Le procureur général « a autorisé la torture » des terroristes juifs présumés
Rechercher

Le procureur général « a autorisé la torture » des terroristes juifs présumés

Selon Haaretz, les détenus de l’affaire Duma auraient été soumis à de sévères techniques d’interrogatoire ; le Premier ministre averti seulement après les faits

L'ancien procureur général Yehuda Weinstein au ministère de la Justice à Jérusalem, le 17 mai 2015. (Crédit : Dudi Vaknin / Pool)
L'ancien procureur général Yehuda Weinstein au ministère de la Justice à Jérusalem, le 17 mai 2015. (Crédit : Dudi Vaknin / Pool)

Des sources proches de l’enquête sur l’incendie criminel fatal d’une maison palestinienne en juillet ont affirmé que les suspects juifs de cette affaire ont été torturés après l’autorisation express du procureur général, Yehuda Wenstein, a rapporté jeudi Haaretz.

Les sources anonymes ont affirmé que Weinstein avait autorisé l’utilisation de techniques d’interrogatoire sévères contre les détenus il y a quelques semaines, après que les fonctionnaires des services de sécurité intérieure du Shin Bet l’ont informé que l’enquête était dans une impasse.

L’article affirme également que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas été préalablement informé de cette décision, et n’a été prévenu de l’utilisation de mesures extrêmes qu’après les faits.

Plus tôt cette semaine, un adolescent relâché après avoir été détenu pendant un mois comme suspect dans l’attaque avait affirmé à la Deuxième chaîne que les enquêteurs du Shin Bet l’avaient torturé pendant qu’il était en détention. Les avocats des suspects des meurtres ont tenu des affirmations similaires.

Le Shin Bet et le gouvernement ont démenti les accusations de torture, mais le Shin Bet a reconnu « malmener » les suspects, les ayant classés comme des « bombes à retardements », qui peuvent détenir des informations sur de futures attaques.

En réponse à l’article de Haaretz, le ministère de la Justice a publié un communiqué, déclarant que « les décisions sur les méthodes d’interrogatoires sont prises par le directeur du Shin Bet … sous la supervision des plus haut-fonctionnaires du ministère de la Justice, y compris le procureur général. »

Le ministère ne donnerait pas de précisions sur les méthodes employées, mais a noté que l’adjoint du procureur général avait rendu visite aux suspects en détention et « considéré leurs conditions physique et mentale saines. » Il a également trouvé des « différences significatives » entre la description des détenus de leur épreuve et « ce qui a été publiquement affirmé en leurs noms. »

Le ministère a ajouté qu’il répondrait par voies légales à toute plainte de mauvais traitement par les autorités.

Un suspect de l’attaque a été libéré jeudi pour être placé en liberté surveillée pour 10 jours par la cour de Petah Tikva. Aucune information sur le suspect ou ses liens présumés avec l’attaque n’a été donnée.

Riham et Saad Dawabsha, et leur bébé de 18 mois, Ali, ont été tués par l’attaque de leur maison le 31 juillet à Duma, en Cisjordanie – Ali dans les flammes déclenchées par les bombes incendiaires et ses parents les jours suivants. Le seul membre survivant de la famille, Ahmed, 5 ans, est traité pour de sévères brulures dans un hôpital israélien.

Les services de sécurité intérieure du Shin Bet ont arrêté des douzaines d’activistes d’extrême-droite en lien avec l’attaque, mais pour l’instant aucune inculpation n’a été émise.

Le suspect principal de l’attaque sera inculpé pour meurtres dans les cinq jours, selon un document soumis mercredi par le procureur de l’Etat s’occupant de l’affaire.

Selon ce document, qui a été vu par Haaretz, le suspect juif clé sera accusé de meurtre, et un second détenu sera inculpé pour des charges non spécifiées pour le moment. L’article indique que le second suspect sera également inculpé pour l’attaque de juillet.

Les procureurs ont déclaré mercredi que les inculpations seront émises par la cour de Petah Tikva. Les deux suspects seraient directement impliqués dans la planification et l’orchestration de l’attaque fatale.

La détention du suspect principal a été étendue par la cour mercredi. L’un des deux suspects est un adulte, le second est mineur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...