Le Trésor garantira des prêts de 100 millions de NIS pour aider Israir et Arkia
Rechercher

Le Trésor garantira des prêts de 100 millions de NIS pour aider Israir et Arkia

Le ministère des Finances veut éviter la faillite des compagnies aériennes ; une aide similaire à El Al a été refusée en raison de sa mauvaise situation financière

Un avion Arkia à l'aéroport Ben Gourion, photo d'illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Un avion Arkia à l'aéroport Ben Gourion, photo d'illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Le ministère des Finances va offrir aux compagnies aériennes Israir et Arkia 100 millions de shekels (25 millions d’euros) de garanties de prêts de l’Etat afin d’aider les transporteurs à éviter l’effondrement suite à la pandémie de coronavirus, a rapporté vendredi la Treizième chaîne.

Le ministère travaillait sur un accord similaire pour El Al, mais la question reste compliquée en raison de la mauvaise situation financière de la compagnie aérienne avant même la crise. Les banques considèrent ainsi les prêts qui lui seraient accordés comme trop risqués, selon le rapport.

Les voyages aériens internationaux se sont pratiquement effondrés à travers le monde en raison de la pandémie de coronavirus. Un rapport publié fin avril par l’Association internationale du transport aérien a annoncé une réduction de 80 % et prédit des pertes de plus de 300 milliards de dollars pour le secteur aérien en raison de la crise.

Seule une poignée de vols hebdomadaires sont organisés en Israël, dont une liaison quotidienne vers Newark, dans le New Jersey, assurée par United Airlines.

Le ministère a mis de côté un fonds pour soutenir les prêts à Israir et Arkia, qui volent principalement vers l’Europe. Le montant ne sera pas divulgué par le ministère afin de ne pas révéler les estimations de l’Etat sur le risque qu’ils ne remboursent pas les prêts, selon le rapport.

Le sauvetage de ces deux petites compagnies aériennes permettrait de garantir qu’à la réouverture du trafic aérien, au moins 14 avions opérationnels quitteraient Israël – et ce quoi qu’il advient de la situation de la compagnie El Al.

La Treizième chaîne a déclaré que le Trésor était en pourparlers avec la banque Discount et la banque Leumi pour accorder des prêts à El Al, mais que les négociations avaient rencontré de « graves difficultés ».

Le ministère allait probablement exiger qu’El Al prenne de nouvelles mesures pour se restructurer, éventuellement en consolidant ses itinéraires pour se concentrer sur les vols long-courriers vers les États-Unis et l’Extrême-Orient. Selon le reportage, il n’était pas clair si l’État prendrait une participation dans le transporteur en échange de l’aide.

Des avions d’El Al à l’aéroport international Ben Gurion, le 12 avril 2020. (Flash90)

Dimanche, un tribunal a donné le feu vert à la compagnie aérienne El Al pour retirer 105 millions de shekels (26 millions d’euros) de son fonds de pension et d’indemnisation des employés afin de l’aider à couvrir ses coûts et à éviter la faillite.

Le tribunal a statué que le montant n’était pas dû aux employés, et qu’il pouvait donc être utilisé dans l’urgence actuelle de l’entreprise.

El Al avait initialement demandé que 354 millions de shekels (88,5 millions d’euros) de son fonds de 413 millions de shekels (103 millions d’euros) soient libérés afin de pouvoir être utilisés.

Le montant final est le résultat d’un compromis entre El Al, le ministère des Finances et la Histadrout, le principal syndicat de travailleurs israéliens.

Cette décision intervient alors que les employés d’El Al, dont la plupart sont désormais en congé sans solde après que la compagnie a cessé presque tous ses vols à partir du mois de mars, ont protesté contre le fait que les propriétaires et la direction de l’entreprise forçaient les salariés à porter le fardeau de la crise.

« Les employés d’El Al ne sont pas des victimes du coronavirus ; ce sont les travailleurs les plus loyaux de la nation, de la société et de leur employeur », a déclaré dimanche la responsable du syndicat d’El Al, Sharon Ben Yitzhak. « Alors qu’on nous demande de donner notre argent, les propriétaires et la direction refusent de faire preuve d’efficacité, et viennent ici au tribunal pour prendre notre argent. »

Dimanche, une centaine d’employés ont manifesté devant le tribunal en portant des t-shirts noirs sur lesquels on pouvait lire : « Sauvez-nous ! »

Des pancartes lors de la manifestation avertissaient : « Nous allons mourir de faim avant de mourir du coronavirus. »

Un agent de sécurité porte un masque de protection par crainte du coronavirus à l’aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Flash90)

Depuis le 12 avril, toutes les personnes arrivant en Israël en provenance de l’étranger doivent être logées dans des hôtels de quarantaine gérés par l’État, et ce pendant 14 jours.

El Al devrait reprendre ses vols à la mi-mai, a récemment déclaré la compagnie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...