L’Egypte et l’ONU se démènent pour ramener le calme à Gaza
Rechercher
L'ONU et l'UE appellent à la "désescalade"

L’Egypte et l’ONU se démènent pour ramener le calme à Gaza

Un site d'information lié au Hamas a indiqué que le calme était revenu après des pourparlers "intensifs" de responsables du Caire avec Israël et les factions palestiniennes

De la fumée s'élève après une frappe aérienne dans le sud de la bande de Gaza, dans la ville de Rafah, le 17 octobre 2018 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
De la fumée s'élève après une frappe aérienne dans le sud de la bande de Gaza, dans la ville de Rafah, le 17 octobre 2018 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Un calme provisoire est revenu dans la bande de Gaza et dans ses alentours quelques heures après qu’une attaque à la roquette émanant de l’enclave côtière a entraîné une série de frappes aériennes israéliennes, attisant les craintes d’une guerre.

Selon le Centre d’information palestinien, lié au Hamas, le calme est revenu après que des responsables égyptiens ont mené des « pourparlers intensifs » avec Israël et les factions palestiniennes.

Le dernier échange de violences a eu lieu mercredi, avant l’aube. Des terroristes ont lancé une roquette vers la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays, et une deuxième est tombée dans la mer Méditerranée, à proximité de Tel Aviv, selon l’armée israélienne.

Dans les heures qui ont suivi le lancement de ces roquettes, des avions-chasseurs israéliens ont pilonné vingt cibles au sein de l’enclave côtière, ont annoncé les militaire. Un Palestinien a été tué alors qu’il tentait apparemment de tirer une roquette vers Israël et plusieurs autres auraient été blessés.

Un groupe de responsables égyptiens de la sécurité, dont Ahmed Abdelkhaliq, en charge du dossier palestinien aux services des renseignements généraux d’Egypte, sont arrivés à Gaza mardi.

Le chef des renseignements généraux égyptiens Abbas Kamel devrait également arriver dans la bande jeudi, où il rencontrera des chefs du Hamas. La réunion avait été programmée avant cette dernière flambée de violences.

L’Egypte a joué un rôle déterminant dans les tentatives de négociations d’un cessez-le-feu à long-terme entre Israël et les groupes armés à Gaza.

Les forces de sécurité israéliennes inspectent une maison frappée par une roquette lancée depuis la bande de Gaza à Beer sheva, dans le sud d’Israël, le 17 octobre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Interrogé sur le compte-rendu figurant sur le site du Centre d’information palestinien, un responsable du Hamas, basé à Gaza, a expliqué n’avoir « aucune information sur le retour au calme », mais il a ajouté que l’ONU et l’Egypte oeuvraient de concert à apaiser les tensions.

Un porte-parole de l’armée a renvoyé les éventuelles questions à ce sujet vers le bureau du Premier ministre. Ce dernier a fait savoir qu’il ne souhaitait pas faire de commentaires.

Une source diplomatique a déclaré qu’il était « trop tôt » pour dire si le calme était revenu.

La source a également confirmé que le coordinateur spécial pour le processus du paix au Moyen-Orient des Nations unies, Nikolay Mladenov, travaille avec toutes les parties concernées en vue d’un « retour au calme ».

Au cours d’une rencontre avec le président Reuven Rivlin, mercredi matin, Mladenov a appelé les parties à prendre des mesures immédiates pour apaiser les tensions.

« Je crains que ce ne soit plus le moment des mots. Il est temps dorénavant de passer à l’action », a dit Mladenov. « Nous devons voir des actions très claires de la part de toutes les parties qui puissent amener la situation à une désescalade. Le cas échéant, les conséquences seront terribles pour tous ».

L’Union européenne a également demandé une désescalade et une solution politique.

« Il faut rompre le cycle de la violence et du désespoir », a commenté un porte-parole de l’UE.

Les groupes terroristes de Gaza du Hamas et du Jihad islamique palestinien ont désapprouvé mercredi les lancements de roquette de la nuit, qualifiant ces frappes d’acte de sabotage.

Nikolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, intervient lors d’une conférence de presse au siège de l’UNESCO à Gaza, le 25 septembre 2017. (AFP / MOHAMMED ABED)

« Les ailes de la résistance du Centre de commandement conjoint saluent les initiatives égyptiennes visant à réaliser les demandes de notre population et rejettent toutes les tentatives irresponsables qui cherchent à dénaturer et à détruire les efforts égyptiens, et notamment les lancements de roquettes qui ont eu lieu la nuit dernière », a déclaré le centre de commandement conjoint de Gaza dans un communiqué publié sur le site officielle des brigades Ezzedine al-Qassam, aile armée du Hamas.

Le centre de commandement conjoint comprend les ailes armés du Hamas, du Jihad islamique et d’autres factions.

« Je continue à surveiller attentivement l’évolution des événements sur le terrain et je n’hésiterai pas à prendre les mesures qui s’imposent » dans le cadre de son mandat, a de son côté averti mercredi dans un communiqué Fatou Bensouda, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

« Je suis particulièrement préoccupée par la poursuite des violences, perpétrées par les acteurs des deux camps », a poursuivi Mme Bensouda, rappelant que « la situation en Palestine continue de faire l’objet d’un examen préliminaire », ouvert en 2015 sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...