain qui les expriment avec une violence extrême contre les citoyens et les civils arabes », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...