Le vendeur de falafels devenu le visage de la crise a subi une crise cardiaque
Rechercher

Le vendeur de falafels devenu le visage de la crise a subi une crise cardiaque

Les médecins de Yuval Carmi ont affirmé que sa crise cardiaque était due au stress subi ces derniers mois ; le restaurateur aurait fait l'objet de railleries après son interview

Yuval Carmi, vendeur de falafel, dans un hôpital de Rehovot, après une crise cardiaque, le 17 mai 2020. (Capture d'écran Treizième chaîne)
Yuval Carmi, vendeur de falafel, dans un hôpital de Rehovot, après une crise cardiaque, le 17 mai 2020. (Capture d'écran Treizième chaîne)

Yuval Carmi, le vendeur de falafels qui était devenu symbole de la crise économique qui a accompagné la crise sanitaire en Israël, a été hospitalisé dimanche après une crise cardiaque.

Le récit touchant du restaurateur d’Ashdod, qui évoquait sa détresse financière, avait fait monter les larmes aux yeux aux téléspectateurs le mois dernier, déclenchant une vague de soutien public, et même un appel personnel et une promesse d’aide de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Carmi est arrivé dimanche au centre médical Kaplan de Rehovot, présentant des douleurs à la poitrine. Il a été admis en urgence peu avant que la crise cardiaque se déclare, a rapporté la Treizième chaîne.

« Dieu merci, ils ont fait de moi un nouvel homme, ils m’ont sauvé », a dit Carmi à la chaîne. On ignore quand il a été hospitalisé.

Les médecins de Carmi ont affirmé que sa crise cardiaque était liée au stress subi ces deux derniers mois.

Yuval Carmi, propriétaire d’un magasin de falafel à Ashdod, montre son portefeuille vide, le 19 avril 2020 (Capture d’écran : Treizième chaîne)

Si Carmi a été reconnaissant pour la vague de soutiens dont son commerce a bénéficié depuis son interview, il a également raconté avoir reçu des réactions négatives.

« Je suis arrivé aux urgences. Quelqu’un est venu vers moi, sa femme m’a reconnu et m’a salué. Son mari est venu vers moi et lui a demandé si elle me connaissait. Elle a répondu ‘oui, c’est celui qui a chialé à la télé' », a raconté Carmi. « J’ai été blessé. Mon cœur a explosé. »

Il a raconté avoir fait l’objet de moqueries et d’accusations sur les réseaux sociaux après son interview. Certains l’ont accusé d’avoir fait du cinéma devant les caméras pour se faire de la publicité.

« Ma femme et mes enfants rentraient chaque soir en pleurant, et voyaient ce qui était écrit à notre sujet sur Facebook, que nous sommes riches et que j’étais ‘un menteur et un arnaqueur' », a raconté Carmi.

Lors d’une interview émouvante en avril, Carmi avait décrit l’impact des restrictions liées au coronavirus sur son affaire et avait supplié le gouvernement de l’aider.

« Regardez mon portefeuille, il est vide », avait déclaré Yuval Carmi devant les caméras de la Treizième chaîne en le sortant de sa poche. « Je n’ai plus un shekel. « Je suis tellement gêné vis-à-vis de mes enfants, de leur dire que je ne peux rien leur acheter. Que je n’ai rien à leur donner. Que je n’ai rien à leur donner à manger. »

« Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi faire », avait-il dit, éclatant en sanglots et s’excusant pour ses larmes.

Le lendemain, Netanyahu avait appelé Carmi : « je vous ai vu hier [à la télévision] et vous avez touché mon cœur », a déclaré Netanyahu lors d’un appel téléphonique passé lundi. « Et je vais vous aider. Nous allons aider tout le monde. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretient par téléphone avec le vendeur de falafels Yuval Carmi, au lendemain de la diffusion d’un reportage sur ce dernier confiant en pleurs ses grandes difficultés financières du fait du coronavirus, le 20 avril 2020. (Capture écran : YouTube)

Dans la vidéo de l’appel de Netanyahu, diffusée par son équipe, on entend Carmi remercier le Premier ministre et s’abstenir de le tenir directement responsable des faits.

« Ce n’est pas contre vous, mais contre vos conseillers », avait-il dit. « Apparemment, ils ne vous disent pas ce qui se passe chez les gens. »

Face à une baisse continue du nombre de contaminations, le gouvernement a amorcé ces dernières semaines un déconfinement, levant progressivement les restrictions en rouvrant les écoles et certains commerces.

Les restaurants pourraient rouvrir d’ici la fin de la semaine, au terme d’un accord entre les ministères de la Santé et de l’Economie. En vertu des règles sanitaires instaurées depuis mars, les établissements de restauration ne peuvent proposer que de la livraison ou de la vente à emporter.

L’objectif est de rouvrir les restaurants avant la fête de Shavouot, qui commence jeudi prochain.

Le ministère de la Santé avait d’ores et déjà envisagé de donner son feu vert à la réouverture des cafés et des restaurants à la fin du mois.

Selon les médias dimanche, les autorités travaillent encore sur les détails d’un tav sagol, pour les restaurants, une norme gouvernementale qui certifie que les entreprises opèrent conformément aux règles sanitaires imposées dans le cadre de la pandémie.

Le ministre sortant de l’Economie et de l’Industrie Eli Cohen a confirmé ces informations dimanche, affirmant qu’un accord avait été atteint pour « favoriser l’ouverture des cafés et des restaurants », face au faible taux de contaminations.

Cohen, qui vient d’être nommé ministre des Renseignements dans le nouveau gouvernement, a déclaré que l’ouverture des restaurants ramènera des dizaines de milliers d’actifs dans le monde du travail. Il a appelé à l’accélération des projets visant à lever le reste des mesures de confinement encore en vigueur.

Des chaises devant un restaurant fermé de Tel Aviv, le 14 avril 2020 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Selon les médias, cette décision a été prise après que le ministère de la Santé a réalisé qu’il sera irréaliste de faire pression sur l’ouverture des restaurants alors que de nombreuses autres mesures de confinement ont déjà été levées. Les écoles et les salles de sport ont rouvert, et les plages devraient rouvrir en fin de semaine.

Les hôtels seront également concernés par les décisions s’appliquant aux cafés et restaurants.

Samedi, plusieurs restaurants dans l’ensemble d’Israël ont ouvert leurs portes au public, permettant à leurs clients de profiter d’un repas en terrasse, défiant les règles sanitaires.

Les chaînes d’information ont décrit cela comme une légère forme de rébellion, parce que de nombreux établissements ont lutté pour survivre et ne disposent d’aucune information sur leur future réouverture. Les propriétaires ont également montré du doigt les restrictions qui permettent aux clients de manger sur un banc voisin mais pas sur une table du restaurant.

La semaine dernière, le ministère de l’Economie aurait présenté aux autorités sanitaires un projet de réouverture des restaurants, qui comprend des règles d’hygiène strictes ainsi qu’une certaine forme de distanciation physique.

Le nombre de nouvelles contaminations a drastiquement baissé ces dernières semaines. Depuis 14 jours, moins de 100 infections quotidiennes ont été enregistrées.

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche soir que moins de 10 personnes ont été testées positives au cours des dernières 24 heures, et que durant cette même période, 76 personnes avaient guéri. Le bilan national se maintient à 272.

Au total, 16 617 Israéliens ont contracté le Covid-19, et 12 942 se sont rétablis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...