Le projet de loi sur les muezzins adopté en lecture préliminaire par la Knesset
Rechercher

Le projet de loi sur les muezzins adopté en lecture préliminaire par la Knesset

Les députés arabes dénoncent une “loi raciste”, qui est une “déclaration de guerre à l’islam”

Un drapeau israélien devant un minaret d'une mosquée du quartier musulman de la Vieille Ville de Jérusalem, le 14 novembre 2016. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Un drapeau israélien devant un minaret d'une mosquée du quartier musulman de la Vieille Ville de Jérusalem, le 14 novembre 2016. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

La Knesset a adopté mercredi en vote préliminaire deux projets de lois, l’un visant à empêcher les appels à la prière des mosquées durant la nuit et l’autre à les interdire totalement, a annoncé le parlement dans un communiqué.

Pendant le vote, le député de la Liste arabe unie Ayman Odeh a affirmé que la mesure était une attaque contre les citoyens arabes d’Israël.

« C’est une offensive contre la population arabe, contre la présence des Arabes [en Israël], contre la langue arabe et contre notre existence dans la région », a déclaré Odeh.

« Le son des muezzins a précédé notre les racistes et existera après les racistes », a ajouté Odeh.

Le député a ensuite été expulsé de la plénière pour avoir déchiré une copie du projet de loi, avec son collègue de la Liste arabe unie Masud Ganaim.

Même s’il a déchiré une copie du projet de loi depuis le podium de la Knesset, le député de la Liste arabe unie Ahmad Tibi n’a pas été expulsé de la session.

Le député Jamal Zahalka, lui aussi de la Liste arabe unie, a affirmé que le projet de loi était « une déclaration de guerre contre l’islam ».

« C’est une loi raciste dont le seul objet est de nuire à notre communauté », a-t-il déclaré, tout en ajoutant que « ce qui perturbe les partisans de cette législation n’est pas le bruit, mais plutôt le son que le son du muezzin leur rappelle l’identité réelle de cette terre. »

La députée de l’Union sioniste Tzipi Livni a déclaré que l’objectif réel de cette loi était de « détruire les relations entre Juifs et Arabes ».

« Le projet de loi muezzin n’est pas fait pour empêcher le bruit, mais pour propager la haine », a-t-elle déclaré, tout en ajoutant que la législation était une « tâche et une grave attaque au tissu social [d’Israël]. »

Moti Yogev, député du parti HaBayit HaYehudi. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Moti Yogev, député du parti HaBayit HaYehudi. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Moti Yogev de HaBayit HaYehudi, qui a défendu le projet de loi depuis son dépôt en novembre, a affirmé que la mesure était une « loi qui permet aux personnes de dormir pendant les heures de repos et de ne pas être réveillés avant l’aube. »

Ces textes, qui doivent être votés en trois lectures avant d’avoir force de loi, ont provoqué une vague de colère dans le monde arabe lorsque le gouvernement avait soutenu le mois dernier un projet de loi interdisant aux mosquées d’employer des haut-parleurs pour l’appel à la prière tôt le matin et tard le soir.

Le premier texte adopté mercredi interdit les appels des muezzins la nuit de 23h00 à 07h00 le matin. Il a été présenté par HaBayit HaYehudi, un parti nationaliste religieux membre de la coalition, et adopté dans une atmosphère très tendu par 55 voix contre 47. Ce premier texte est conforme à la proposition adoptée par le gouvernement.

Le deuxième texte, plus restrictif, présenté par Yisrael Beytenu, un parti nationaliste laïc lui aussi membre de la coalition, a été voté par 55 voix contre 48. Il prévoit une interdiction totale du recours à des haut-parleurs de mosquées dans les zones urbaines.

Les initiateurs de ces projets de lois ont invoqué la nécessité de réduire « les souffrances quotidiennes de centaines de milliers d’Israéliens exposés aux nuisances sonores des haut-parleurs des mosquées ».

« La liberté de culte ne doit pas être appliquée aux détriments de la qualité de la vie », a ajouté l’un des textes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...