LeBonCoin supprime une annonce pour un pommeau de douche « Auschwitz »
Rechercher

LeBonCoin supprime une annonce pour un pommeau de douche « Auschwitz »

Le site de revente pourrait porter plainte contre l'auteur de la petite annonce qui réclamait 455 euros pour l'objet en métal

Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)
Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)

Un site de petites annonces français a supprimé une offre de vente proposant un pommeau de douche d’occasion qui proviendrait d’Auschwitz.

Un porte-parole du site LeBonCoin a expliqué jeudi sur Twitter que dès que l’annonce a été remarquée, la semaine dernière, les modérateurs l’ont « immédiatement supprimée et ont été, bien sûr, choqués par son contenu. Nous présentons nos excuses à tous ceux qui, comme nous, ont été bouleversés par cette offre de vente ».

Le site internet pourrait porter plainte contre l’auteur de l’annonce qui réclamait 455 euros pour l’objet en métal.

Les nazis ont tué plus d’un million de personnes dans le camp de la mort d’Auschwitz, en Pologne, notamment des dizaines de milliers de Juifs français. La majorité des victimes avaient été empoisonnées dans des chambres à gaz présentées alors comme des douches.

En 2013, la plate-forme de vente en ligne néerlandaise Markplaats avait fait la promotion de lettres écrites par des survivants juifs de la Shoah dans les camps de concentration.

L’un des vendeurs de Marktplaats.nl, un résident du Luxembourg identifié sous le pseudonyme Bundum, avait présenté 29 missives, notamment une qu’il avait décrite comme « un courrier original Auschwitz daté du 9 novembre 1941 et arborant le sceau du censeur ». Une autre lettre, datée du 4 mars, était présentée dans une enveloppe qui portait un timbre à l’effigie d’Adolf Hitler. Parmi d’autres propositions de Bumdum, des publicités pour des petits soldats en uniforme nazi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...