Le tout premier vol commercial post-crise d’El Al immobilisé au sol
Rechercher

Le tout premier vol commercial post-crise d’El Al immobilisé au sol

Les passagers ont embarqué à bord d'un avion qui est resté immobilisé pendant plusieurs heures avant de changer d'appareil et de partir pour Athènes

Capture d'écran d'une vidéo montrant les passagers du vol El Al vers Athènes qui n'a pas décollé en raison d'un problème de moteur, le 1er octobre 2020 (Crédit : Ynet news)
Capture d'écran d'une vidéo montrant les passagers du vol El Al vers Athènes qui n'a pas décollé en raison d'un problème de moteur, le 1er octobre 2020 (Crédit : Ynet news)

L’avion qui devait assurer ce qui devait être le tout premier vol commercial d’El Al après des mois de suspension des départs en raison de la crise du coronavirus n’a finalement pas quitté la piste après l’identification d’une défaillance dans l’un de ses moteurs.

Des centaines de passagers sont restés dans l’appareil pendant trois heures alors que les techniciens tentaient de résoudre le problème. Ils sont finalement retournés dans le terminal de l’aéroport et ont rejoint leur destination après avoir embarqué dans un autre appareil, selon des informations parues dans les médias israéliens.

Le vol LY541 devait décoller à 10 heures du matin depuis l’aéroport international Ben-Gurion de Tel Aviv, à destination d’Athènes. C’était le tout premier vol commercial après une pause de trois mois environ et il devait marquer la reprise graduelle des services qui a été annoncée par le transporteur aérien israélien le mois dernier.

Quelques instants avant le décollage, le capitaine de bord avait fait savoir qu’un problème avait été identifié sur l’un des moteurs du Dreamliner et qu’il allait rester au sol. L’avion – qui peut transporter 280 personnes – était alors plein, selon des informations.

L’un des passagers, qui a été identifié sous le nom d’Erez, a déclaré au site Ynet que les passagers avaient été obligés de rester dans l’avion alors que l’importance de la distanciation sociale est actuellement particulièrement soulignée dans le contexte de l’épidémie de coronavirus.

« En particulier maintenant, alors qu’on tente de maintenir la distanciation sociale, il aurait été préférable de renvoyer tout le monde au terminal et là, on aurait pu attendre en respectant les conditions de distanciation », a-t-il expliqué lors d’un entretien téléphonique avec le site d’information.

Un avion de remplacement a finalement décollé à 14h40.

Capture d’écran d’une vidéo de passagers débarquant d’un vol El Al pour Athènes qui n’a pas pu décoller en raison d’un problème de moteur, le 1er octobre 2020. (Crédit : Ynet)

Le mois dernier, El Al avait annoncé la reprise de ses vols vers certaines destinations européennes, en commençant par Athènes au début du mois d’octobre. Des vols à destination de New York, Londres et Paris devraient également reprendre le 12 octobre dans le cadre d’une reprise graduelle des services de la compagnie, avait fait savoir El Al dans un communiqué.

Sun D’Or International Airlines, filiale d’El Al, devait aussi relancer ses vols charters vers un certain nombre de destinations en Grèce et en Croatie, via des tour operators sélectionnés en Israël, avait précisé le communiqué.

La compagnie aérienne, déjà en difficulté, a lutté pour survivre face au ralentissement massif des déplacements internationaux qui a été induit par la pandémie de coronavirus. Si certains voyages internationaux ont repris, l’Etat juif interdit encore largement l’entrée du pays aux étrangers et les exigences de quatorzaine, au retour des voyageurs, rendent les vols à l’international rebutants pour un grand nombre d’Israéliens.

La compagnie avait annoncé, au mois de juillet, qu’elle suspendait toutes ses opérations après avoir déjà drastiquement réduit ses services au mois de mars. Le seul vol qui a eu lieu depuis a été un voyage symbolique aux Emirats arabes unis, transportant des délégations américaine et israélienne pour fêter l’établissement de relations diplomatiques pleines et entières entre les deux pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...