Rechercher

Le Qatar va investir 3 milliards de $ dans l’économie pakistanaise en difficulté

L'Arabie saoudite envisage de prolonger un prêt d'urgence de 2 milliards de dollars accordé l'an dernier

Drapeau du Pakistan (Crédit : domaine public)
Drapeau du Pakistan (Crédit : domaine public)

Le Qatar s’est engagé mercredi à investir 3 milliards de dollars dans l’économie pakistanaise en difficulté, dans le dernier coup de pouce d’un État du Golfe envers la nation d’Asie du sud.

Les Émirats arabes unis ont annoncé plus tôt dans le mois qu’ils investiraient 1 milliard de dollars au Pakistan et, selon des informations de presse, l’Arabie saoudite envisage de prolonger un prêt d’urgence de 2 milliards de dollars accordé l’an dernier.

Le Fonds monétaire international (FMI) doit aussi se réunir lundi pour lever la suspension d’un programme de prêt de 6 milliards de dollars.

L’aide qatarie a été annoncée après des discussions entre l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, et le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, arrivé dans l’émirat mardi.

L’émir « a souligné l’importance des relations fraternelles et stratégiques entre les deux pays », et notamment leurs liens économiques et financiers, selon un communiqué officiel du Qatar.

« Dans ce sens, l’Autorité d’investissement du Qatar a annoncé son intention d’investir 3 milliards de dollars dans divers secteurs commerciaux et d’investissement en République islamique du Pakistan », précise ce texte.

Le communiqué indique également que les dirigeants ont évoqué leur coopération dans les domaines de la « défense » et des « sports », sans confirmer l’envoi de troupes de maintien de l’ordre au Qatar pendant la Coupe du monde de football du 20 novembre au 18 décembre.

Le gouvernement pakistanais a annoncé la semaine dernière avoir approuvé la signature d’un accord avec l’émirat sur les « modalités du déploiement de troupes pour aider à la sécurité » pendant le Mondial-2022.

L’aide des pays du Golfe ainsi qu’un prêt de 2,5 milliards de dollars de la part de la Chine ont aidé le Pakistan à atténuer les effets d’une crise économique qui a vu l’inflation annuelle dépasser 20 %.

Récemment, toutefois, l’économie pakistanaise a montré des signes d’embellie : la roupie est plus forte et le marché boursier a réalisé des gains au cours des deux dernières semaines.

L’ancien joueur de cricket pakistanais devenu politicien Imran Khan du parti Tehreek-e-Insaf s’exprime devant les médias après avoir voté à Islamabad durant les élections générales, le 25 juillet 2018. (Crédit : AFP Photo/Aamir Qureshi)

Une enveloppe de 6 milliards de dollars a été octroyée au pays par le FMI en 2019, dans le cadre d’un plan de sauvetage conclu avec le Premier ministre de l’époque, Imran Khan. Mais l’inertie du gouvernement au moment de prendre les mesures prévues dans cet accord, notamment en matière fiscale, a conduit à de multiples reports de ce prêt.

D’après des analystes, les problèmes économiques du Pakistan découlent de décennies de mauvaise gestion par les dirigeants successifs, qui ne sont pas parvenus à lutter contre la corruption et l’évasion fiscale généralisée.

Selon eux, le conseil d’administration du FMI devrait reconduire l’accord de prêt crucial la semaine prochaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...