Rechercher

Le Six Senses Shaharut, une oasis dans le Neguev entourée de voisins improbables

Il a fallu 10 ans pour créer ce complexe à flanc de colline, construit pour les voyageurs en quête de bien-être et dont les prix sont à la hauteur de son design hors du commun

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Vue d'une suite du Six Senses Shaharut, qui a ouvert ses portes en août 2021 dans le désert du Neguev, en Israël.
Vue d'une suite du Six Senses Shaharut, qui a ouvert ses portes en août 2021 dans le désert du Neguev, en Israël.

La route à voie unique qui mène à Six Senses Shaharut, le dernier complexe de luxe d’Israël, est sinueuse et longue de trois kilomètres, et ce pour une bonne raison : cette oasis a été conçue pour ne faire qu’un avec le paysage désertique et serein qui l’entoure, et elle y parvient, avec chaque caillou et chaque roche.

Les 60 suites et villas, le spa, les piscines et les restaurants de cet établissement construit avec minutie dans le désert ont été creusés dans la montagne qui surplombe la vallée de l’Arava, avec les montagnes d’Edom de l’autre côté de la vallée et le petit village de Shaharut juste derrière la colline.

Le propriétaire, Ronny Douek, a initié ce projet en contactant le département d’architecture de la Bezalel Academy of Art and Design, il y a dix ans, afin de trouver un design optimal pour cet espace situé au sommet d’une falaise, dans le but de créer des bâtiments qui semblent exister ici depuis des siècles, une sorte de village nabatéen récupéré.

Il existait depuis longtemps un projet gouvernemental de construction d’un hôtel commercial sur ce paysage lunaire, mais les idées initiales prévoyaient un établissement beaucoup plus grand et moins luxueux, de type « Club Hotel », qui aurait eu l’air d’être tombé sur la montagne », explique Thomas Fehlbier, directeur général de Shaharut.

Au lieu de cela, Douek et ses partenaires ont investi 100 millions de dollars dans la conception et la construction du complexe, en travaillant en étroite collaboration avec l’architecte Daniella Plesner pour créer des structures qui se fondent dans les éléments naturels environnants, en extrayant le calcaire et le silex locaux comme matériaux de construction, et en construisant des bâtiments bas qui se fondent parfaitement dans le désert et les formations environnantes.

Ils voulaient que l’établissement fasse partie du paysage, à la fois pour des raisons de durabilité et pour éviter la colère des voisins les plus proches de la station dans le village voisin de Shaharut, une communauté de 164 résidents, vieille de 30 ans, qui vit délibérément aussi loin que possible du réseau électrique dans une étendue de désert tranquille.

Il n’a pas été facile de construire à même la montagne. Il a fallu cacher les tuyaux et autres éléments structurels sans créer de problèmes d’odeurs dus au drainage, explique M. Fehlbier.

La piscine extérieure donnant sur les étendues sereines du désert à Six Senses Shaharut, qui a ouvert en août 2021 (Crédit : Autorisation PR)

Cela a pris du temps, a déclaré Fehlbier, qui vit dans le village avec plusieurs autres membres du personnel de l’hôtel, mais aujourd’hui, les habitants du village acceptent mieux l’hôtel qu’il y a dix ans.

Douek et Plesner ont fait appel au savoir-faire de plusieurs habitants de Shaharut pour la conception et la construction du site, pour ses plafonds en bois sculpté, ses portes massives en teck et ses céramiques finement ouvragées fabriquées par des artisans du village. Un instructeur de Pilates et d’autres professionnels du spa vivent également dans le village, a précisé M. Fehlbier.

Cela dit, il y a tout autant de résidents de Shaharut qui ne veulent rien avoir à faire avec la station, a-t-il ajouté.

« Ils ont déménagé ici dans un but précis », a-t-il dit. « Ils voulaient vivre au milieu de nulle part et ils n’ont pas besoin de se promener avec un sac de la marque Shaharut. »

Et il y a certainement une impression de marque dans cette luxueuse oasis du désert à flanc de falaise.

Comment Six Senses s’est-il retrouvé dans le Neguev ?

La collaboration de Douek avec le groupe mondial de centres de bien-être Six Senses a démarré à peu près à mi-chemin du processus de construction, qui a duré dix ans.

