Le Premier ministre défend la loi controversée sur l’Etat juif
Rechercher

Le Premier ministre défend la loi controversée sur l’Etat juif

Le texte de loi permettrait à l'Etat "d'autoriser une communauté composée d'individus ayant la même foi et la même nationalité à maintenir le caractère exclusif de la communauté"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud à la Knesset le 28 mai 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud à la Knesset le 28 mai 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre a pris la défense jeudi de la loi controversée sur l’Etat juif en disant que la majorité des Israéliens veulent préserver l’identité juive du pays et que « la majorité décide ».

« Dans la démocratie israélienne, nous continuerons à protéger les droits de l’individu et ceux du groupe, et c’est garanti. Mais la majorité a elle aussi des droits et la majorité décide », a-t-il déclaré lors d’un service organisé à la mémoire du leader sioniste Zeev Jabotinsky.

« La vaste majorité des gens veulent préserver le caractère juif de notre pays pour les générations à venir », a-t-il ajouté. « Cette combinaison de droits individuels et de droits du groupe sont la définition d’un Etat juif et démocratique ».

La clause 7B de cette législation parrainée par le Likud, que le gouvernement espère faire approuver à la fin du mois, permettrait à l’Etat « d’autoriser une communauté composée d’individus ayant la même foi et la même nationalité à maintenir le caractère exclusif de la communauté ».

Cette portion du texte semble autoriser les villes à exclure les citoyens arabes ou même d’autres groupes juifs et elle a entraîné de vives critiques en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...