Le président de la Commission annule le vote de mercredi au sujet de l’amendement de Jérusalem
Rechercher

Le président de la Commission annule le vote de mercredi au sujet de l’amendement de Jérusalem

Nissan Slomiansky, auteur du projet de loi, a accepté la plainte soumise par l'opposition que cet amendement nécessitait un "débat plus sérieux" qu'une approbation donnée en une seule journée

Nissan Slomiansky, député de HaBayit HaYehudi, pendant le vote d'un projet de loi dit de régulation pour légaliser les avant-postes de Cisjordanie, à la Knesset, le 7 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nissan Slomiansky, député de HaBayit HaYehudi, pendant le vote d'un projet de loi dit de régulation pour légaliser les avant-postes de Cisjordanie, à la Knesset, le 7 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un président de Commission de la Knesset a annulé un vote qui aurait permis d’avancer un projet de loi rendant plus difficile le retrait des Israéliens de certaines parties de Jérusalem sous les termes d’un nouvel accord, a fait savoir la radio israélienne.

La Commission de la Knesset sur la Constitution, le Droit et la Justice avait voté aujourd’hui en faveur de l’approbation d’un amendement à la loi fondamentale de Jérusalem qui aurait exigé l’approbation de 80 parlementaires – ce qui équivaut aux deux tiers de la Knesset – pour permettre la cession de n’importe quelles parties de la capitale en faveur d’un futur état palestinien.

Le vote permettait au projet de loi de passer en première lecture – sur trois au total – devant la plénière de la Knesset, une lecture prévue pour mercredi.

Mais des législateurs de l’opposition, avec à leur tête Merav Michaeli de l’Union sioniste, ont déploré que cet amendement soit amené au vote au sein de la Commission en une seule journée, empêchant tout débat sérieux.

Le président de la Commission, Nissan Slomiansky, issu du parti HaBayit HaYehudi et auteur du projet de loi, a accepté la plainte soumise par l’opposition et a annulé le vote de mardi.

La Commission votera à nouveau mercredi, puis le projet de loi devra affronter sa première lecture en séance plénière plus tard dans la journée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...