« On peut dire que je crois en l’univers parce qu’il [Ronny Douek] est arrivé avec un projet qui nous correspondait parfaitement », a déclaré Neil Jacobs, PDG de Six Senses, dans une interview enregistrée pour le Times of Israel.

Douek est propriétaire de Six Senses Shaharut, mais la marque de villégiature, qui appartient à InterContinental Hotels Group, franchise ses hôtels.

« Normalement, nous nous engageons avant le premier coup de pelle », a déclaré Jacobs, qui a rencontré Douek à New York, il y a environ cinq ans. Mais je me suis levé et j’ai dit : « Vous êtes un homme courageux, et il n’y a pas d’autre marque pour cette propriété, car ce que vous avez construit est un Six Senses ».

Si Jacobs est plus impliqué dans Shaharut que dans certaines des autres hôtels Six Senses, c’est en raison de ses racines.

Il a grandi dans le nord juif de Londres, et son père a brièvement quitté l’Angleterre pour combattre dans la guerre d’indépendance d’Israël en 1948, ce qui lui a inculqué un amour de toujours pour Israël et un intérêt constant pour la façon dont le pays a changé et s’est développé.

Il prévoit de créer un circuit israélien d’hébergements Six Senses, avec plusieurs autres hôtels Six Senses construites au fil du temps dans d’autres régions et villes israéliennes, toutes complètement différentes les unes des autres.

Pour l’instant, Six Senses commence par ce complexe dans le Neguev, où la sélection de chaque coussin à pompons, chaque tenture murale et chaque lampe marocaine a été supervisée par Duek et Plesner, selon Fehlbier.

Chacune des 60 suites du Six Senses Shaharut a été conçue pour donner l’impression d’être un chalet privé, où l’on entre par une porte en teck, avec des teintes oniriques de couleur crème et un lit plate-forme placé au centre de la pièce pour maximiser la vue sur les lignes ondulantes du désert et le bleu profond du ciel depuis la fenêtre allant du sol au plafond.

Il n’y a pas beaucoup d’intimité dans les suites ordinaires pour les clients voyageant avec un enfant (les enfants de 12 ans et plus sont les bienvenus), qui peut dormir sur le canapé-lit situé au pied du lit principal. Il y a également peu d’espace supplémentaire pour ouvrir les valises. La salle de bains luxueusement aménagée, par contre, ne manque pas d’espace, avec une baignoire sur pied offrant une vue imprenable sur le désert. Le shampoing, l’après-shampoing et le gel de bain se trouvent dans des distributeurs en laiton non jetables, conformément au programme de durabilité de Shaharut.

Une des villas privées avec piscine du Six Senses Shaharut (Crédit : Autorisation PR)

À l’extérieur, une promenade dans les allées paisibles en pierre lissée surplombant les jardins zen en pierre ratissée de l’établissement offre une expérience méditative. Vous pouvez vous asseoir sur des bancs épars sculptés dans du bois de teck recyclé et regarder par-dessus les murs bas et incurvés construits avec des pierres locales, choisies et superposées à la main pour ressembler à l’ancienne architecture nabatéenne.

Vous pouvez aussi vous rendre à la piscine extérieure et au spa, vous allonger sur des chaises longues au bord de la piscine pavée de dalles en écume de mer et dîner en plein air sur le grill de la piscine pendant les mois chauds.

À l’intérieur du spa se trouve une piscine d’eau douce à débordement, ainsi qu’une gamme complète de soins, des hammams séparés pour les hommes et les femmes, des cours de yoga et de Pilates et un bar alchimique pour préparer des gommages à ramener chez soi.

Les plus aventureux pourront faire des promenades à dos de chameau et des randonnées dans le désert, se promener dans le jardin d’herbes aromatiques et observer les étoiles la nuit dans le vaste ciel étoilé. Et pour ceux qui préfèrent se rendre en voiture au dîner ou à un massage pendant les mois chauds, le Shaharut dispose d’une flotte de voiturettes de golf électriques Hummer vert menthe, conduites par des membres du personnel.

À l’heure du repas, une courte promenade le long des allées en plâtre lisse de Tadelakt vous mènera à la salle à manger au plafond en teck du restaurant Midian, qui propose un menu composé de viandes nourries à l’herbe et élevées en plein air et de poissons frais de Méditerranée (le Shaharut n’est pas casher mais aucun crustacé n’est servi et la viande et le lait ne sont pas mélangés).


Le restaurant Midian du Six Senses Shaharut, où sont servis le dîner et le petit-déjeuner (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Le menu du dîner, créé par l’ancien chef de l’hôtel King David, David Bitton, met l’accent sur les produits de saison et les herbes fraîches, dont la plupart sont cultivées sur place et dans les fermes locales, bien qu’il ne propose pas encore de réalisations culinaires révolutionnaires.

Le petit déjeuner, cependant, est une expérience exceptionnelle, qui vaut la peine de s’y attarder, avec des jus de fruits fraîchement pressés et des milk-shakes, un buffet de fromages locaux, des œufs préparés à la demande, accompagnés de pains faits maison et des salades toujours plus fraîches, qui peuvent inclure un potiron rôti impressionnant arrosé de tahini ou un plateau d’herbes hachées, parsemé de noix grillées.

Dans le salon Jamillah, situé juste à côté, vous trouverez une ambiance conviviale et confortable, avec des canapés et des fauteuils en cuir, des étagères de livres de voyage, une platine et une collection de vinyles préférés du propriétaire.

Les clients peuvent y prendre des boissons et des collations avant le dîner, installés sur la large véranda qui surplombe les lumières scintillantes de la Jordanie, ou dîner de façon plus décontractée avec des cocktails, des hamburgers grillés et des sandwichs.

Un service un peu trop familier

L’un des défis à relever pour offrir tout ce luxe à Six Senses, compte tenu du niveau de service attendu pour des chambres commençant à 1 000 dollars la nuit (petit-déjeuner compris), a été de trouver un personnel approprié, prêt à vivre dans le désert. Eilat, la ville la plus proche, est à une heure de là en voiture, ou plus en transports en commun.

Le complexe, comme de nombreuses autres propriétés dans le sud, a décidé de n’embaucher que des jeunes Israéliens tout juste sortis de l’armée.

« Nous avons pris des jeunes tout juste sortis de l’armée, qui n’ont jamais été dans un hôtel cinq étoiles, et ils font toutes les erreurs possibles mais avec le sourire », a déclaré Fehlbier, qui a dirigé le David Intercontinental de Tel Aviv avant de venir à Shaharut.

La piscine intérieure d’eau douce du Six Senses Shaharut, qui fait partie du complexe de spa (Crédit : Autorisation PR)

Le jeune personnel israélien a un ton plus décontracté, converse facilement avec les clients – parfois un peu trop familièrement – mais a plus de mal à décrire un plat ou à suggérer quel vin marier avec de l’agneau. Les jeunes ont également laissé un client poireauter devant sa chambre, sous un soleil de plomb, attendant qu’on le raccompagne.

« La façon israélienne de faire les choses n’est pas particulièrement adaptée à ce que l’on attend à notre niveau », a déclaré M. Jacobs. « C’est un défi, et il faut ajouter à cela l’emplacement où nous nous trouvons, qui ne convient pas à tout le monde. »

Le complexe de luxe fait du mieux qu’il peut pour ses jeunes employés, qui sont logés dans un kibboutz voisin et s’engagent à travailler au moins six mois à l’hôtel. M. Fehlbier est conscient du temps nécessaire à la formation du personnel hôtelier et espère que certains d’entre eux se laisseront séduire par le travail à l’hôtel.

En fait, le Shaharut est probablement le seul hôtel en Israël à avoir une liste d’attente pour le personnel, selon Fehlbier. (Il y avait également une liste d’attente pour ses premiers clients en août dernier, certains ayant réservé une chambre trois ans avant l’ouverture de l’hôtel).

Ce dernier est fier des réalisations de son personnel néophyte au cours de ces huit derniers mois, car la plupart des clients du complexe étaient des Israéliens depuis l’ouverture de l’hôtel en août 2021. Ce n’est que récemment qu’Israël a levé ses restrictions liées au coronavirus et a accueilli à nouveau les touristes étrangers.

« Je suis très reconnaissant à la foule israélienne que nous avons eue, car les Israéliens sont les clients les plus difficiles que vous pouvez imaginer et cela ne peut que devenir plus facile à partir de là », a déclaré Fehlier. « Cela dit, je pense que nous sommes prêts à accueillir des clients de partout dans le monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...